À Bagnolet, la bergerie craint encore pour son avenir

Durée de lecture : 3 minutes

18 février 2021



Pas facile de penser une rénovation urbaine alliant enjeux sociaux, écologiques, et participation des habitants. La municipalité de Bagnolet (Seine-Saint-Denis) est en train d’en faire l’expérience, autour d’un terrain occupé par une école et une bergerie urbaine unique en Île-de-France, alliant animation de quartier et transformation du paysage urbain avec les habitants. Reporterre y était allé en reportage en octobre 2019. La bergerie et l’association Sors de terre, sa structure juridique, se battaient avec les habitants contre un projet qui devait délocaliser la bergerie pour laisser place à une nouvelle école plus grande, un centre aéré, une crèche, certes, mais aussi deux grands immeubles venant densifier le quartier.

Une lutte locale et les municipales sont passées par là. Les deux immeubles ont été abandonnés, on aurait pu croire l’affaire bouclée. Mais il faut toujours caser dans le terrain la nouvelle école et les structures d’accueil pour les enfants, ainsi que la bergerie, dont les animaux égayent aujourd’hui la cour de l’école.

L’association Sors de terre et son berger Gilles Amar craignent que travaux et déplacements signent la fin de la bergerie et de l’expérimentation sociale unique menée sur ce petit terrain en plein quartier populaire. La bergerie devrait quitter l’emplacement actuel pour laisser place aux bulldozers puis à la nouvelle école, et être déplacée deux fois au fil des travaux. Une telle organisation est rejetée par l’association : « Vous tentez, sans habileté et avec mauvaise foi, grâce à des éléments de langage dignes d’une époque révolue, à faire croire aux habitants, y compris aux citoyens qui vous ont élus, que la bergerie ne sera pas détruite. C’est un mensonge », a ainsi écrit Gilles Amar dans une lettre envoyée à la mairie. « C’est une vingtaine d’arbres qui vont être abattus, c’est un jardin qui va être détruit, le logement de fonction de la gardienne, cardiaque, qu’elle occupe depuis 31 ans, ce sont les chèvres et les brebis qui vont devoir trouver une terre d’asile, c’est une terre pleine de vies non humaines travaillée avec amour depuis dix ans qui va être tuée par les bulldozers et c’est la vie commune d’une ferme et d’une école du 93 [le département de la Seine-Saint-Denis] qui va cesser », écrit-il encore.

Gilles Amar, le berger de cet insolite troupeau

L’association critique par ailleurs le projet d’école, qui prévoit un jardin sur le toit et « constitue un surcoût absurde tant il demande de béton ». Elle demande de « conserver des espaces de pleine terre pour l’école et les enfants » et propose un projet architectural alternatif, plus écologique.

Jean-Claude Oliva, conseiller municipal membre de la majorité a répondu à Gilles Amar, rappelant que plusieurs réunions incluant les représentants de la bergerie avaient déjà eu lieu. Pour lui, « Gilles Amar ne veut pas bouger la bergerie d’un iota », tout en assurant que « Gilles Amar est considéré comme un des principaux acteurs, associé à part entière aux discussions et au projet » et que « l’idée de développer un « écosystème » associant l’école maternelle et la bergerie fait consensus à présent ».

  • Source : Reporterre
  • Photos : © Jérômine Derigny/Reporterre
    . Chapô : Les terrains en friche (ici, en 2016) n’existent plus, après un grand chantier de rénovation urbaine





26 février 2021
Accord de Paris : les efforts des États diminueraient seulement de 0,5 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030
Lire sur reporterre.net
26 février 2021
La Convention citoyenne va juger l’action du gouvernement
Lire sur reporterre.net
26 février 2021
La militante Valérie Murat condamnée à payer 125.000 euros pour avoir dénoncé la présence de pesticides dans du vin
Lire sur reporterre.net
26 février 2021
Coup dur pour Total : le Conseil d’État interdit l’usage d’huile de palme dans les biocarburants
Lire sur reporterre.net
26 février 2021
Le gouvernement promeut une autoroute en Haute-Savoie malgré les protestations de la Suisse
Lire sur reporterre.net
25 février 2021
En Haute-Loire, le tribunal autorise la poursuite des travaux destructeurs de la RN88
Lire sur reporterre.net
25 février 2021
119 élus européens dénoncent les failles dans l’évaluation des pesticides
Lire sur reporterre.net
25 février 2021
La France ne respectera pas ses objectifs climat pour 2030 selon une nouvelle étude
Lire sur reporterre.net
25 février 2021
Des jeunes Québécois veulent poursuivre le gouvernement canadien pour inaction climatique
Lire sur reporterre.net
25 février 2021
Pesticides : la justice est saisie pour empêcher le retour des néonicotinoïdes
Lire sur reporterre.net
23 février 2021
Incendie de Rouen : Lubrizol tente d’éviter son procès
Lire sur reporterre.net
23 février 2021
La nouvelle piscine d’entreposage des combustibles usés d’EDF coûtera 1,25 milliard d’euros
Lire sur reporterre.net
23 février 2021
La Zad de Gonesse expulsée
Lire sur reporterre.net
22 février 2021
Israël souillé par une marée noire de grande ampleur
Lire sur reporterre.net
22 février 2021
Origine du Covid : les experts de l’OMS recommandent d’enquêter sur les visons et animaux à fourrure
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Écologie et quartiers populaires Agriculture urbaine

20 janvier 2021
Culture du café : la technologie contre les paysans
Tribune
25 février 2021
Barbara Pompili : « Loi Climat : je n’accepterai aucune baisse d’ambition à l’Assemblée nationale »
Entretien
26 février 2021
Pour protéger la Camargue, il faut lui donner une personnalité juridique
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Écologie et quartiers populaires Agriculture urbaine