Petit manuel des bonnes pratiques écolos sur Internet

Durée de lecture : 5 minutes

13 février 2017 / Diane Routex (Kaizen)

Derrière Internet se cache une industrie polluante qui représente entre 2 % et 10 % des émissions de gaz à effet de serre, soit plus que l’aviation. Certains usages permettent cependant de limiter ces émissions.

1. Faire le vide dans sa messagerie

Les centaines — voire milliers pour certain-es — de courriels dont regorgent nos messageries mobilisent l’énergie des serveurs en permanence, rien que pour être stockés. Le premier réflexe consiste donc à se retrousser les manches et à supprimer tous les messages superflus, surtout ceux avec de grosses pièces jointes. Imposez-vous une routine qui vous convient : par exemple, le 1er de chaque mois, sauvegardez sur votre disque dur les pièces jointes et les messages dont vous avez besoin, et supprimez les autres.

Les data centers sont de gigantesques lieux qui hébergent des milliers de serveurs par lesquels transitent toutes les données Internet : chaque envoi de courriel, chaque visionnage de vidéos, chaque requête tapée dans un moteur de recherche sollicite les serveurs. Du fait de leur activité constante, les data centers consomment énormément d’électricité. Ils demandent notamment à avoir une température maintenue à 20 °C en permanence.

2. Se désabonner des lettres d’information

Prenez le réflexe de vous désabonner des lettres d’information qui ne vous intéressent pas. Si vous vous sentez submergé, vous pouvez utiliser le service gratuit Unroll.me, qui repère en un instant toutes les lettres d’information auxquelles vous êtes abonné-e (elles sont souvent bien plus nombreuses qu’on ne le pense !) et vous permet de vous désabonner de tout ou partie en un clic.

3. Utiliser un service de messagerie durable

Comme Newmanity, qui respecte votre vie privée (vos données ne sont ni analysées ni collectées à des fins commerciales, contrairement à la plupart des messageries classiques) et l’environnement, en passant par des data centers alimentés en électricité produite avec des énergies renouvelables.

4. Limiter l’utilisation des champs CC et CCI

Avant de mettre toute l’équipe en copie, demandez-vous si cela est vraiment nécessaire et si certaines informations ne peuvent pas être données oralement, car chaque destinataire ajouté représente du CO2 supplémentaire émis.

5. Opter pour une signature sobre

Évitez d’utiliser une signature de courriel qui comporte une image ou une pièce jointe.

6. Privilégier un moteur de recherche responsable

Il existe plusieurs moteurs de recherche qui utilisent les revenus générés par la publicité pour rendre le monde plus vert. En choisissant par exemple d’installer l’extension du métamoteur Lilo sur votre navigateur, vous transformez chaque recherche en microdon destiné à des associations ou des entreprises solidaires. Quant à Écosia, il reverse 80 % de ses revenus à un programme de plantation d’arbres au Brésil.

7. Choisir la couleur noire

Pour réduire la consommation d’électricité de votre écran, vous pouvez utiliser une page de recherche noire comme Blackle.

Utiliser un dispositif physique de stockage des données est moins gourmand en énergie que de recourir aux services des « clouds ».

8. Se passer de moteur de recherche

Se passer de moteur de recherche évite de solliciter les serveurs qui les hébergent. Ayez donc des favoris bien organisés en dossiers et sous-dossiers afin d’accéder directement aux pages que vous visitez quotidiennement. Vous pouvez également taper directement l’URL du site, si vous la connaissez, dans la barre d’adresse.

9. Bloquer la publicité

Comme n’importe quel contenu sur la toile, pour s’afficher, la publicité — surtout vidéo — consomme de l’énergie à travers les serveurs. Utilisez un bloqueur de publicités — par exemple Adblock et Ghostery — pour éviter ces contenus énergivores qui polluent aussi l’esprit.

10. Privilégier l’utilisation de clefs USB

Vous avez des documents, des images ou des vidéos à partager avec un-e collègue ? Plutôt que d’envoyer un lourd courriel, favorisez le contact humain et aller le lui porter en main propre sur une clef USB. Si la personne n’est pas présente physiquement, privilégiez l’envoi de pièces jointes par des services tel Wetransfer, qui ne stocke les données que quelques jours sur les serveurs avant de les supprimer.

11. Limiter le stockage en ligne des données

Si l’utilisation d’un « cloud » en entreprise s’avère très pratique pour stocker et partager les documents, pensez à y faire le tri régulièrement, car chaque fichier présent, pour être rendu disponible à tout moment, entraîne une sollicitation permanente des serveurs.

12. Faire le choix d’une police écolo

Enfin voici une astuce qui dépasse le cadre de l’utilisation d’Internet : si vous avez vraiment besoin d’imprimer un document, passez-le en police Ecofont, qui utilise moins d’encre que toutes les autres, car chaque caractère est criblé de petits points blancs.

Pensez également à transposer ces astuces sur votre tablette et votre smartphone.


INTERNET EN QUELQUES CHIFFRES


POUR ALLER PLUS LOIN

Pour tout savoir sur l’impact écologique d’Internet et les bonnes pratiques à adopter, consultez le site du projet universitaire Backbone.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Le premier procès contre un data center s’ouvre aujourd’hui

Source : Article transmis amicalement à Reporterre par Kaizen.

Photo :
. chapô ; Publicdomainpictures (CC0)
. stockage : Pixabay

DOSSIER    Informatique et internet

18 juillet 2019
De l’urgence de débattre au sein du mouvement écologiste
Édito
18 juillet 2019
Élisabeth Borne, une « travailleuse acharnée » pas « écolo convaincue » au ministère de l’Écologie
Info
16 juillet 2019
Pourquoi faire la « marche des animaux » ?
Une minute une question


Dans les mêmes dossiers       Informatique et internet





Du même auteur       Diane Routex (Kaizen)