A Bruxelles, la police protège les banquiers et arrête 250 opposants au traité TAFTA

Durée de lecture : 3 minutes

15 mai 2014 / Baptiste Camille (Reporterre)

Une manifestation a eu lieu ce jeudi à Bruxelles pour protester contre la tenue d’une réunion de banquiers et d’hommes d’affaires consacrée au projet transatlantique de libre-échange dit TAFTA. La police a arrête 249 manifestants dont trois députés. Un témoin raconte.


- Bruxelles, correspondance

L’alliance D19-20 appelait à une journée d’action pour « encercler le palais Egmont » où se tient en ce moment même l’European Business Summit.

L’Alliance D19-20 rassemble des agriculteurs-trices, citoyen-ne-s, travailleur-ses, chômeurs-euses, artistes, représentant-e-s de syndicats, d’ONG, d’asbl, des collectifs de militants et d’activistes, etc. qui luttent contre les politiques d’austérité et le partenariat transatlantique (libre-échange Union Européenne-USA) porté par Karel de Gucht, commissaire européen au commerce. Ces membres actifs de la société civile belge sont déterminés à construire et maintenir un rapport de force contre les attaques menées par l’Union Européenne et subies par toutes les couches de la population.

Nous étions plus d’un millier à avoir répondu à l’appel... venus de France, d’Allemagne, de Hollande, d’Angleterre, d’Espagne, d’Italie, de Grèce, et bien sûr de Belgique.

Le rendez-vous était donné à huit heures du matin place Poelart, devant le palais de justice de Bruxelles. De ce point de rassemblement, déclaré et autorisé par les autorités, le plan était le suivant :

. de 8 h à 11 h, rassemblement statique et autorisé sur la place Poelart. Puis départ de la manifestation unitaire, toujours autorisée, à 11 h pour rejoindre le parlement européen ou devait se tenir des prises de paroles.
. de 8 h à 11 h également, des groupes qui en assumaient les risques devaient encercler le palais Egremont pour dénoncer encore une fois les négociations opaques sur le TAFTA et ces multiples dangers.

Sept groupes étaient prévus pour sept points de blocage. Notre idée était de bloquer les véhicules, laisser passer les piétons, se faire voir des décideurs, se faire entendre un maximum, montrer que nous ne nous laisserons pas faire et que TAFTA ne passera pas.

La suite, difficile à l’heure actuelle de la raconter, nous savons que 250 personnes sont en prison, « arrestations administratives », la police nous a fait savoir que tout le monde serait libéré à 18 h, quand le « sommet » sera terminé. La police protège les gentils décideurs de la méchante population, on connaît la chanson.

Plusieurs articles et vidéos sont déjà en ligne comme ici sur LaLibre.be, là sur Euractiv.de, ici sur une action de Greenpeace, et sur Twitter les dangereux prisonniers se prennent même en photos en prison (voir tag #D1920 et ici !

- Lire ici le résumé de l’AFP.
- Le suivi heure par heure des événements.
- Une video qui montre comment la police menotte des manifestants pacifiques.

En ce qui me concerne, je suis clown activiste.

Nous étions neuf clowns à venir participer à cette journée, cinq d’entre nous sont parmi les 250 qui visitent les geôles de notre capitale européenne.

Merci de relayer cette information, de continuer le combat, et de venir par exemple ce samedi 17 mai à Paris pour la suite de la mobilisation contre TAFTA : la journée européenne des résistances et des alternatives


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Baptiste Camille pour Reporterre.

Photo : @ThomasOccupy

Consulter le Dossier Traité transatlantique de libre-échange.


Soutenir l’information libre sur Reporterre :

DOSSIER    Traités de libre-échange

THEMATIQUE    Libertés
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Traités de libre-échange



Sur les mêmes thèmes       Libertés