Ouverture précipitée de la chasse : plus de 64.000 personnes s’y opposent

Durée de lecture : 1 minute

25 mai 2020



- Actualisation - Lundi 25 mai, 09 h 00 - Le nombre de signataires dépasse maintenant 64.000.


- Actualisation - Samedi 23 mai, 10 h 00 - Le nombre de signataires dépasse maintenant 59.000.

Cette pétition a suscité une réaction étonnante de la Garderie fédérale de France, qui regroupe les agents de développement assermentés des Fédérations départementales des chasseurs en France. Sur son compte twitter, cet organisme a diffusé vendredi 22 mai au soir une image affirmant que la chasse n’est pas « un vrai problème touchant le pays » et qu’il ne faut pas « toucher à [la] passion » des chasseurs.


- Vendredi 22 mai 2020 - Des associations opposées à la chasse et de protection des animaux ont lancé une pétition qui demande au gouvernement de ne pas rouvrir la chasse trop rapidement. Dans cette pétition, déjà signée au 22 mai par plus de 56.000 personnes sur internet, les signataires s’inquiète de voir la précipitation avec laquelle le gouvernement veut ré-ouvrir la chasse dès le 1e juin prochain, alors que la pandémie du Sars-Cov-2 n’est pas achevée.

Le gouvernement cherche à profiter de l’état d’urgence sanitaire, explique la pétition, pour assouplir les procédures de fixation des périodes de chasse. Or, l’autorisation précipitée de la chasse « n’a aucune justification sanitaire et qui ne participe donc pas à la lutte contre la pandémie de Covid-19 ».


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Lire aussi : Le gouvernement veut que la chasse commence deux mois plus tôt
DOSSIER    Animaux

26 mai 2020
Les salariés de l’automobile veulent croire à une relance écologique du secteur
Info
25 mai 2020
Pour éviter les pandémies, cessons l’élevage industriel
Tribune
29 avril 2020
La dérive sécuritaire s’amplifie sous le couvert de la pandémie
Entretien


Dans les mêmes dossiers       Animaux