Politique : quand est-ce qu’on se réveille ?

14 décembre 2015 / Julien Bayou, Isabelle Attard, Pierre Larrouturou, Corinne Morel Darleux

Le deuxième tour des élections régionales a vu le Front national encore progresser en nombre de voix et d’élus. Certes, il n’a pas remporté de régions. Mais ce “barrage" est-il solide ? Que faire, alors que les écologistes et la gauche hors PS a subi un lourd échec. Premières réponses...

Le deuxième tour des élections régionales, dimanche 13 décembre, a vu une nouvelle progression en voix du Front national. Cependant, en raison du report de voix d’électeurs du PS sur des candidats LR, et du fait d’une mobilisation des abstentionnistes, le Front national ne pourra diriger aucune région.

Face à cette situation, des personnalités écologistes réagissent.

Julien Bayou : "Tout remettre à plat"

Julien Bayou est porte-parole d’Europe Ecologie Les Verts (EELV). Il était candidat en Ile-de-France sur la liste conduite par Claude Bartolone.

« Il faut d’abord saluer les électeurs qui se sont fait violence et ont empêché que des régions tombent aux mains du Front National. Mais c’est un soulagement de maigre durée. Il ne peut pas y avoir aujourd’hui de satisfecit. Ces alternances dans les régions vont peser sur les politiques publiques et avoir des conséquences importantes dans la vie quotidienne de nos concitoyens. Pourtant, Hollande ne change pas de Premier ministre et Valls ne veut pas changer de politique. Le vrai danger est là : que le train-train politique reste le même.

Il faudra que les écologistes tirent leur bilan. On ne peut pas dire pour l’instant s’ils ont joué un rôle charnière dans ces résultats du second tour, il faudra analyser les reports de vote, voir s’ils ont voté Xavier Bertrand ou Christian Estrosi par exemple. Est-ce un constat d’échec ? Non. Mais un vrai besoin de tout remettre à plat. Il est clair que l’enjeu de 2016 sera de rouvrir le dialogue avec ceux qui font l’écologie au quotidien, comprendre pourquoi ils ne se sentent plus représentés, et reconstruire ensemble. »

Corinne Morel Darleux : "Il faut un sursaut citoyen"

Corinne Morel Darleux est membre du Parti de gauche. Elle a été candidate malheureuse en Rhône-Alpes, sur une liste unissant EELV et Front de gauche.

Corinne Morel Darleux

« Le Front National n’a gagné qu’une seule région ce dimanche soir, c’est la nôtre, en Rhône-Alpes-Auvergne. Laurent Wauquiez a fait campagne sur ses idées, de manière éhontée. Wauquiez, c’est la droite dure, alors nous serons l’opposition dure. Nous n’aurons pas beaucoup d’élus – entre 7 et 8. Il va nous falloir organiser la solidarité sur le terrain par rapport à tout ce qui va être détruit, la perte des nombreuses subventions. Nous allons transformer son mandat en pur cauchemar, mettre en place des observatoires, des systèmes de vidéos virales pour alerter la société civile. Car les quelques élus que nous allons avoir auront besoin d’elle : il faut un sursaut citoyen. »

Pierre Larrouturou : "Abattre les cloisons à gauche pour créer une vraie convergence"

Pierre Larrouturou est responsable de Nouvelle Donne.

Pierre Larrouturou

« Il y a plein de raisons de s’inquiéter ; en nombre de voix, le Front National réalise un meilleur score qu’aux dernières présidentielles. Il reste dix-huit mois avant les prochaines législatives, et il y a désormais un vrai risque que le pays devienne ingouvernable avec le tripartisme [LR, FN, PS] qui se développe. Nous n’avons plus très longtemps pour nous réveiller.

