Les climatologues s’inquiètent : les nouveaux modèles pointent vers un réchauffement de 5°C

13 mai 2019 / Michel Damian

Les modèles du climat continuent à s’améliorer. Mais la tendance qu’ils font apparaitre inquiète les scientifiques : le réchauffement en cas de doublement de la concentration de CO2 dans l’atmosphère serait plus important qu’on ne le prévoyait jusqu’à récemment.

L’auteur de cet article, Michel Damian, est professeur émérite à l’Université de Grenoble-Alpes (laboratoire Gael).


En 1896, le chimiste suédois Svante Arrhenius estimait qu’un doublement de la teneur de l’atmosphère en CO2 accroîtrait les températures de l’ordre de 5-6 °C selon les latitudes. Cette hypothèse du doublement du CO2 (d’ici 3.000 ans pour Arrhenius, au rythme de son temps) est devenue le fil conducteur des recherches sur l’évolution du climat et sa modélisation.

Dans les cinq rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), publiés respectivement en 1990, 1995, 2001, 2007 et 2013, les fourchettes des prévisions à l’horizon 2100 ont évolué comme suit, toujours sous l’hypothèse du doublement de la teneur de l’atmosphère en CO2 par rapport à la période préindustrielle : 2-5 °C ; 1-3,5 °C ; 1,4-5,8 °C ; 1,1-6,4 °C et 1,5-4,8 °C.

Toutes les modélisations simulent un réchauffement global du climat, seule l’amplitude varie

Les incertitudes n’ont donc guère été réduites, et l’amélioration des prévisions ne pourra vraisemblablement provenir que de manifestations plus explicites encore du changement climatique...

Les climatologues travaillent à partir de modèles, et ce sont ces travaux de modélisation qui sont utilisés pour alimenter les rapports du Giec. Le premier modèle atmosphérique date de 1950 (il a été testé sur le premier ordinateur existant, l’Eniac). À la date du 4e rapport du Giec, en 2007, le nombre de modèles indépendants utilisés par les laboratoires de climatologie à travers le monde étaient de 23.

Depuis 1958, la concentration de CO2 dans l’atmosphère terrestre est mesurée en continu à l’observatoire de Mauna Loa à Hawaï.

Aujourd’hui, il existe une quarantaine de modèles de climat, dont deux français. Soumis à une hausse de la concentration en CO2, tous ces modèles simulent un réchauffement global du climat.

En revanche, l’amplitude de ce réchauffement varie selon les modèles, entre 2,5 °C et 4,5 °C pour un doublement de la concentration en CO2. Il y a en effet des incertitudes, qui concernent les rétroactions climatiques, qui ne sont pas prises en compte de la même manière par les modèles. Les deux principales rétroactions sont liées à la vapeur d’eau (qui est un autre gaz à effet de serre) et aux nuages (en particulier les nuages bas en altitude).

« L’aspect effrayant est que ces modélisations pourraient être pertinentes »

À l’aube de la révolution industrielle, le taux de CO2 contenu dans l’atmosphère était d’environ 280 parties par million en volume (ppmv) [1]. En 1958, lors des premières mesures effectuées sur le site de Mauna Loa, à Hawaii, il atteignait 315 ppm. Il est aujourd’hui, en mai 2019, de 414,5 ppm.

À l’aube de la révolution industrielle, le taux de CO2 contenu dans l’atmosphère était 1.5 fois moindre qu’aujourd’hui.

Pour un doublement de la teneur de l’atmosphère en CO2 par rapport à l’époque préindustrielle, les résultats des travaux de modélisations les plus récents sont évoqués dans un numéro de la revue Science en date du 19 avril 2019.

Jusqu’à présent, on l’a vu, les modèles climatiques envisageaient un réchauffement compris entre 2 et 4,5 °C. Dans le cadre de la préparation du prochain rapport du Giec, à paraître en 2021, les modèles actuellement développés par les centres de recherches américains, anglais, canadiens et français les plus reconnus, conduisent à des résultats déconcertants et inquiétants : un réchauffement beaucoup plus sévère que celui envisagé dans les travaux antérieurs, atteignant au moins 5 °C.

Les résultats sont en cours de discussion, des scientifiques sont sceptiques, les modélisateurs eux-mêmes ont des interrogations, mais la tendance est considérée par tous comme bien réelle et définitive. Le pire serait-il sûr ? Un des modélisateurs, Andrew Gettelman, du National center for atmospheric research (NCAR), de Boulder (Colorado), semble le craindre : « L’aspect effrayant est que ces modélisations pourraient être pertinentes. »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.


[1Pour les gaz, ppmv veut dire « parties par million en volume », c’est-à-dire que sur un million de molécules d’air, on trouve une molécule du gaz en question. Pour un gaz parfait à la même température et la même pression, on aura un cm3 de gaz sur un m3 d’air. 280 ppm/m3 de CO2 correspondent ainsi à peu près à 4.600 milliards de milliards de molécules de CO2 par m3 d’air. Ou 336 mg/m3.


Lire aussi : 6 questions, 6 réponses sur le changement climatique, ses effets, et les responsabilités

Source : Michel Damian pour Reporterre

Photos :
. chapô : vue du glacier Collins en Antarctique (Flickr United Nations (CC BY-NC-ND 2.0)

. graphique tiré de la courbe de Keeling grâce aux mesures de Mauna Loa.

. observatoire de Mauna Loa, à Hawai : Christopher Michel (Flickr (CC BY 2.0)


THEMATIQUE    Climat
18 mai 2019
Meurtre de Jérôme Laronze par un gendarme : la justice ne fait rien
Info
18 mai 2019
« Les normes injustes engendrent une disparition des paysans »
Entretien
30 mars 2019
En Dordogne, les Gilets jaunes tiennent bon. Leur but : la démocratie et une Assemblée constituante
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Climat





Du même auteur       Michel Damian