Le jardin sans pétrole - Eloge de la courgette, venue d’Amérique et délicieuse en lasagne

Durée de lecture : 3 minutes

26 septembre 2015 / Christine Laurent (Reporterre)

Maigres récoltes au jardin. Mais une consolation. Deux courgettes, qui se faisaient attendre, ont éclos ! Originaire d’Amérique centrale, la courgette est arrivée dans nos assiettes grâce aux Italiens. Une bien belle idée ! Une jeune courgette de jardin, râpée ou en lasagne avec un filet de citron et d’huile d’olive, c’est un régal.

Le départ au jardin est un peu mou ce samedi, tout comme les pneus de nos bicyclettes qu’il faut absolument regonfler avant de démarrer. Il fait frais, pourtant une fois dans le jardin, nous nous déloquons rapidement, car le soleil de septembre est bien chaud.

C’est le mois des récoltes, elles sont maigres… Nous cueillons un kilo de tomates déstabilisées par l’humidité, quelques haricots, diverses herbes et feuilles, et deux... courgettes toutes rondes. Il était temps ! Ce pied nous a tout d’abord paru étrange car il poussait en touffe, alors que d’ordinaire, la plante s’allonge encore et encore au fur et à mesure de sa fructification.

Mais là, le pied grossissait en faisant du sur place et avait un mal fou à donner des fruits : tout l’été, les fourmis ont envahi les fleurs à peine écloses. La sécheresse s’y ajoutant, ces dernières avortaient. 

Nous étions tellement contents de ces deux courgettes que j’en ai oublié de photographier la plante 

Il existe aujourd’hui un grand nombre de variétés de courgette que l’on cuisine couramment. L’espèce elle-même (Cucurbita pepo) est originaire d’Amérique centrale et du Mexique, où elle aurait été domestiquée il y a environ 5 000 ans avant J.-C.

Les Italiens ont eu bien raison

Les courges, ancêtres de la courgette, étaient cultivées avec le maïs et les fèves par les Aztèques, les Incas et les Mayas, la fameuse Milpa testée avec un succès très relatif du côté du maïs dans notre jardin. Leurs meilleures variétés ont été rapportées par les Conquistadores à partir du 16e siècle.

Pour autant, cela ne fait qu’un siècle que la courgette est arrivée sur les tables opulentes des Français… Chez les nantis tout d’abord, car la courgette est une sorte de courge cueillie avant maturité, ce qui ne permet pas d’obtenir le meilleur rendement, ni de la conserver facilement.

Les Italiens ont eu les premiers l’idée de consommer encore jeune une certaine variété, brillante et aqueuse parmi les innombrables variétés issues de 400 ans de domestication. Dans le catalogue Vilmorin de 1925, courgette renvoie à courge d’Italie où l’on peut lire : « Dans toute l’Italie, où cette courge est très généralement cultivée, on en consomme les fruits tout jeunes, quand ils ont à peine les dimensions d’un petit concombre… Les plantes dont on empêche ainsi les fruits de se développer continuent à fleurir pendant plusieurs mois avec une abondance remarquable, et chaque pied peut donner un très grand nombre de petites courges qui, cueillies à cet état, sont extrêmement tendres et délicates. »

Les Italiens ont eu bien raison. Une jeune courgette de jardin, râpée ou en lasagne avec un filet de citron et d’huile d’olive, c’est un régal. Pas loin d’un dessert pour les diabétiques ! Si la cuisine range la courgette parmi les légumes, elle est d’un point de vue botanique, à cause de ses pépins, classées parmi les fruits.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Le jardin sans pétrole - La surprise d’un deuxième printemps, juste avant l’automne

Source : Christine Laurent pour Reporterre

DOSSIER    Jardin sans pétrole

9 novembre 2019
Chute du mur de Berlin : les écologistes étaient en première ligne
Info
12 novembre 2019
Paysans et défenseurs des animaux doivent s’unir contre l’industrialisation du vivant
Tribune
12 novembre 2019
Qu’est-ce qu’un nano-plastique ?
1 minute, 1 question


Dans les mêmes dossiers       Jardin sans pétrole





Du même auteur       Christine Laurent (Reporterre)