Faire son liquide vaisselle soi-même : facile, écologique et économique

Durée de lecture : 2 minutes

21 mars 2017 / Diane Routex (Kaizen)

Avec seulement quatre ingrédients bon marché, on peut faire son liquide vaisselle en cinq minutes. Une alternative facile, écologique et économique aux produits du commerce, qui contiennent des agents nocifs pour la santé.

Les liquides vaisselle, même ceux estampillés « verts » ou « écologiques », contiennent des produits chimiques nocifs pour votre santé et celle de la planète : au menu, par exemple, le bronopol, un agent antimicrobien qui contient du formaldéhyde, un composé classé « substance cancérogène avérée pour l’homme » par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ). Également, la méthylisothiazolinone, un biocide avéré allergénique et cytotoxique par plusieurs études et même élu « allergène de l’année 2013 » aux États-Unis ! Des informations qui donnent envie de faire son liquide vaisselle soi-même… Alors, c’est parti pour une recette 100 % naturelle !

Ingrédients pour 500 ml

  • 500 ml d’eau chaude ;
  • 2 à 3 cuillères à soupe de savon noir ménager, par exemple celui-ci (dégraissant, antibactérien ; il est de formule assez similaire à celle du savon noir cosmétique, mais les sels qu’il contient sont un peu moins doux pour la peau) ;
  • 20 gouttes d’huile essentielle de citron (dégraissante, antibactérienne, sent bon) ;
  • 2 cuillères à soupe de cristaux de soude (dégraissants, antibactériens, récurants) ;
  • 2 cuillères à soupe de vinaigre blanc (bactéricide, désinfectant, anticalcaire).

Matériel

  • Un vieux bidon de liquide vaisselle du commerce ou tout autre récipient qui se ferme ;
  • Un saladier ;
  • Un entonnoir.

La recette

  1. Dans un saladier, versez — dans cet ordre — eau chaude, savon et huile essentielle, puis mélangez ;
  2. Ajoutez les cristaux de soude et le vinaigre. Mélangez et transvasez dans votre récipient à l’aide de l’entonnoir.

Astuce : cette recette est très liquide. Pour une version « gel » concentrée, remplacez le savon noir par 50 grammes de savon de Marseille râpé (sans glycérine, pour éviter les dépôts gras sur la vaisselle).

Nos impressions après le test

Ce produit vaisselle mousse très peu, ce qui peut faire bizarre au début. Mais il « fait le boulot » : il dégraisse assiettes, couverts et casseroles en laissant un doux parfum d’agrume. Pour vous y habituer, dans un premier temps, vous pouvez alterner et continuer d’utiliser votre produit du commerce une fois sur deux.

Et pour une vaisselle 100 % naturelle et zéro déchet, pensez à remplacer votre éponge jaune et verte par un tawashi tricoté par vos soins.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Petit manuel des bonnes pratiques écolos sur Internet

Source : Article transmis amicalement à Reporterre par Kaizen.

Photos : © Tifenn Ripoll

THEMATIQUE    Quotidien
18 juillet 2019
De l’urgence de débattre au sein du mouvement écologiste
Édito
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage


Sur les mêmes thèmes       Quotidien





Du même auteur       Diane Routex (Kaizen)