Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Énergie

La France ne financera pas l’immense usine de gaz de Total en Arctique

Tour Total Michelet, à La Défense, à Puteaux.

Des doutes subsistaient mais l’information a été confirmée mercredi 1er décembre : non, la France ne financera pas l’usine de gaz naturel liquéfié en Arctique russe. Ce projet gigantesque, détenu notamment par Novatek (une société russe productrice de gaz naturel) et TotalEnergies (à hauteur de 21,6 %), a obtenu le 30 novembre des aides de près de dix milliards d’euros.

Quatre milliards et demi d’euros seront fournis par les banques russes, deux milliards et demi par des banques chinoises. Encore deux milliards et demi d’euros seront prêtés par des institutions financières de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

En septembre 2020, le journal Le Monde avait révélé que le ministère de l’Économie pourrait soutenir ce projet en se portant garant, via BPIFrance (la banque publique d’investissement), à hauteur de 700 millions d’euros. Mais Bercy a confirmé par mail à l’association Les Amis de la terre, le 1er décembre, que la France ne donnera pas un sou.

« Mettons également fin à toute aide publique à Total »

« Le retrait de la France d’un tel projet est un signal fort, analyse Anna-Lena Renaud, chargée de campagne aux Amis de la Terre, dans un communiqué. Emmanuel Macron admet indirectement que continuer à extraire du gaz est problématique pour le climat et la biodiversité. Ce faisant, il désavoue sa propre politique adoptée en 2020 qui permet à la banque publique d’investissement de soutenir des projets d’exploitation gazière jusqu’en 2035. » Selon l’Agence internationale de l’énergie, plus aucun investissement ne doit aller à de nouveaux projets d’hydrocarbures, y compris le gaz fossile.

« La France doit cesser tout financement de projets fossiles à l’étranger, avec ou sans capture de carbone, a réagi l’eurodéputée écologiste Marie Toussaint dans un communiqué. Plus de grand discours creux, il faut des actes forts. Mettons également fin à toute aide publique à Total et imposons à la firme française la plus pollueuse le respect des droits humains et de l’Accord de Paris. »

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende