Et la forêt devient comestible

19 mars 2014 / Permeric

Un des concepts les plus passionnants en permaculture, c’est la forêt comestible, appelée aussi jardin-forêt.


En quelques lignes, on pourrait dire que la "forêt comestible" est un système de production de nourriture, principalement grâce aux végétaux, dans un écosystème forestier, où on y plante des arbres fruitiers, des arbres à noix, des buissons, des herbes vivaces, des vignes et toutes plantes capables de produire une récolte utile aux humains, et aux autres habitants du lieu, tout en pratiquant le compagnonnage des plantes les unes avec les autres, en les installant de manière à créer une succession de couches pour créer une ambiance forestière.

Voici une vision de ce que peut être une forêt comestible traduite du livre Edible Forest Gardens Gardens de Dave Jacke with Eric Toensmeier :

« Imagine-toi dans une forêt où presque tout autour de toi est de la nourriture. Des arbres fruitiers ou à noix adultes ou en train de grandir forment ensemble une canopée ouverte.

Si tu regardes attentivement, tu peux voir des fruits en train de grossir sur de très nombreuses branches : des poires, des pommes, des kakis, des noix de pécan, des châtaignes…

Les buissons comblent les trous dans la canopée. Ils portent des fraises, des myrtilles, des baies de cassis, des noisettes, et des tas d’autres fruits, fleurs et noix moins connus, aux différents moments de l’année.

Un ensemble épais de fleurs et plantes sauvages, d’herbes aromatiques et médicinales, avec des légumes vivaces couvrent le sol. Nombreuses sont les plantes qu’on peut utiliser pour se nourrir ou pour se soigner.

Certaines attirent les insectes utiles, d’autres les oiseaux, les papillons. D’autres plantes encore jouent un rôle bénéfique pour le sol, ou le protègent simplement des adventices.

Ci et là, des lianes grimpent sur les arbres, sur les buissons, et portent des fruits visibles dans leur feuillage : des kiwis, des raisins, et des fruits de la passion…

Dans les clairières ensoleillées, des allées de topinambours grandissent ensemble avec des haricot-pomme de terre (apios americana).

Ces plantes se supportent les unes les autres, elles stockent de l’énergie dans leurs racines pour une récolte prochaine, pour les réserves de l’hiver. Leur fleurs jaunes vifs et violet foncé profitent de la chaleur radiante du ciel.

C’est ça une forêt comestible. »

- La suite à lire ici.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Permaculture info.

DOSSIER    Forêt

20 octobre 2018
À Marseille, La Plaine s’embrase contre la coupe des arbres
Reportage
19 octobre 2018
Dans le sud de l’Italie, des petits villages résistent face à un gazoduc géant
Reportage
20 octobre 2018
La punaise, le vélo, et le changement climatique
Chronique


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Forêt