Fabrice Nicolino : « Un abrazo pour tous les lecteurs de Reporterre »

Durée de lecture : 3 minutes

18 janvier 2015 / Camille Martin (Reporterre)

Il a la pêche, le camarade ! Il nous écrit, et salue bien tous les lecteurs du quotidien de l’écologie.

Samedi 17 janvier

Fabrice nous écrit : « Je sors peu à peu des ombres. Les nouvelles optimistes données par Reporterre étaient un peu prématurées, mais du moins prémonitoires. Je vais mieux, mais le séjour à l’hosto sera long, suivi d’une rééducation qui s’annonce d’ampleur. Le bonheur, au milieu de cela, c’est d’être vivant.

Reporterre aura été l’ami dont j’avais tant besoin dans ma nuit, et je constate une fois encore quelle bénédiction représente la création de cet étrange outil. (...) Je suis fier d’apporter, de temps en temps, ma petite pierre à l’édifice. Je me sens Reporterre, et tu peux compter sur moi dès que ce sera possible. (...)

Un abrazo pour toi et Barnabé et Lorène, et les autres et tous les lecteurs de Reporterre. »


Vendredi 16 janvier

Fabrice a repris la plume : à lire : Mes si chers amis d’ici et d’ailleurs.


Mardi 13 janvier, 9 h 00

Fabrice va bien ! Il a recommencé à lire depuis avant-hier - des romans -, et à écrire depuis qu’hier, il a récupéré son ordinateur. Il a donc une jambe bien amochée, la gauche, mais il remarchera. Cela prendra du temps, il faudra de la rééducation, mais il remarchera.

Il a commencé à lire les messages qui lui sont adressés (par exemple à l’adresse planete @ reporterre.net ), ils lui font énormément de bien, ils l’aident. Il remercie toutes celles et tous ceux qui lui ont écrit.

Il a aussi été heureux de la forte mobilisation de dimanche, de voir les gens se lever, réagir à ce qui se passe, ne pas rester amorphes. Il dit qu’il existe « une masse critique de gens à mobiliser » pour changer profondément le monde.

Fabrice sera présent dans le numéro de Charlie Hebdo de mercredi, par un texte que l’on peut lire sur son blog Planète sans visa, sa Déclaration d’intention, qui date de 2007.


Jeudi 8 janvier, 17 h 10

La compagne de Fabrice Nicolino, Marine, nous indique qu’il est réveillé. "Il est douloureux, mais il est là. Il prend conscience de ce qui s’est passé. Tout est encourageant. Il a besoin de se reposer".

Fabrice restera immobilisé un certain temps.

Les messages d’amitié arrivent par dizaines sur la boite planete @ reporterre.net Nous les transmettrons à Fabrice dès qu’il sera pleinement rétabli.


Jeudi 8 janvier, 9 h 00

Dans le bouleversement de la journée de mercredi 7 janvier, dans l’effroi qui a suivi l’attentat à Charlie Hebdo, puis dans l’effort pour unir douze medias pour réagir en commun, nous avons toujours eu une inquiétude particulière pour notre ami et collaborateur Fabrice Nicolino.

Une bonne nouvelle, que nous transmet dans la nuit sa compagne, Marine : "J’ai de bonnes nouvelles. Le pronostic vital n’est plus engagé. ’Il a eu de la chance’, a dit six fois le chirurgien. Il reste sous étroite surveillance médicale et de la sécurité. Je vous tiens au courant dans les temps prochains".

Fabrice a été grièvement blessé à la jambe.

Vous pouvez envoyer des témoignages à Fabrice sur notre adresse planete @ reporterre.net, que nous lui transmettrons, dès qu’il sera rétabli, ou sur le blog de Fabrice, Planète sans visa.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Horreur, amitié, détermination

Source : Camille Martin pour Reporterre.

17 septembre 2019
La Durance, une rivière asséchée par les barrages et le dérèglement climatique
Enquête
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
16 septembre 2019
La réforme Blanquer à l’assaut des langues régionales
Info




Du même auteur       Camille Martin (Reporterre)