Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Violences sexistes

Le directeur du Cedis, accusé d’agression sexuelle, quitte EELV

Congrès EELV Décembre 2019.

Accusé d’agression sexuelles par deux femmes, le directeur du Cedis, le centre de formation d’Europe Écologie — Les Verts, a démissionné du parti. Dans une lettre envoyée le 1er décembre, l’homme explique que sa « décision a été mûrie douloureusement depuis une quinzaine de jours ». Face aux accusations, il assure que son « désarroi est total » et affirme son innocence . « Je torture ma mémoire depuis six mois ; le désespoir de me remémorer, de savoir, de comprendre me happe. (...) Je le dis avec la plus profonde gravité : jamais, jamais je n’ai commis de tels actes ».

Pour Ninon Guinel, l’une des deux femmes victimes, cette lettre a été éprouvante à lire. « L’inversion de culpabilité est tellement puissante qu’à un moment donné, on en arrive à douter nous-même de ce qui est arrivé. Ce qui est d’ailleurs commun dans les affaires d’agression sexuelle. Heureusement que nous sommes deux à témoigner ». Chez les Verts, cette démission est plutôt un soulagement. « Dans la mesure où la personne a démissionné d’EELV, il ne nous revient plus de prendre une quelconque décision et c’est à la justice de faire son travail », explique par courriel Alain Coulombel, membre de la commission féministe du parti. En parallèle, la cellule d’enquête et de sanction interne avait été saisie par Ninon Guinel et avait rendu son rapport. Elle concluait à l’exclusion du directeur du Cedis. Mais celui-ci a pris les devants.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende