Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Covid-19

50 millions de personnes menacées par la faim en Afrique de l’Ouest

D’après la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), à cause du Covid-19, le nombre de personnes en crise alimentaire et nutritionnelle en Afrique de l’Ouest pourrait passer de 17 à 50 millions entre juin et août 2020.

Oxfam, dans un communiqué, détaille :

Malgré les efforts des États, les populations sont aujourd’hui confrontées à des difficultés d’accès aux marchés alimentaires, à un début de hausse des prix et à une baisse de la disponibilité de certaines denrées de base, conséquences des mesures restrictives mises en place (confinement ou couvre-feu), de la fermeture des frontières et de l’insécurité dans certaines zones.

« En quelques jours, le litre d’huile pour la cuisine a presque doublé »

Au Burkina Faso, Amadou Hamadoun Dicko, président de l’Association pour la promotion de l’élevage au Sahel et en savane (APESS) a décrit une situation tendue à Oxfam : « En quelques jours le sac de 100 kg de mil est passé de 16.000 à 19.000 CFA et le litre d’huile pour la cuisine a presque doublé. De même, pour les éleveurs, le prix du sac de tourteau de coton pour nourrir les animaux a augmenté ».

Alors que débute également la saison agricole, les producteurs et les agriculteurs rencontrent déjà des difficultés pour accéder aux semences et aux engrais de qualité, a précisé l’ONG : « L’agriculture contribue à 30,5 % de l’économie de l’Afrique de l’Ouest qui est la plus grande source de revenus et de moyens d’existence pour 70 à 80 % de la population, principalement pour les femmes ».

Face aux risques de crise alimentaire, huit organisations — dont Oxfam, Action contre la faim, Care — en ont appelé à la solidarité régionale et internationale, et ont demandé aux décideurs politiques d’agir pour :

  • contrôler les prix, assurer l’approvisionnement des marchés en denrées alimentaires issues des exploitations familiales et les transports de marchandises ;
  • mettre en place des filets sociaux, pour venir en aide aux plus vulnérables.
  • Source : communiqué d’Oxfam.
  • Photo : agriculture au Tchad, via Wikipedia.

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende