Voici le texte de l’accord entre Hamon et Jadot

Durée de lecture : 3 minutes

24 février 2017 / par kempf

Sixième République, sortie du nucléaire, arrêt de Notre-Dame-des-Landes, fin de l’état d’urgence, grand plan de sobriété énergétique... Ecologistes et socialistes favorables à Benoît Hamon ont conclu jeudi 23 février une « Plateforme présidentielle », que publie Reporterre.

Il aura fallu près de quinze jours de négociations. Les représentants des écologistes de Yannick Jadot et des socialistes de Benoît Hamon y sont finalement parvenus : un accord entre les deux partis, intitulé Plateforme présidentielle, scellé en fin d’après-midi jeudi 23 février.

Le soir même, sur France 2, Yannick Jadot annonçait qu’il retirait sa candidature à la présidentielle pour soutenir le socialiste Benoît Hamon, évoquant l’« accord formidable » qu’ils ont passé.

Reporterre vous présente cet accord, en téléchargement ici :

Plateforme présidentielle Hamon-Jadot, 23 février 2017

Négocié par Pascal Durant, Jérôme Gleizes, Marie Toussaint et Alain Coulombel, côté EELV, et Pascal Cherki, Guillaume Balas, et Barbara Romagnan, côté PS, il prévoit notamment :

  • Un projet de Constitution pour une 6ème République, qui sera soumis à referendum et donnera lieu à de nouvelles élections avant la fin du mandat.
  • Seront également proposés par referendum dès le début de la mandature, le droit de vote des étrangers aux élections locales, la reconnaissance du vote blanc, le 49-3 citoyen.
  • Un vice-Premier ministre au développement durable.
  • La fin de l’état d’urgence
  • Une sortie progressive et intégrale du nucléaire, avec objectif d’y parvenir d’ici 25 ans, avec fermeture des premiers réacteurs.
  • Fin du projet d’enfouissement profond des déchets nucléaires à Bure
  • Un grand plan d’efficacité et de sobriété énergétique.
  • la mise en place d’une taxe carbone substantielle affectée à la transition écologique.
  • Une fiscalité favorable aux transports propres et défavorable aux transports polluants
  • La France devra s’opposer aux accords de libre-échange tels que le TAFTA et le TISA, et refusera la ratification du CETA.
  • Proposition européenne d’un grand plan d’investissement dans la transition de 1.000 milliards d’euros dans un premier temps et mise en place de la taxe sur les transactions financières afin de doter la zone euro d’un budget et d’une Assemblée propres.
  • Economie circulaire : des plans zéro déchet sur l’ensemble du territoire et la sortie programmée de l’incinération. La modulation de la TVA, notamment en fonction de la durée de vie des produits et de leur potentiel de revalorisation et de réparation.
  • Il faudra enrayer l’artificialisation des sols afin de protéger la biodiversité, les terres agricoles et les espaces naturels en luttant notamment contre l’étalement urbain.
  • Abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et de la ligne Lyon-Turin.
  • Sortie du diesel pour les véhicules légers à l’horizon 2025.
  • Interdiction des pesticides et des perturbateurs endocriniens.
  • Les nano-technologies feront l’objet d’un strict encadrement.
  • Développement intensif du bio dans la restauration collective.
  • Abrogation de la loi travail et son remplacement par une nouvelle loi négociée avec les partenaires sociaux, poursuivant la réduction du temps de travail.
  • Mise en œuvre progressive du Revenu universel d’existence par la revalorisation du RSA à 600€, son automatisation pour les personnes éligibles, dont, dès 2018, l’ensemble des 18-25 ans.
  • Une taxation sur les robots qui détruisent les emplois sera instaurée.
  • Mise en place du récépissé pour contrôle d’identité et réforme de la doctrine d’usage des armes.
  • La fin des exploitations industrielles d’élevage.

L’accord doit être approuvé par les électeurs de la primaire écologiste

Pour être définitif, cet accord doit encore être validé par le vote des quelque 17.000 électeurs de la primaire écologiste. Le vote électronique final doit se tenir entre vendredi et dimanche.

Un accord sur les députés

Ce n’est pas dans le texte, mais l’arrangement implique aussi des circonscriptions « réservées » aux membres d’EELV lors des législatives. Avec une garantie pour les députés sortants, comme le raconte L’Obs, Cécile Duflot étant confirmée sur Paris, et une circonscription étant envisagée pour Yannick Jadot.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Une partie d’EELV refuse un accord avec le Parti socialiste

Source : Hervé Kempf pour Reporterre

Image : Gilles Bilot



Documents disponibles

  Plateforme présidentielle Hamon-Jadot, 23 février 2017
DOSSIER    Elections 2017

THEMATIQUE    Politique
12 novembre 2019
Près d’Orléans, les citoyens défendent la forêt contre les bulldozers
Reportage
9 novembre 2019
« Notre histoire s’est bâtie pour partie sur des violences populaires »
Tribune
12 novembre 2019
Qu’est-ce qu’un nano-plastique ?
1 minute, 1 question


Dans les mêmes dossiers       Elections 2017



Sur les mêmes thèmes       Politique



Du même auteur       kempf