Un organisme public de recherche verrouille l’accès à l’information

Durée de lecture : 1 minute

16 janvier 2013 / Sylvestre Huet (AJSPI)


Lors du pic d’actualité du conflit social autour des hauts fourneaux de Florange (Mittal), la presse a longuement traité du projet de capture et stockage du CO2 qui avait été envisagé pour l’un des hauts fourneaux.

Ce projet, composante du programme ULCOS soutenu par la Commission Européenne, avait comme partenaire public le Bureau des recherches géologiques et minières (BRGM). Aussi, je m’étais, comme d’autres collègues probablement, dirigé vers cet organisme de recherche public pour obtenir des informations techniques et scientifiques sur le projet.

Or, le BRGM a établi entre les journalistes et ses ingénieurs et chercheurs une véritable barrière sous la forme d’un service de presse externalisé chez une agence de communication.

Le résultat est lisible dans l’échange de mails disponible plus bas.

J’ai donc fait appel à la ministre, Geneviève Fioraso. Pour l’instant, la seule réaction est le courriel qu’elle m’a fait parvenir et qui est également publié ci-dessous.

J’invite les collègues et membres de l’AJSPI à ne pas laisser passer ce type de comportement, déjà désagréable lorsqu’il s’agit d’entreprises privées, mais insupportable et inacceptable de la part d’un organisme public financé par les deniers publics. Et donc à signaler à l’AJSPI tout comportement de ce type, de manière à ce qu’elle puisse intervenir auprès des pouvoirs publics.

..................................................

La lettre adressée à Mme Fioraso et les échanges avec le BRGM ici.

La réponse de Mme Fioraso.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : AJSPI (Association des Journalistes Scientifiques de la Presse d’Information)

Sylvestre Huet est président de l’AJSPI.

Lire aussi : La ministre de l’Ecologie n’a pas le temps de voir les journalistes de l’écologie

27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
20 juillet 2019
Tour de France : l’équipe Ineos, championne du plastique polluant
Enquête
27 juillet 2019
Voiture reine, magasins à perte de vue... Bienvenue à la zone commerciale géante de Plan-de-Campagne
Reportage