Journal indépendant, sans publicité, sans actionnaire, en accès libre, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info Logo Reporterre
Fermer

Climat : de COP en COP

Le Parlement européen va ratifier l’Accord de Paris sur le climat

Lors du Conseil extraordinaire des ministres de l’Environnement, vendredi 30 septembre à Bruxelles, les 28 membres de l’Union européenne ont ratifié l’accord de Paris contre le réchauffement climatique, né de la COP 21. Le Parlement européen devrait entériner cette décision mardi 4 octobre.

Du jamais vu dans l’histoire des accords internationaux et a fortiori dans celle des négociations sur le climat : l’accord de Paris pourrait entrer en vigueur dès la fin de 2016 ou au début de 2017, soit un an seulement après son adoption à Paris en décembre 2015.

Pour entrer en vigueur, l’accord de Paris doit être ratifié par au moins 55 pays comptant pour au moins 55 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Or, on y est presque. Au 30 septembre 2016, selon le décompte officiel de la convention des Nations unies pour le climat, 61 pays – dont les deux principaux émetteurs mondiaux, la Chine et les États-Unis – ont ratifié le texte, comptant pour très exactement 47,79 % des émissions. Avec les 4 % de l’Inde, qui doit ratifier le 2 octobre, et les 12 % de l’Union européenne qui se met en ordre de bataille pour le 4 octobre, le compte y est.

L’accord pourra-t-il de ce fait s’appliquer avant même 2020 ? En théorie, l’accord de Paris était censé prendre le relais de la deuxième période du protocole de Kyoto dont les dispositions s’achèvent en 2020. Mais la date de 2020 ne figure nulle part dans le texte final, au point que certains se prennent à rêver d’une mise en œuvre anticipée, plus cohérente avec l’urgence climatique.

Ce serait cependant aller un peu vite en besogne. « Nous avons besoin de définir les modalités d’application de l’accord et cela prend du temps », plaide un négociateur. Par exemple, l’accord de Paris pose le principe que l’ensemble des pays – y compris les pays en développement – devront rendre des comptes sur leurs actions en faveur du climat. Mais encore faut-il préciser les modalités de cet exercice de transparence : qui contrôle ? comment ? quel sera le degré d’exigence appliqué aux pays en développement ?

-  Source : La Croix et France Info

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende