Faire un don
47394 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
59 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Présent dans les réfrigérateurs et climatiseurs, un puissant gaz à effet de serre va être interdit

Durée de lecture : 5 minutes

17 octobre 2016 / Aurélie Delmas (Reporterre)

Près de 200 Etats se sont engagés à faire disparaître progressivement les hydrofluorocarbures. Ce puissant gaz à effet de serre est notamment utilisé dans les climatiseurs et les réfrigérateurs.

C’est un long chemin de négociations qui a mené du Protocole de Montréal, signé en 1987, à l’accord conclu tard dans la nuit de vendredi 14 octobre à samedi, à Kigali. Mais la lente diplomatie climatique peut parfois porter ses fruits. A trois semaines de l’entrée en vigueur de l’accord de Paris et du lancement de la COP 22 à Marrakech, l’Amendement de Kigali, juridiquement contraignant, ouvre la voie à l’élimination progressive des hydrofluorocarbures (HFC), l’un des principaux gaz à effet de serre, utilisé dans la climatisation et les systèmes de réfrigération. Cette décision devrait notablement ralentir le réchauffement climatique dans les prochaines décennies.

« Faute d’accord, les experts estimaient que ces substances seraient à l’origine de 20 % des émissions de gaz à effet de serre en 2050, et auraient généré jusqu’à 0,5°C de réchauffement de la planète d’ici à 2100 », a rappelé la ministre française de l’Environnement, Ségolène Royal, dans un communiqué.

A l’issue des discussions, un calendrier d’élimination a été adopté par les 197 signataires du Protocole de Montréal. Concrètement, d’ici 2019, les pays dits « développés », dont l’Union européenne, ouvriront la marche avec une réduction de 10 % de leur production et de leur consommation par rapport à 2011-2013. Un taux qui s’élèvera à 85 % en 2036. Puis un groupe intermédiaire d’une centaine de pays en voie de développement, incluant la Chine, commencera le gel en 2024. Et un troisième groupe de pays moins ambitieux, dont l’Inde et les pays du Golfe, mettra un dispositif en place en 2028.

En 2047, la quantité de HFC devra avoir été réduite de 85 % pour tous les pays. « Dans le protocole de Montréal cela fonctionne toujours de la même façon : les pays développés avancent en premier, avec des calendriers plus serrés, le marché suit et les technologies sont de moins en moins chères, enfin les pays en voie de développement avancent ensuite », explique à Reporterre Maxime Beaugrand, juriste et représentante en France de l’Institut pour la gouvernance et le développement durable (IGSD).

« La plus importante réduction de températures jamais atteinte par un seul accord »

Selon une étude de l’Institute for governance and sustainable development, une élimination pure et simple des HFC permettrait par exemple d’éviter l’équivalent des émissions du Japon à l’horizon 2030.

Si l’ambition initiale d’éliminer 0,5°C sur le réchauffement futur n’a pas été complètement atteinte à Kigali, Durwood Zaelke, président de l’IGSD, a toutefois considéré que « quasiment 90% de cet objectif » a été rempli. « Cet amendement au Protocole de Montréal éliminant graduellement les HFC est la plus importante réduction de températures jamais atteinte par un seul accord », se félicitait l’ONG américaine samedi. Une clause de révision a par ailleurs été ajoutée à l’accord ; elle permettra d’accélérer le calendrier en fonction des avancées technologiques.

Selon le ministère de l’Environnement français, « les premières estimations de l’accord trouvé permettent d’attendre environ 72 milliards de tonnes équivalentes de CO2 d’émissions évitées d’ici à 2050 ».

Mais au fait, où se cachent ces « supergaz » à effet de serre ? Utilisés depuis les années 90 dans les systèmes de réfrigération, de climatisation, les aérosols, les mousses isolantes, les extincteurs… les HFC sont un gaz de synthèse qui a permis de faire quasiment disparaître d’autres substances très nocives pour la couche d’ozone : les chlorofluorocarbures (CFC) et les hydrochlorofluorocarbures (HCFC).

De l’ozone au climat

Une séance de discussion à Kigali.

Ce sont ces substances que le Protocole de Montréal s’est attaché à éliminer en priorité à la fin des années 80. Et avec le succès que l’on sait : on estime désormais que l’ozone devrait se régénérer jusqu’au niveau de 1980 d’ici le milieu du siècle. Mais la contrepartie climatique a été importante. En effet, les HFC, certes peu nocifs pour l’ozone, ont un très fort potentiel de réchauffement et sont considérés comme l’un des six principaux gaz à effet de serre.

Par ailleurs, si les émissions de ce gaz ne représentent aujourd’hui que 2 % des émissions totales en équivalent dioxyde de carbone, elles augmentent particulièrement vite : 10 à 15% supplémentaires chaque année.

Le coup d’arrêt marqué à Kigali est donc un signal fort, notamment à l’intention des marchés réfrigérants. Car des substituts aux HFC, plus efficaces énergétiquement, existent bel et bien. Hydrocarbures, dioxyde de carbone, ammoniac, eau ou d’autres substances chimiques de synthèse appelées hydrofluoroléfines (HFO)… « Une centaine de produits alternatifs sont disponibles, estime même Maxime Beaugrand. Certes, il y a des problématiques spécifiques dans les pays très chauds, car certains des produits sont moins efficaces à haute température ou peuvent même devenir inflammables. Mais techniquement il n’y a pas de difficulté majeure » pour cesser d’utiliser les HFC, explique la juriste.

« La bataille climatique d’Obama »

Le centre de conférences à Kigali.

D’ailleurs, de nombreux pays ont déjà engagé des démarches pour les éliminer avant même l’accord, notamment l’Union européenne et les États-Unis. « Les HFC sont la bataille climatique d’Obama », explique Maxime Beaugrand, en soulignant la présence à Kigali du secrétaire d’Etat américain John Kerry.

L’Europe a quant à elle adopté un règlement en 2014 qui engage la réduction de la quantité de HFC mise sur le marché d’ici 2030. Les pays les plus directement menacés par le réchauffement - les Etats insulaires, qui ont lancé le mouvement contre les HFC en 2009, et l’Afrique, sont également ambitieux sur ces questions. Autre point important qui devrait faciliter la transition, 16 pays, dont les Etats-Unis et la France, ainsi que des organismes et donateurs privés ont annoncé qu’une aide de 80 millions de dollars pourrait être débloquée pour aider les pays à engager ce changement.

A quelques semaines de la COP 22 qui se tiendra au Maroc, cet accord représente un véritable « élan » pour les négociations à venir et un message clair adressé aux industriels, dit Mme Beaugrand. La porte-parole de l’IGSD voit là une manne d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre « rapide, efficace et peu chère ».

« La marche vers Marrakech commence aujourd’hui à Kigali, avec cette décision d’éliminer le réchauffement issu des HFC. C’est l’étape la plus importante de la mise en oeuvre de l’Accord de Paris », s’est félicité Hakima El Haite, ministre de l’Energie, l’Eau et l’Environnement du Maroc.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Climat : échec à Paris des négociations sur les gaz HFC

Source : Aurélie Delmas pour Reporterre

Photos : IISD

DOSSIER    Climat : de COP en COP

12 décembre 2019
À la COP25, les États sont divisés, les négociations patinent
Reportage
12 décembre 2019
Le « pacte vert » européen croit encore en la croissance verte
Info
13 décembre 2019
EN BÉDÉ- Une journée à la rédaction de Reporterre
Édito


Dans les mêmes dossiers       Climat : de COP en COP





Du même auteur       Aurélie Delmas (Reporterre)