Hambourg veut devenir la première grande ville sans voiture‏

Durée de lecture : 3 minutes

22 janvier 2014 / CarFree // Reporterre

Hambourg en Allemagne va peut-être devenir la première ville européenne sans voitures. La ville prévoit de mettre en place sur vingt ans un réseau vert reliant l’ensemble des parcs et espaces naturels de la ville et permettant « d’éliminer la nécessité de la voiture à Hambourg ».


Avec environ 1,8 million d’habitants en 2012, Hambourg est la seconde ville d’Allemagne. C’est également une ville très verte, dont environ 40% de la superficie est constituée d’espaces verts, cimetières, installations sportives, jardins, parcs et places.

La ville de Hambourg a décidé de créer encore plus d’espaces verts et de relier l’ensemble de ces espaces par des voies piétonnes et cyclables. Les principaux objectifs de ce plan sont d’améliorer la qualité de vie des habitants, de réduire les niveaux de pollution et les émissions de CO2 et de prévenir le réchauffement climatique, en régulant le climat de la ville et en limitant les inondations prévisibles dans le futur.

Selon la porte-parole de la ville Angelika Fritsch, le projet va faire de Hambourg un exemple unique en Europe : « D’autres villes, notamment Londres, ont des anneaux verts, mais le réseau vert de Hambourg sera unique en couvrant la totalité de la ville depuis la périphérie vers le centre-ville. Dans 15 à 20 ans, vous serez en mesure d’explorer la ville exclusivement à vélo et à pied. »

Dans le cadre de ce projet, la ville doit donc mettre en place de nouveaux espaces verts qui devraient aider à absorber le CO2 et réguler le climat de la ville (la température moyenne de Hambourg a augmenté d’environ 1,2 ºC au cours des 60 dernières années). Ces espaces doivent également permettre de prévenir les inondations : depuis 60 ans, le niveau de la mer à Hambourg a augmenté d’environ 20 centimètres et devrait augmenter encore de 30 centimètres d’ici à 2100.

« Hambourg a toujours été une ville verte avec beaucoup de parcs », note Jens Kerstan, chef du Parti Vert au parlement du Land de Hambourg. « Le réseau vert est logique dans la perspective d’adaptation au changement climatique, d’autant plus que nos résidents sont plutôt sensibles à la question du changement climatique. Beaucoup de Hambourgeois sont prêts à renoncer à leur voiture, ce qui est très rare en Allemagne. »

Grâce à ce réseau vert, Hambourg suit une tendance impulsée par des villes comme Copenhague au Danemark, avec la construction de pistes cyclables afin de relier les zones éloignées des centres-villes. Et, surtout, le plan fera de la voiture quelque chose d’essentiellement inutile.


Note de Reporterre - Un lecteur ayant vécu plusieurs années à Hambourg nous écrit pour apporter les précisions suivantes : "A Hambourg, le réseau ferroviaire (U-Bahn et S-Bahn — qui correspondent à peu près aux métro et RER en Ile-de-France) est formidablement bien développé jusqu’à la périphérie avec des passages fréquents et un service de nuit le week-end. Et les quelques zones en ville qui ne sont pas à proximité immédiate d’une station de U ou de S-Bahn sont très bien desservies par les bus. L’ensemble du réseau fonctionne d’ailleurs plutôt très bien, est bien coordonné, et pourrait servir de modèle au réseau francilien."


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : CarFree

Lire aussi : La ville américaine qui vit sans voiture depuis 1898

14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
14 novembre 2019
La démocratie renaîtra à l’échelle locale
14 novembre 2019
Une épicerie gratuite pour les étudiants qui ne mangent pas à leur faim