Gaz de schiste : en Pologne, le pays européen qui a commencé l’exploitation, luttes et débats

Durée de lecture : 2 minutes

19 octobre 2013 / Sylvain Lapoix (Reporterre)

Partout dans le monde, des manifestations ont lieu samedi 19 octobre contre le gaz de schiste. Reporterre va en Pologne, premier pays européen où a commencé l’exploitation du gaz de schiste, comprendre où en est le débat et raconter la lutte.


- Reportage, Varsovie (Pologne)

Le maintien de la loi interdisant la fracturation hydraulique par le Conseil constitutionnel en France n’est qu’une petite bataille dans la guerre politique entre partisans et opposants aux gaz de schiste. Et si les commentateurs sont tentés de clore leurs tribunes, les industriels et les militants tournent les oreilles vers l’Est : depuis cet été, la Pologne est le premier pays du continent à exploiter ses ressources en gaz de schiste.

A l’occasion du franchissement de ce cap et de la deuxième journée internationale contre les gaz de schiste, le Global FrackDown, Reporterre s’en va pendant une semaine sur les terres du débat.

Dans la région côtière de Cachoubie, pour rencontrer les agriculteurs voisins des tours de forage britanniques et américaines qui visent les premières réserves du pays.

A la frontière ukrainienne, près de Lublin, où le mouvement Occupy Chevron centralise les mouvements de résistance et organise les ripostes militantes, médiatiques et légales au géant américain.

A Varsovie, enfin, pour faire le point sur un droit minier taillé sur mesure pour les rêves d’émancipation énergétique de la Pologne nouvelle et sur les forces d’opposition politique à ce projet de société.

De Gdansk à Zurawlow, nous ferons le point sur l’état des rapports de force autour de cette question, afin d’entrevoir les méthodes des opposants, celle des compagnies et le contexte politique local. Autant d’éléments qui dessinent, par le truchement des institutions européennes, la suite d’un débat loin d’être clos. Ici comme ailleurs.

Appel à contributions :

De ce samedi 19 au jeudi 24 octobre, Sylvain Lapoix sera l’envoyé spécial de Reporterre. Si vous êtes en Pologne ou que vous disposez d’informations utiles à notre série, vous pourrez lui transmettre via son compte Twitter @sylvainlapoix ou avec le hashtag #ReporterrePL


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Sylvain Lapoix pour Reporterre.

Photo : lexpress.

Lire aussi :
- 1e volet : La Pologne compte sur le gaz de schiste pour payer ses retraites.
- 2e volet : La Pologne a bafoué la loi européenne pour le gaz de schiste.
- 3e volet : Les opposants polonais au gaz de schiste s’organisent.


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

14 septembre 2019
Véganes et paysans (presque) unis contre l’élevage industriel
Enquête
13 septembre 2019
Valdepiélagos, l’écovillage espagnol qui résiste à l’exode rural
Alternative
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage




Du même auteur       Sylvain Lapoix (Reporterre)