Faire un don
55187 € récoltés
OBJECTIF : 120 000 €
46 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

A Paris, 1.500 manifestants contre l’aéroport de Notre Dame des Landes

Durée de lecture : 2 minutes

11 novembre 2012 / Eva Deront (Reporterre)


- Reportage à Paris

Ils sont plus de 1.500 à avoir traversé samedi 10 novembre Paris, de Belleville à l’Hôtel de Ville, pour protester contre le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes.

Encadrant une marée de drapeaux EE-LV , des élus, et un Jean-Vincent Placé longuement interviewé (non, les Verts ne sortiront pas du gouvernement ; oui, ils aimeraient avoir voix au chapitre), ce sont bien les Parisiens outrés par la situation à Notre Dame des Landes qui ont donné le ton à la marche. Poireaux au poing, au son des batucadas, des « Non à l’Ayraultport » et « Vinci dégage » (l’omniprésence de parkings gérés par l’entreprise a d’ailleurs causé quelques sueurs froides aux forces de l’ordre), un signal fort a été lancé cet après-midi.

A Paris comme à Rennes, où 3000 personnes se sont également réunies, la solidarité nationale avec les résistants du bocage nantais ne fait que croître. Les collectifs de soutien se multiplient, ainsi que les actions symboliques contre Vinci et le gouvernement.

Ce qui augure un week-end prochain (17 et 18 novembre) particulièrement rassembleur. Suite à l’appel lancé depuis quelques semaines par les habitants de la ZAD (Zone d’Aménagement Différée pour le gouvernement, Zone A Défendre pour les opposants), des départs s’organisent depuis la France entière, en bus, train et covoiturage, avec le concours de partis politiques et d’associations de défense de l’environnement plutôt timides jusque là.

Entre 4.000 et 5.000 personnes sont attendues, amenant vivres et matériel de reconstruction, pour participer à un cortège et lancer une opération de réoccupation. Autant de bras qui resteront un week-end ou plus, pour rebâtir les lieux de vie détruits depuis début octobre.

Et autant de bouches, plus friandes de légumes que de bitume…



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : Eva Deront pour Reporterre

Consulter par ailleurs : Dossier Notre Dame des Landes



DOSSIER    Notre-Dame-des-Landes

15 juin 2019
Doucette, porcelle, onagre... à la découverte des salades sauvages
Reportage
14 juin 2019
Les vieilles pommes font de la résistance
Reportage
15 juin 2019
La fermeture des maternités, symbole de l’abandon des petites villes
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Notre-Dame-des-Landes





Du même auteur       Eva Deront (Reporterre)