La société civile prépare une COP 21 pleine de rebondissements

Durée de lecture : 3 minutes

5 octobre 2015 / Hervé Kempf (Reporterre)

Réunie à Créteil durant le week-end, la Coalition Climat 21 a montré son énergie : les rendez-vous de novembre et décembre sont bien fixés, et la préparation tourne à plein régime. Reste maintenant à susciter la mobilisation pour les rassemblements des 29 novembre et 12 décembre.

La Coalition Climat 21 s’est réunie du vendredi 2 octobre à dimanche pour préparer la mobilisation de la société civile durant la Conférence des Nations unies - alias COP 21 - qui aura lieu au Bourget, près de Paris, du 30 novembre au 11 décembre.

Plus de cinq cents activistes - dont nombreux sont venus de l’étranger - ont participé à ces trois jours denses, où les discussions ont visé le concret : comment bien réussir les diverses actions qui auront lieu durant ces quinze jours.

Les rendez-vous posés sont maintenant clairs :

- dimanche 29 novembre : grandes marches à Paris et dans de nombreuses villes à travers le monde (certaines auront lieu le samedi 28 novembre) ;
- samedi 5 décembre et dimanche 6 : Sommet citoyen pour le climat, à Montreuil (93) qui verra s’animer le village mondial des alternatives et le Climat forum ; des activités et débats auront aussi lieu du lundi 7 décembre au samedi 11 au sein de la ZAC (Zone action climat), qui se déroulera au Centquatre, 5 rue Curial à Paris ;
- samedi 12 décembre : journée de mobilisation.

La figure que prendront ces journées se dessine. Pour le samedi 28 novembre et le dimanche 29, des marches se préparent en province (Rouen et Lyon le 28, Bordeaux, Lille, Strasbourg, Marseille...) et dans le monde (Kampala, Sao Paulo, Sidney, ...). Le cortège de Paris, qui aura lieu le dimanche 29 novembre, devrait être le plus imposant. Il se déroulera dans l’idéal de la place de la Bastille à la tour Eiffel, joignant l’image d’un Paris populaire au symbole international de la ville. Il reste à avoir l’accord de la préfecture sur ce trajet.

La marche aura une forte composante artistique et joyeuse : des groupes de travail et des artistes (ou pas) vont préparer des réalisations et animations que l’on imagine roboratives et attrayantes.

Elle devrait se découper en « blocs » portant les messages que veut transmettre la Coalition : d’abord, en tête du cortège, le bloc des communautés affectées, des victimes du changement climatique, à travers le monde et dans les quartiers populaires.

Ensuite, un gros bloc sur la justice sociale, puis le bloc des responsables (énergies fossiles, aéroports comme à Notre-Dame-des-Landes, traité TAFTA, agro-industrie et OGM, etc.). Viendra ensuite le bloc des solutions (Vélorution, agro-écologie, taxe sur les transactions financières, etc.), avant un bloc de la nature (associations environnementalistes). Enfin, le bloc des « citoyens concernés » regroupera toutes celles et tous ceux qui, sans être activistes ou engagés dans une organisation, veulent manifester leur préoccupation du changement climatique.

Les débats ont surtout porté sur les actions concrètes

Quant à la journée du samedi 12 décembre, elle est encore en préparation. L’idée est, au dernier jour de la COP 21, de montrer que la société civile ne s’en remet pas aux négociateurs et à l’accord qui serait signé ce jour-là, mais que sa mobilisation doit continuer. Le problème climatique ne s’arrêtera pas à la COP, et la Coalition Climat 21 entend continuer le mouvement en 2016, pour maintenir la pression en faveur d’une transition permettant d’éviter le désastre climatique.

Le 12 décembre, l’on parle d’« encercler » le site de la conférence, mais à distance et de manière non-violente, en marquant des « lignes rouges » que les citoyens ne veulent plus laisser franchir. Des actions symboliques et ludiques devraient marquer cette journée, dont le scénario reste à écrire.

« La coalition climat est en plein rush ! »

La Coalition climat 21 travaille à plein régime depuis plusieurs mois avec une dizaine de permanents. Voici l’état de son travail présenté par Juliette Rousseau, qui en est la porte-parole :

- Ecouter Juliette Rousseau :

Juliette Rousseau, porte-parole de la Coalition Climat 21

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Hervé Kempf pour Reporterre

Photos : © Hervé Kempf/Reporterre



Documents disponibles

  Sans titre
DOSSIER    Climat : de COP en COP

16 octobre 2019
La carte des luttes contre les grands projets inutiles
Enquête
18 octobre 2019
Pour 2020, un budget d’un vert bien pâle
Info
18 octobre 2019
L’écologie populaire, c’est aussi dans les campagnes
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Climat : de COP en COP





Du même auteur       Hervé Kempf (Reporterre)