Il faut que ce soit la dernière fois qu’on ait affaire avec ce chantage du « vote utile », car les vieux partis traditionnels sont incapables de se remettre en cause. On entend toujours les mêmes discours au lendemain de ces élections : « faire davantage », mais jamais autrement. Il y a besoin d’un véritable dépassement politique, aujourd’hui : alors que les digues tombent à droite avec les Républicains qui alimentent sans vergogne le Front National, il faut construire une force capable d’abattre également les cloisons à gauche pour créer de vraies convergences ».

Isabelle Attard : "On crève de ce faux front républicain"

Isabelle Attard est députée écologiste, ex-EELV et ex-Nouvelle Donne, aujourd’hui sans parti.

« Puisque tout le monde parle de faire barrage, autant pousser la métaphore jusqu’au bout. A chaque élection depuis quinze ans, on nous appelle à faire barrage au Front National. Le problème, c’est que la pression derrière ce barrage, elle, continue de se faire de plus en plus forte. Et lorsqu’on voit les résultats de ce second tour, avec 42 % pour Marine Le Pen ou 46 % pour Marion Maréchal-Le Pen face à des candidats dit de « Front Républicain ». On ne peut plus nier la réalité… Le FN est en droit de se sentir le premier parti de France. Et j’ai très peur que le barrage finisse par céder au moment des prochaines élections, les législatives et les présidentielles. Moi, j’ai toujours défendu un vrai système de proportionnelle qui aurait certes donné des élus FN beaucoup plus tôt, mais qui aurait aussi vite anéanti le fantasme du FN comme parti anti-système. Aujourd’hui, on crève de ce faux « front républicain » qui donne toujours plus raison au Front National dans ses discours… sauf que la prochaine fois, ce sont les législatives. Il faut que les élus écoutent enfin l’appel des citoyens, on ne peut plus seulement se mobiliser dans les urnes pour éviter le pire. »


Les principaux résultats

- Alsace Lorraine Champagne Ardenne : Philippe Richert, LR, 48 %, Florian Philippot, FN, 37 %.

- Aquitaine Limousin Poitou Charentes : Alain Rousset, PS, 44 %, Virginie Calmels, LR, 34 %.

- Auvergne Rhône Alpes : Laurent Wauquiez, LR, 41 %, Jean-Jack Queyranne, PS, 37 %.

- Bourgogne Franche Comté : Marie-Guite Dufay, PS, 35 % François Sauvadet, LR, 33 %.

- Bretagne : Jean-Yves Le Drian, PS, 51 %, Marc Le Fur, LR, 30 %.

- Centre Val de Loire : François Bonneau, PS, 35,4 %, Philippe Vigier, LR-UDI, 34,6 %.

- Ile de France : Valérie Pécresse, LR, 44 %, Claude Bartolone, PS, 42 %.

- Languedoc Roussillon Midi Pyrénées : Carole Delga, PS, 45 %, Louis Aliot, FN, 34 %.
aussi : Carole Delga remporte l’élection en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

- Nord Pas de Calais Picardie : Xavier Bertrand, LR, 58 %, Marine Le Pen, FN, 42 %.

- Normandie : Hervé Morin, UDI, 36,4 %, Nicolas Mayer-Rossignol, PS, 36,1 %.

- Pays de la Loire : Bruno Retailleau, LR, 43 %, Christophe Clergeau, PS, 36%.

- Provence Alpes Côte d’Azur : Christian Estrosi, LR, 55 %, Marion Maréchal-Le Pen, FN, 45 %.

- Voir les résultats détaillés sur le site du ministère de l’Intérieur



Lire aussi : Que faire au second tour des régionales ? Le choix déchirant des écologistes

Source : Propos recueillis par Barnabé Binctin pour Reporterre



THEMATIQUE    Politique
23 mai 2019
En Inde, les partis politiques ignorent le changement climatique
Info
24 mai 2019
Radical et non violent, Extinction Rebellion secoue la politique britannique
Info
24 mai 2019
Températures, fonte des glaces, catastrophes : les rapports scientifiques donnent le vertige
Info


Sur les mêmes thèmes       Politique