Organisés en coopérative, les « récupérateurs » de déchets marocains vivent mieux

Durée de lecture : 6 minutes

4 janvier 2021 / Fanny Verrax (Silence)



Près de Rabat, au Maroc, la coopérative At-Tawafouk permet à des « récupérateurs » informels de trier des déchets efficacement tout en travaillant dans des conditions décentes.

  • Rabat et Salé (Maroc), reportage

Si les déchets ménagers ne représentent qu’une faible partie de la production totale de déchets dans le monde (moins de 10 % en moyenne), leur tri et leur valorisation posent de nombreux défis du fait de leur grande diversité : déchets organiques, plastiques, métalliques, etc. Pour y faire face, les pays occidentaux ont majoritairement opté pour un service public de ramassage et de tri des déchets, payé par les contribuables. Dans les pays du Sud, de timides initiatives de ramassage public existent, mais le plus souvent, la collecte est faite par des « récupérateurs » informels : catadores au Brésil, kacharawala en Inde, etc. Ces récupérateurs ne sont pas payés par la municipalité et tirent leur subsistance de la vente des matériaux les plus facilement valorisables : aluminium et carton notamment. La collecte peut parfois être très efficace, mais les conditions de travail sont régulièrement dénoncées : précaires économiquement, vulnérables sanitairement. Les récupérateurs informels qui travaillent soit dans des décharges à ciel ouvert soit dans la rue, fouillant les poubelles, souffrent par ailleurs souvent d’un stigmate social important. Une troisième voie semble cependant être en train d’émerger par l’intermédiaire des coopératives de récupérateurs informels.

Au Maroc, à Rabat, la coopérative At-Tawafouk, qui combine une collecte des déchets gratuite et un tri performant, est une de ces coopératives les plus abouties. Deux chaînes de tri fonctionnent en parallèle au sein d’At-Tawafouk et divisent les déchets en cinq flux. En amont, quand les camions-poubelles arrivent, les déchets organiques sont séparés et enfouis dans la décharge voisine, gérée par Pizzorno Environnement. Un récupérateur à barbe blanche explique comment le tri est effectué : « D’abord, les cartons et papiers ; ici le PET, là le PVC (polychlorure de vinyle) ; enfin, l’aluminium et les souliers usés. » Quand on sait les difficultés que rencontrent la plupart des pays européens pour trier et recycler leurs plastiques, l’efficacité de ce tri manuel ne peut que forcer l’admiration [1].

 « Parfois, on ne pouvait payer les salaires qu’un mois sur deux »

Les récupérateurs informels de Rabat, et de sa jumelle, Salé, au nord, se sont constitués en coopérative dès 2010. Ils étaient 156 et ont mis en commun leurs maigres économies, (16.000 dirhams, soit environ 1.700 euros), ce qui leur a permis d’être opérationnels dès 2011. Les premières années, la situation économique a été très difficile : « Parfois, on ne pouvait payer les salaires qu’un mois sur deux », se souvient Yacine, ancien récupérateur devenu directeur de la coopérative. Aujourd’hui cependant, la situation est bien différente, et la coopérative florissante. Les salaires des désormais 151 salarié·es, dont 27 femmes, sont désormais payés chaque mois, et tous les salarié·es gagnent 2750 DH (254 euros), ainsi qu’une prime pour l’Aïd de 1.700 DH (157 euros), ce qui est considéré comme décent par les salarié·es dans un pays fortement touché par le chômage et où le salaire médian s’élevait en 2018 à 2.712 DH (moins de 250 euros).

La coopérative At-Tawafouk, à une quinzaine de kilomètres de Rabat.

Ne recevant aucune subvention publique, le modèle économique de la coopérative repose entièrement sur la vente des déchets triés, qui sont ensuite exportés un peu partout pour être recyclés. La plupart des plastiques partent ainsi dans des balles de 80 kg aux États-Unis, faute d’infrastructure ad hoc dans le pays — une aberration écologique. Avec un chiffre d’affaires annuel de plus de 6 millions de dirhams, la coopérative arrive ainsi à dégager un bénéfice net de 130.000 dirhams (près de 12.000 euros).

Toutes et tous les salariés étant également adhérents de la coopérative, ils et elles votent chaque année et décident de garder ou réinvestir ces bénéfices. Jusqu’à présent, le choix a presque toujours été de réinvestir pour agrandir et pérenniser l’activité de la coopérative, sauf en 2015, où les salarié·es ont choisi de redistribuer 40 % des bénéfices.

Des élections ont lieu tous les deux ans pour élire le directeur ou la directrice 

Les salarié·es travaillent six heures par jour, six jours sur sept (tous les jours sauf le dimanche). Le temps de travail est organisé en trois shifts : 6h-12 h ; 12h-18 h ; 18h-minuit. À minuit, les machines s’arrêtent et une équipe de nettoyage prend le relais. Par ailleurs, la plupart des salariés habitant loin de la coopérative et ne disposant pas de véhicule individuel, deux minibus ont été achetés pour parcourir les 15 à 20 kilomètres qui les séparent de la coopérative.

Sur les 151 salariés, 27 sont des femmes.

Des élections ont lieu tous les deux ans pour élire le directeur ou la directrice. Yacine a été choisi dès le début car il représente un « modèle » : il a lui-même travaillé comme récupérateur dès l’âge de 14 ans, à la mort de son père. Puis, il est allé à l’université et a obtenu une licence d’histoire. C’est également la coopérative qui fixe son salaire, le double des autres salarié·es, soit 5.500 DH (508 euros). Yacine s’en excuse presque d’ailleurs : « Mais je travaille beaucoup. » Nous tenons à le rassurer : si toutes et tous les dirigeants d’entreprise gagnaient seulement le double de leurs salarié·es, beaucoup de problèmes seraient éradiqués !

Malgré une croissance constante du chiffre d’affaires et du volume des flux de déchets, les adhérent·es ne souhaitent cependant pas développer l’activité pour l’instant et rechignent à embaucher de nouve·lles salarié·es.

Yacine est relativement confiant sur l’avenir de la coopérative. Sa plus grande crainte est cependant que le tri à la source soit instauré au Maroc. Une peur qui ne doit pas nous faire oublier que toute solution technique apportée à la problématique des déchets, pour bénéfique qu’elle soit, porte en elle le risque de faire oublier l’enjeu principal : la réduction drastique des déchets.





[1Sur le site opèrent également des travailleurs et travailleuses qui ne font pas partie de la coopérative mais permettent un tri plus fin des plastiques, à la demande des clients et clientes. Ils et elles ne portent pas le même uniforme et ne jouissent pas des mêmes conditions de travail que les salariés de la coopérative. En aval, ce qui reste est envoyé au cimentier Lafarge, qui les incorpore au ciment.


Lire aussi : La Turquie, nouvelle destination des déchets plastiques européens

Source et photos : Fanny Verrax. Article transmis amicalement à Reporterre par Silence.

Fanny Verrax : Merci à Mustapha Aizatraoui, enseignant-chercheur en géographie humaine à l’Université Sultan Moulay Slimane à Beni Mellal, qui m’a ouvert les portes de la coopérative et a joué le rôle d’interprète. Cette visite n’aurait pas été possible sans lui.

DOSSIER    Déchets

26 janvier 2021
Dans les Alpes, les lagopèdes reprennent l’espace laissé libre par les skieurs
Reportages
6 janvier 2021
À Perpignan, une cantine antigaspi au service des plus démunis
Alternatives
27 janvier 2021
Chasse et grippe aviaire : le business avant les risques sanitaires
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Déchets