Pour les paysans et la nature, la sécheresse n’en finit plus

Durée de lecture : 4 minutes

4 octobre 2018 / Sarah Hadrane (Reporterre)

La France connaît un sévère épisode de sécheresse des sols, en particulier dans l’est du pays, accentué par la répétition d’année en année de ce phénomène. Les éleveurs peinent à nourrir leurs bêtes, les arbres souffrent. Il est urgent de s’adapter.

Cette année encore, les températures ont augmenté en France et une sécheresse sévère s’est installée. En Côte-d’Or, le préfet a interdit l’utilisation d’eau pour des usages domestiques, comme remplir sa piscine ou laver sa voiture. Le niveau d’eau du lac d’Annecy (Savoie) a considérablement baissé. L’est de la France est particulièrement touché, mais, d’après François Gourand, prévisionniste de Météo France, la sécheresse concerne bel et bien tout le pays. Selon lui, l’aridité des sols bat un record. L’indice de sécheresse — une mesure fondée sur les précipitations et les températures récentes — est de 0,24. Il était de 0,42 l’an passé, et la moyenne est de 0,45. « Le réchauffement climatique n’est pas qu’un fantasme », dit François Gourand.

Indice d’humidité des sols au 1er septembre 2018, selon Météo France.

Paradoxalement, mi-juin, le record d’humidité des sols a été atteint après de nombreux orages, ce qui a permis de stocker l’eau dans les nappes phréatiques et d’éviter une sécheresse en profondeur. Trois mois plus tard, les températures augmentant et les précipitations étant absentes, les sols s’assèchent.

« La répétition de ces problèmes météorologiques fragilise et épuise la faune et la flore » 

Si cette sécheresse n’est pas encore ressentie par l’ensemble de la société, les agriculteurs commencent à en ressentir les effets néfastes. Ainsi, Alexandre Camuset, éleveur de vaches dans le Jura, explique à Reporterre être en manque d’eau depuis juin. Il a de plus en plus de difficultés à nourrir ses bêtes, du fait de la raréfaction de l’herbe. Il a commencé à prélever le fourrage sur le stock prévu pour l’hiver. Comme ce qui reste de l’année dernière n’est pas volumineux, Alexandre Camuset sera vite en pénurie. Mais tandis que le prix du foin augmente en raison de sa rareté, le coût de la viande est en baisse, car l’offre est plus importante : les bêtes sont rapidement envoyées à l’abattoir afin d’éviter les frais supplémentaires.

La situation de M. Camuset exprime un malaise général. Pour Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne, interrogé par Reporterre, il faut rapidement trouver des solutions face au manque de fourrages [1].

La principale question qui se pose pour Laurent Pinatel est la récurrence de la sécheresse. La France a déjà connu une forte aridité comme en 1998 ou en 2003 mais, depuis peu, la sécheresse dure plusieurs années : « Des agriculteurs m’ont confié être en difficulté parce que le déficit pluviométrique persiste depuis maintenant quatre ans ». Laurent Pinatel demande plus d’aides publiques pour les éleveurs subissant plusieurs années consécutives de sécheresse.

Depuis 2016, les agriculteurs peuvent demander une indemnisation des pertes au titre de calamité agricole prévu par le FNGRA (Fonds national de gestion des risques en agriculture). Mais cette démarche est longue et peut être refusée.

Mais il faut des solutions plus durables. Si la Confédération paysanne salue les nouvelles dérogations concernant le fauchage et le pâturage des jachères mais réclament un changement du modèle agricole. Ils souhaitent remettre en question les politiques de l’eau, de sa gestion à son utilisation.

Le prix du foin augmente en raison de sa rareté.

La nature souffre aussi

Si le manque d’eau affecte les éleveurs, la sécheresse a aussi une incidence trop souvent oubliée sur la biodiversité, en particulier sur les arbres. Yves Richard, responsable du laboratoire Biogeosciences du Centre de recherches de climatologie de l’université de Bourgogne, décrit l’effet de cette période de sécheresse sur les forêts. « On observe des arbres qui deviennent jaunes et qui se délestent d’une partie de leur feuillage, explique le chercheur. Habituellement en automne, les arbres créent une réserve nutritive pour l’hiver, ce qui est difficilement réalisable sans feuilles. Les arbres de certaines espèces risquent donc d’être affaiblis et de mourir au cours de l’année prochaine. La répétition de ces problèmes météorologiques, liés au réchauffement climatique, fragilise et épuise la faune et la flore. »

Bonne santé des nappes phréatiques

Seule nouvelle positive, le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) constate que les nappes phréatiques se portent globalement bien. La recharge hivernale a été efficace grâce aux fortes précipitations et aux nombreux orages du mois de juin. 56 % des nappes affichent un niveau modéré haut à très haut tandis que 23 % se situent à un niveau modéré bas à très bas. Parmi les nappes qui sont dans une situation favorable, celles des calcaires jurassiques du Berry et de la craie champenoise et les aquifères des régions de Montpellier et de Nîmes. En revanche, les aquifères de la région Paca et celles de la vallée du Rhône restent à des niveaux moyens. Et les nappes phréatiques de la plaine de Roussillon sont à un niveau assez bas, malgré une stabilisation.

Quoi qu’il en soit, la répétition des sécheresses devient un phénomène structurel, face auquel il va falloir changer les pratiques agricoles et de consommation.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre


[1La Commission européenne a annoncé le 30 septembre 2018 des mesures supplémentaires face aux problèmes agricoles liés à la sécheresse.


Lire aussi : La sécheresse se profile en France, un phénomène que va multiplier le changement climatique

Source : Sarah Hadrane pour Reporterre

Photos :
. chapô : Pixabay (CC0)
. fourrage : Pixabay (CC0)
. graphiques : © Météo France, bilan hydrologique au 1er septembre

THEMATIQUE    Climat Agriculture
18 octobre 2019
L’écologie populaire, c’est aussi dans les campagnes
Enquête
18 octobre 2019
Pour 2020, un budget d’un vert bien pâle
Info
17 octobre 2019
EN VIDÉO – Le 115 du particulier, une communauté autogérée d’anciens SDF
Alternative


Sur les mêmes thèmes       Climat Agriculture





Du même auteur       Sarah Hadrane (Reporterre)