Marre que votre argent pollue ? Changez de banque !

Durée de lecture : 3 minutes

19 février 2015 / Lucie Pinson (Les Amis de la Terre)

Se mettre au vélo, passer chez Enercoop, adhérer à une AMAP, réparer, échanger, recycler, oui ! Et changer de banque, alors ? Il est primordial de retirer son argent des banques qui l’utilisent pour financer et investir dans des projets fortement émetteurs de CO2, aggravant la crise climatique.

Loin d’être neutre en carbone, notre compte en banque pollue. Car les banques utilisent l’argent que nous leur confions pour financer et investir dans des projets fortement émetteurs de CO2, aggravant ainsi la crise climatique.

Ainsi, comme le dernier rapport des Amis de la Terre sur les banques, Charbon : l’argent sale des banques françaises l’expose, elles ont par exemple soutenu à hauteur de plus de 30 milliards d’euros le secteur du charbon – centrales et mines – entre 2005 et avril 2014, faisant de la France le 4e financeur mondial du combustible le plus carboné.

BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole comptent parmi les banques les plus climaticides et représentent 94 % des soutiens totaux des banques françaises au secteur du charbon entre 2005 et 2013.

Des investissements à contre-courant !

Les banques continueront-elle encore longtemps à ignorer les recommandations des plus grands scientifiques sur le climat : laisser la majorité des fossiles dans le sol et réorienter leurs investissements dans le secteur énergétique ? Pourront-elles poursuivre, au nom d’objectifs de profit à court terme, le développement de projets charbon tels qu’Alpha Coal en Australie ou Medupi et Kusile en Afrique du Sud, qui enferment l’humanité dans des trajectoires hautement carbonées et inégalitaires ?

Tout dépend de nous… En tant que clients, citoyens, consommateurs, nous avons le pouvoir de demander aux banques de changer leurs pratiques. Et la marge de progression en France est énorme.

Nous pouvons aussi changer de banque, comme l’explique le guide des Amis de la Terre Climat : comment choisir ma banque ? qui dresse un classement des banques françaises selon les impacts des activités qu’elles soutiennent.

Vous avez dit greenwashing ? « Risques maximum », « Impacts minimes », dans quelle catégorie se trouve votre banque ? Pouvez-vous la croire lorsqu’elle se dit engagée pour la protection de l’environnement ?

La Nef et le Crédit coopératif

Selon notre guide, seules la Nef et le Crédit coopératif représentent aujourd’hui des réponses crédibles aux banques climaticides, en privilégiant le financement de projets à forte valeur sociale, environnementale, culturelle.

Si elles constituent des alternatives indéniables, faire pression pour que les grandes banques changent leurs pratiques reste indispensable. La lutte contre les changements climatiques ne pourra pas être gagnée si les banques ne jouent pas leur rôle, à savoir augmenter leurs soutiens à l’efficacité énergétique et aux énergies renouvelables mais aussi stopper ceux dédiés aux énergies fossiles.

Chacun peut agir, en interpellant sa banque sur ces financements et en l’avertissant que si elle ne se retire pas des fossiles, elle risque de perdre un-e de ses clients ! Retrouvez tous les conseils et informations pour changer de banque dans le guide éco-citoyen Climat : comment choisir ma banque ? publié par les Amis de la Terre et sur le site Finance responsable.

Le guide éco-citoyen Climat : comment choisir ma banque ?


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Le hold-up toujours impuni des banques sur la société

Source et dessin : Les Amis de la Terre

THEMATIQUE    Économie
8 novembre 2019
La députée Bérangère Abba : un jour contre l’enfouissement des déchets nucléaires, à son pilotage le lendemain
Enquête
7 novembre 2019
En Palestine, la colonisation détruit les oliviers
Reportage
6 novembre 2019
Le plastique pollue-t-il aussi l’atmosphère ?
1 minute, 1 question


Sur les mêmes thèmes       Économie