Il est urgent de sauver les sols agricoles

6 juillet 2017 / Konrad Schreiber et Alain Canet



L’agriculture conventionnelle et mécanisée a un effet délétère sur les sols en appauvrissant durablement leur taux de matière organique et en abîmant leur stabilité structurale, expliquent les auteurs de cette tribune. Qui défendent, a contrario, les pratiques vertueuses de l’agriculture de conservation et de l’agroforesterie.

Alain Canet est directeur d’Arbre & Paysage 32 et président de l’Association française d’agroforesterie (Afaf) ; Konrad Schreiber est agronome, spécialisé dans la technique du semis direct et les couverts végétaux.


À la suite de la publication d’une tribune sur la crise du sol sur le site de Reporterre, certains scientifiques se sont insurgés de l’assertion selon laquelle 95 % des sols perdaient de la matière organique, en particulier en grandes cultures. Il est vrai qu’aucun article scientifique ne mentionne ce chiffre ni ne propose une analyse des conséquences des pratiques agricoles mises en place dans l’après-guerre jusqu’à aujourd’hui sur les stocks de matières organiques des sols. Et pourtant, force est de constater que, bien qu’approximatives, ces valeurs approchent sans doute la réalité observée sur le terrain : il suffit d’enquêter chez les paysans.

N’en déplaise à certains, la crise agricole est bien une crise du sol. Il semble de plus en plus clair que les fuites d’intrants vers les nappes et l’érosion des sols vers les rivières signalent une forte baisse de la stabilité structurale des sols, corrélée à une importante diminution des taux de matière organique. Charge à la science d’établir des chiffres fiables et une chronologie historique en lien avec les pratiques agricoles concernant le travail du sol. Au-delà des polémiques, il est aujourd’hui certain que les pratiques agricoles conventionnelles actuelles développées depuis plus de 50 ans posent d’énormes problèmes économiques et environnementaux. Compte tenu du parfait recouvrement des cartes « érosion » et « nitrates » établies par l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), il est évident que la perte de matière organique constitue le plus gros problème environnemental de l’agriculture. 

Il n’est pourtant pas difficile, en regardant la couleur de nos rivières, de voir que c’est la terre qui s’en va vers la mer 

Comment expliquer cet état de fait ? Peu couverts et fortement travaillés, les sols cultivés ne cessent de perdre de la matière organique par minéralisation, ce qui contribue à l’émission de gaz à effet de serre et au réchauffement climatique. Mais les effets sur le sol lui-même et sa fertilité ne sont pas moins délétères. C’est la spirale de dégradation.

La richesse des sols s’échappe vers les rivières, comme ici l’estuaire de l’Adour, à la frontières des Landes et des Pyrénées-Atlantiques.

Tout d’abord, essayons de comprendre les mécanismes qui sous-tendent ce constat. Si les chiffres exacts restent difficiles à établir, il est aujourd’hui certain que la diminution des stocks de matière organique dans les sols est due à deux facteurs essentiels : 

  • La faiblesse des retours de biomasse au champ. C’est la plante, vivante puis morte, qui alimente les chaînes trophiques du sol et lui apporte du carbone sous forme de sucres issus de la photosynthèse. Une grande partie de ce carbone est utilisé par le métabolisme des organismes ainsi nourris (bactéries, champignons, acariens, insectes…), tandis qu’une autre est stockée, notamment sous forme d’humus (humification). Or, les pratiques agricoles actuelles rapportent de moins en moins de carbone au champ : plantes naines, export des résidus de culture, intercultures de type Cipan (pour « culture intermédiaire piège à nitrates ») avec peu de végétation, retrait des animaux et de la prairie des rotations… Dans les systèmes céréaliers, le sol est nu entre trois mois (rotations blé/orge/colza) et six mois (rotations maïs/maïs ou blé/tournesol) dans l’année. Quel gâchis de la seule énergie renouvelable disponible en agriculture : le soleil.
  • La forte perturbation mécanique du sol par les machines agricoles. Labour, outils animés, déchaumages répétés, mais également binage et hersage : en plus de dégrader l’habitat de nombreux habitants du sol essentiels à son bon fonctionnement, le travail du sol accélère l’oxydation de la matière organique et donc la minéralisation de l’humus, qui se transforme bien vite en CO2 dans l’atmosphère et en nitrates dans les nappes. Enfin, lorsque l’on travaille le sol, cela signifie qu’il n’y a pas dans le champ une plante en train de pousser, de capter l’énergie renouvelable du soleil, de structurer le sol et de nourrir ses habitants : le soleil stérilise les horizons superficiels du sol laissé à nu et les « ingénieurs du sol » ne travaillent plus.

