Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Climat

Météo en France : l’été de tous les records

À Divajeu dans la Drôme, le 27 juillet 2022, les paysans sont désespérés de voir leurs plantes mourir sous leurs yeux.

Record de chaleur, record de sécheresse. Mais aussi des épisodes orageux d’une violence inédite. Le bilan estival diffusé par Météo France ne surprend pas et confirme un été de chaos climatique encore jamais rencontré en France. L’été 2022 a d’abord été marqué par trois vagues de chaleur intense, souligne Météo France. Trente-trois jours de canicule au total, un record. La série a d’ailleurs commencé dès le 15 juin, l’épisode le plus précoce jamais enregistré. Sur « la quasi-totalité de l’été », les températures ont dépassé les normales de saison, de 1 à 3 °C. Résultat : la température moyenne sur l’ensemble de la France était 2,3 °C plus élevée que la moyenne estivale habituelle.

L’année 2022 se hisse sans surprise sur la seconde marche du podium, après l’été 2003 qui avait enregistré une température moyenne à +2,7 °C par rapport à la normale saisonnière, mais devant l’année 2018 située à +1,5 °C. Le mois de juin a aussi été le plus chaud jamais enregistré, avec une maximale à 36,2 °C et le 18 juillet a battu tous les records de température moyenne enregistrés sur la France avec 37,6 °C.

L’été a aussi été particulièrement sec. Hormis sur le pourtour méditerranéen, il a généralement plu 5 à 15 jours de moins qu’à l’ordinaire. Si le déficit de pluie a atteint 60 % par endroit, il devrait globalement dépasser les 20 % pour l’ensemble du territoire, prévient Météo France. À l’inverse, « les orages ont été exceptionnellement nombreux en juin qui a enregistré un nouveau record mensuel de foudroiement avec plus de 200 000 impacts de foudre. Ils ont souvent été accompagnés de chutes de grêle dévastatrices comme dans la région de Châteauroux et de Vichy », ajoute l’agence.

Moins nombreux, les orages du mois d’août ont toutefois été « extrêmement violents » provoquant des inondations dans plusieurs agglomérations. L’épisode orageux qui a balayé la Corse, avec des rafales de vent dépassant les 200 km/h, était quant à lui « d’une violence inédite en France métropolitaine ». Cette saison constitue malheureusement un avant-goût de notre avenir climatique.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende