Sortir, marcher, vivre. Paris, samedi 14 novembre

Durée de lecture : 1 minute

16 novembre 2015 / Lorène Lavocat (Reporterre)

Au lendemain des attaques dans Paris qui ont fait près de 130 morts, notre journaliste a parcouru les rues de la capitale. Pour sentir que la vie continue.

Aujourd’hui, je me suis promenée dans Paris.

Quels mots poser, quels gestes faire quand la haine et l’intolérance viennent frapper au coin de nos vies ? Samedi 14 novembre, enfermée dans la transe informationnelle, je peine à quitter mon état de stupeur. Puis, vers 14 h, une évidence. Sortir. Marcher, ressentir, humer Paris.

Dans le métro, on se croirait un matin de 15 août. Personne. Quelques policiers sur les quais. Place de la Bastille, je respire enfin. Moi qui ronchonne si souvent contre la foule parisienne, me voilà heureuse de croiser des passants. Des gens qui bavardent, sourient, se disputent. « Comme si de rien n’était », ou presque. La vie continue.

Je remonte le boulevard Richard-Lenoir. Aux abords du Bataclan, le doux halo des chapelles ardentes est éclipsé par la fureur lumineuse des projecteurs. Des dizaines d’équipes de télévision se relaient devant les barrières de sécurité. Des journalistes du monde entier se mêlent à une foule de badauds, des citoyens venus spontanément exprimer leur compassion et déposer une bougie, un mot, une fleur.

Un peu plus loin, place de la République, près de trois cents personnes sont rassemblées autour de la statue de Marianne. Elles aussi ont défié l’interdiction de se réunir énoncée par la préfecture de Paris. Comme le 7 janvier 2015, les gens viennent porter des messages de paix et d’amitié. Aux propos belliqueux de nos responsables politiques, les citoyens opposent la tolérance.

Non loin du Bataclan. Près de 90 personnes ont péri dans l’attaque de cette salle de concert du XIe arrondissement.
Près du Bataclan.
Boulevard Richard-Lenoir, non loin du Bataclan.
La locution latine « Tangue mais ne sombre pas » est la devise de Paris (place de la République).

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : A Arras, un rassemblement émouvant pour les victimes des attentats

Source et photos : Lorène Lavocat pour Reporterre
. Chapô : Au pied de la statue de Marianne, place de la République.

THEMATIQUE    Quotidien
15 novembre 2019
Francs-tireurs du raisin, les vignerons nature créent un syndicat
14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
14 novembre 2019
La démocratie renaîtra à l’échelle locale


Sur les mêmes thèmes       Quotidien





Du même auteur       Lorène Lavocat (Reporterre)