Nous sommes aujourd’hui arrivés à des taux de matière organique dans les sols tellement bas que nous ne voyons plus d’évolution. Il est devenu très difficile de déstocker le peu qui reste fossilisé, immobilisé entre les feuillets d’argile et inutile aux cultures. Mais cela n’empêche pas certains d’en conclure que les pratiques actuelles n’ont pas d’effet mesurable sur les stocks de carbone organique. Il n’est pourtant pas difficile, en regardant la couleur de nos rivières, de voir que c’est la terre qui s’en va vers la mer et que ce phénomène ne s’observe jamais sur prairie ou dans la forêt. 

Miser sur le végétal pour produire des humus stables et nourrir la vie du sol toute l’année 

En conséquence de cet appauvrissement, les sols sont plus sensibles à l’érosion, à la battance, leur réserve utile en eau est plus faible, et leur fertilité se réduit à peau de chagrin. Même certaines prairies ne poussent plus en été. Un fort apport d’intrants devient alors nécessaire pour sustenter les cultures qui se développent sur ces terres devenues pauvres en nutriments, en champignons favorables et en mycorhizes.

N’en déplaise aux acteurs du développement agricole, pour stocker du carbone en agriculture et produire des sols fertiles, il faut augmenter les entrées de matière organique dans le système et réduire les sorties, notamment par la réduction ou la suppression du travail du sol. C’est le double objectif de l’agriculture de conservation et de l’agroforesterie.

En agroforesterie, un sol n’est jamais laissé nu. Les semis se font directement sur la végétation de la prairie, qui sera écrasée pour nourrir le sol.

En couvrant les sols toute l’année et en augmentant la production de photosynthèse in situ, en ne sortant que le grain du champ, ces pratiques misent sur le végétal pour produire des humus stables et nourrir la vie du sol toute l’année. Oui, l’agriculture peut produire autant, voire plus de biomasse que les écosystèmes forestiers (jusqu’à douze tonnes de matière sèche par hectare et par an sous nos latitudes). Plus l’on produit de biomasse dont seul le grain est exporté, plus l’on stocke de carbone tout en augmentant l’activité biologique et la fertilité des sols, mais à la seule condition de développer les bonnes pratiques agricoles. Un moyen de réconcilier production et environnement ? C’est le travail engagé par de très nombreux agriculteurs partout en France. C’est ce que montrent les résultats du programme Agre’eau. Qu’attendons-nous pour développer, transposer et amplifier ?




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : La crise agricole est d’abord et surtout une crise du sol

Source : Courriel à Reporterre

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et inters sont de la rédaction.

Photos : © Arbre et Paysage 32 sauf :
. chapô : Unsplash (Zbysiu Rodak/CC0)

DOSSIER    Agriculture et climat

THEMATIQUE    Agriculture
25 juillet 2017
Vaccins : il faut étudier les risques des adjuvants aluminiques
Tribune
25 juillet 2017
Près de Toulouse, le préfet veut imposer un centre commercial au mépris de la justice
Reportage
25 juillet 2017
Les radios pirates sont de retour... avec les luttes
Alternative


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Agriculture et climat



Sur les mêmes thèmes       Agriculture