Le banquier de la Société générale ? Il va bien, merci.

Durée de lecture : 1 minute

14 mai 2013 / Reuters

1,2 millions d’euros de bonus pour Frédéric Oudéa, le PDG de la Société générale.


Frédéric Oudéa, le PDG de la Société générale, voit son bonus augmenter de 75% au titre de l’exercice 2012, à près de 1,2 million d’euros, selon le document de référence de la banque.

Le montant définitif de ce bonus reste conditionné à la réalisation de certains objectifs financiers, comme le renforcement de la solvabilité financière, et à la performance boursière de l’action de la banque, précise la Société générale dans une actualisation de ce document, disponible lundi sur son site internet.

La SocGen prévoit de verser à son PDG une rémunération variable de 1,194 million d’euros, contre un bonus de 682.770 euros au titre de 2011. La rémunération fixe de Frédéric Oudéa reste en revanche inchangée à un million d’euros.

« M. Frédéric Oudéa a proposé que sa rémunération variable au titre de 2012 soit entièrement différée et convertie en actions ou équivalents cessibles sur 3 ans, entre 2014 et 2016 », précise la banque.

A titre de comparaison, Jean-Laurent Bonnafé, le directeur général de BNP Paribas, a vu son bonus augmenter de 40% pour 2012, à 1,68 million d’euros.

A la Bourse de Paris, l’action Société générale gagne 5% depuis le début de l’année, après un gain de 64,7% en 2012.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Reuters France

Lire aussi : Deux millions d’euros dans les poches du PDG de Vinci en 2012

2 avril 2020
Au nom du coronavirus, l’État libéralise l’installation des antennes-relais
Info
2 avril 2020
La crise sanitaire est l’occasion de réfléchir à la décroissance choisie
Tribune
1er avril 2020
Confinés à quai, les marins ne vont plus au large
Reportage




Du même auteur       Reuters