Extraordinaire : un arbre aux quarante variétés de fruits

Durée de lecture : 1 minute

15 septembre 2014 / Vergers Urbains

Pour préserver la diversité des variétés fruitières, un artiste américain a eu l’idée de greffer diverses variétés en voie d’extinction sur un seul arbre. Le résultat est étonnant : quarante fruits différents poussent sur cet arbre. L’artiste prévoit de multiplier ces opérations dans plusieurs villes.


L’artiste San Van Aken a créé un arbre capable de produire quarante variétés de fruits à noyaux par an. Ce professeur d’art, à l’Université de Syracuse (US), a acheté un ancien verger auprès de la New York State Agricultural Experiment Station. Vieux de 150 à 200 ans, il comporte de nombreuses variétés fruitières en voie d’extinction.

Pour préserver ces différentes variétés il eu l’idée de greffer une grande partie de ces variétés sur un arbre unique. Celles-ci furent choisies parmi un échantillon de 250 variétés de fruits à noyaux. Après avoir étudié les moments de floraison de chaque espèces, en relation avec chacune d’entre elles, il a commencé à en greffer une partie sur un porte greffe.

Après deux années de croissance de ce nouvel arbre, il a utilisé la technique de l’écussonnage, pour ajouter d’autres variétés sur des branches séparées. Après cinq années, il en résulte un arbre aux quarante variétés.

Son caractère unique se révèle au printemps, par les différentes couleurs de floraison et en été par l’apparition des fruits (à noyaux uniquement) : pêches, nectarines, abricots, cerises, amandes. Il a ainsi su joindre l’utile (préserver des variétés anciennes) et le beau.

La diversité des variétés a en effet tendance à disparaitre pour privilégier les plus faciles à commercialiser (en fonction de la durée de conservation, de l’aspect des fruits, leur taille et leur goût).

L’artiste prévoit de multiplier ces opérations dans plusieurs villes.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Ville comestible

Lire aussi : Warkawater, la tour qui transforme l’air en eau

16 novembre 2019
Au Brésil, la marée noire dévaste les côtes et le gouvernement ne fait rien
16 novembre 2019
Radio Bambou - L’étrange voyage de Bambou… à l’intérieur d’un pain !
14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto