La nature, quelle pédagogue !

3 novembre 2015 / Maëlle Guéroult (Reporterre)



À six semaines de la conférence sur le climat, Michel Scrive invite, dans Jouer nature, à « explorer les pistes de jeu qu’offre la nature » et à retrouver les liens qui nous y unissent.

« Marcher sur un tronc, lancer un caillou, écouter les chants des oiseaux, respirer le grand air, s’asseoir sur le sol… », écrit Michel Scrive en introduction de son livre Jouer nature. Des activités qui semblent loin des préoccupations actuelles.

En cette année d’accueil de la COP 21 à Paris, l’actualité n’est pas à notre relation à la nature. Le climat occupe tous les esprits. Comme si les deux sujets n’avaient pas de lien. Parallèlement à la préparation de la réunion officielle, des messages sont adressés aux citoyens. « Si la COP21 a pour objectif d’aboutir à un accord international sur le climat (…), elle est aussi l’occasion de sensibiliser aux bons gestes à adopter (…) pour réduire les émissions de gaz à effet de serre », peut-on lire sur le site Paris2015.

Éteindre sa lumière, ne pas gaspiller d’eau, recycler ses déchets. Pour nous, simples habitants, l’enjeu du dérèglement climatique se résumerait à mettre en œuvre ces actions quotidiennes. D’autres voix nous appellent à envisager les choses sous un autre angle. « Les crises économiques, écologiques et sociales sont autant d’opportunités de recréer un système fiable, durable en harmonie avec la nature et avec l’humain », indique le Mouvement Alternatiba. Et si nous commencions simplement par retrouver notre harmonie avec la nature ?

Une course folle dans un champ de blé

« Nous avons tous, gravé au fond de nous, ce sentiment de liberté ressenti à l’occasion d’une course folle dans un champ de blé ou d’un cache-cache dans les bois. Chacun de nous s’est rêvé boulanger en créant des petits pains en sable, potier en jouant à la gadoue, luthier en taillant son premier rameau de bois… », nous rappelle l’auteur du livre.

En 120 jeux et activités, Michel Scrive, éducateur nature, propose plusieurs approches pour retrouver ce lien à la nature. Le premier chapitre Jouer dans la nature, invite d’abord à explorer la nature, comme « terrain de jeu idéal, lieu propice à la contemplation et à la rêverie ». Jeux traditionnels, classiques de l’éducation populaire et de l’animation nature y sont rassemblés : gamelle, sardine, ricochets, billes, memory, kim, béret nature, contes sur les plantes et les animaux, jeux coopératifs.

Autant d’idées que l’éducateur nature envisage comme des outils pédagogiques. « Le jeu est indispensable aux enfants. Il permet de se dépenser, de se confronter au monde et aux autres, avec des règles. C’est une occasion d’expérimenter, de développer son intelligence, de prendre des rôles et des responsabilités, et de faire l’apprentissage de l’autonomie. »

Cette dimension pédagogique du jeu et de la nature s’inscrit tout au long du livre. Les éducateurs, animateurs nature, enseignants, parents, trouveront en introduction de chaque sous-partie des guides pour accompagner les enfants dans leur construction.

« Faire avec ce que l’on a »

Après l’exploration, le deuxième chapitre appelle à se relier aux éléments et à ses sens. Jeux d’eau, cueillettes et cuisine des plantes sauvages, créations en argile. Là encore des incontournables mais aussi des activités plus originales comme la fabrication de laine feutrée.

« Faire ses jouets à partir d’éléments naturels, c’est aussi faire avec ce que l’on a, ce que l’on trouve autour de chez soi (…). Jouer nature permet de ne plus être seulement consommateur et de se réapproprier les objets du quotidien, en étant capable de construire, d’agir. »

Le troisième chapitre et aussi le plus gros s’intéresse justement à la fabrication d’instruments, de jeux et de figurines à partir d’éléments récoltés dans la nature. Sifflets, toupies, moulins, bâtons de marche, catapultes, poupées, mikados. Quant au quatrième, il aborde la question des couleurs, encres, peintures et teintures végétales.

« Toute une mémoire à transmettre »

Chaque fois, les explications sont simples, claires, courtes. Il n’est pas réservé aux animateurs et instituteurs, mais est très accessible aux parents. L’ensemble tient en un petit format de 95 pages très pratique à emmener avec soi lors de ses balades. C’est un des intérêts de ce livre par rapport à tous les ouvrages existants sur le sujet. Mais aussi sa limite. Jouer nature est plutôt à utiliser comme un recueil. Pour creuser, mieux vaut aller fouiller dans d’autres documents, justement cités dans la bibliographie de l’auteur.

Michel Scrive n’oublie d’ailleurs pas les origines de ces savoirs compilés par d’autres avant lui. « Cette démarche remet du lien entre la nature et la culture : une culture populaire, un ensemble de savoir-faire et d’usages des plantes. En somme, toute une mémoire à transmettre (…). Certains de ces jeux traditionnels se retrouvent aux quatre coins du monde (…). Cela montre que les gestes et les savoir-faire circulent, que les cultures se construisent dans le dialogue et que les traditions peuvent, peut-être, nous rapprocher. » Quel enjeu plus actuel que celui-là ?


Jouer Nature, Collection Habiter la planète, Michel Scrive, illustrations de Sylvie Napolitano, Les Presses d’Île-de-France, 96 p., 14 €.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Pourquoi jouer dans la nature et avec la nature ?

Source : Maëlle Guéroult pour Reporterre

Images : Sylvie Napolitano, illustrations tirées du livre Jouer nature.

THEMATIQUE    Pédagogie Education
24 mai 2017
Le marché bio s’envole, les paysans bio craignent de perdre leur âme
Enquête
26 mai 2017
Le Finlandais qui inventait des vélos extraordinaires
Alternative
16 mai 2017
La Hague, un cimetière radioactif de plus en plus dangereux
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Pédagogie Education





Du même auteur       Maëlle Guéroult (Reporterre)