Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Catastrophes nucléaires

La justice autorise le redémarrage de deux réacteurs nucléaires au Japon

La justice a ouvert mardi 28 mars la voie au redémarrage de deux réacteurs nucléaires de l’ouest du Japon, en levant l’ordre d’arrêt émis il y a un an pour des raisons de sûreté.

Cet arrêt de la Haute cour d’Osaka a aussitôt été déploré par les plaignants qui ont fustigé « une décision injuste ignorant l’opinion publique nationale et régionale », selon une affiche brandie devant les caméras de télévision. La compagnie Kansai Electric Power, qui gère ces unités 3 et 4 de la centrale de Takahama, située à quelque 350 km à l’ouest de Tokyo, n’avait pas immédiatement réagi mais devait tenir une conférence de presse plus tard dans la journée.

En mars 2016, un tribunal, saisi par un groupe de riverains, avait exigé l’arrêt des deux réacteurs, alors qu’ils venaient tout juste d’être remis en service. « A la lumière de l’accident de Fukushima, il reste des interrogations sur les mesures de protection vis-à-vis d’un tsunami et concernant les plans d’évacuation », avait alors souligné le juge qui estimait que la compagnie n’avait pas fourni suffisamment d’explications sur les mesures de sûreté.

Actuellement, sur les 42 réacteurs restants dans l’archipel (contre 54 avant la catastrophe de Fukushima survenue en mars 2011), trois seulement sont en service, tous situés dans le sud-ouest de l’archipel (Sendai 1 et 2, Ikata 3).

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende