Faire un don
85073 € récoltés
OBJECTIF : 120 000 €
71 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Le niveau de CO2 dans l’atmosphère n’a jamais été aussi élevé depuis trois millions d’années

Durée de lecture : 3 minutes

23 novembre 2018 / Alexandre-Reza Kokabi (Reporterre)

Les gaz à effet de serre ont atteint un niveau de concentration record dans l’atmosphère en 2017, annonce l’Organisation météorologique mondiale. Pour le CO2, c’est un niveau jamais atteint depuis 3 à 5 millions d’années.

L’intensification de l’effet de serre, due aux émissions humaines de gaz à effet de serre (GES), est le principal moteur du réchauffement observé depuis un demi-siècle. Les experts en météorologie de l’ONU, dans leur bulletin annuel publié le jeudi 22 novembre et consacré aux gaz à effet de serre, nous apprennent que ce moteur dispose de toujours plus de carburant.

L’effet de serre est un phénomène naturel qui permet à la Terre de maintenir la chaleur solaire dans l’atmosphère et de conserver une température convenable pour entretenir la vie. Or, l’utilisation humaine des énergies fossiles, dont la combustion dégage du dioxyde de carbone (CO2), transforme la composition chimique de l’atmosphère. Les gaz à effet de serre, de plus en plus concentrés, retiennent trop de chaleur et la température terrestre monte.

Le méthane et le protoxyde d’azote, d’autres puissants gaz à effet de serre, atteignent eux aussi des niveaux records de concentration dans l’atmosphère.

D’après les mesures de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), institution spécialisée des Nations Unies, les niveaux de gaz à effet de serre ont atteint un nouveau record dans l’atmosphère terrestre. Les observations effectuées en 2017 montrent des teneurs en méthane (émis par le bétail ou les rizières par exemple) et en protoxyde d’azote (venant des engrais ou de l’industrie par exemple) respectivement 3,5 fois et deux fois plus élevés qu’à l’époque préindustrielle. Le CFC-11, une substance utilisée comme réfrigérant, a refait surface. Interdit depuis 1993, ce gaz appauvrit la couche d’ozone, la couverture qui nous protège des rayonnements solaires.

Surtout, les concentrations mondiales moyennes de dioxyde de carbone (CO2), qui représentent à peu près 70 % des émissions, ont atteint 405,5 parties par million (ppm) en 2017, contre 400,1 ppm en 2015. A titre de comparaison, à l’époque préindustrielle, la teneur moyenne en dioxyde de carbone de l’atmosphère terrestre était d’environ 278 ppm. La concentration de CO2 a donc augmenté de 46 % depuis 1750.

Un tel niveau de CO2 n’avait pas été atteint depuis 3 millions d’années

« La dernière fois que la Terre a connu une concentration comparable de CO2, c’était il y a 3 à 5 millions d’années, alors que la température était de 2 à 3°C plus chaude et que le niveau de la mer était de 10 à 20 mètres plus haut qu’aujourd’hui », écrit Petteri Taalas, le secrétaire général de l’OMM

Une telle concentration de CO2 dans l’atmosphère provoque les conditions propices à une augmentation considérable des températures, l’élévation du niveau des mers – l’eau se dilate et la cryosphère fond -, l’acidification des océans - qui absorbent une part du CO2 émis – et des évènements climatiques plus violents et plus fréquents.

« La science est claire, poursuit Petteri Taalas. Sans une réduction rapide des émissions de CO2 et d’autres gaz à effet de serre, les changements climatiques auront des effets de plus en plus destructeurs et irréversibles sur la vie sur Terre. La fenêtre d’action est presque close »

D’après le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), les émissions nettes de CO2 doivent atteindre zéro à l’horizon 2050 afin de maintenir l’augmentation de la température terrestre en-dessous de 1,5°C. En d’autres termes, la quantité de CO2 entrant dans l’atmosphère doit être égale à la quantité de CO2 éliminée par les puits naturels ou technologiques, et ce afin de limiter les dégâts du changement climatique sur les écosystèmes et les sociétés humaines.

Dans ce contexte, « chaque fraction d’un degré de réchauffement de la planète est importante, tout comme chaque partie par million de gaz à effet de serre », estime Elena Manaenkova, secrétaire générale adjointe de l’OMM.

- Télécharger le bulletin de l’OMM (en anglais) :

Bulletin annuel de l’OMM - novembre 2018 (en anglais).

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : La concentration de CO2 dans l’atmosphère vient de passer un cap jamais atteint depuis des millions d’années

Source : Alexandre-Reza Kokabi pour Reporterre
Graphiques : Wmo greenhouse GAS bulletin



Documents disponibles

  Bulletin annuel de l’OMM - novembre 2018 (en anglais).
DOSSIER    Climat : de COP en COP

THEMATIQUE    Climat
27 juin 2019
L’écologie et le social, c’est indissociable
Podcast
27 juin 2019
L’exploitation du gaz de schiste dévaste les États-Unis
Édito des lecteurs
26 juin 2019
Total : au service des actionnaires, au mépris du climat
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Climat : de COP en COP



Sur les mêmes thèmes       Climat





Du même auteur       Alexandre-Reza Kokabi (Reporterre)