A Sivens, les pro-barrages font monter la tension

Durée de lecture : 3 minutes

2 mars 2015 / Camille Martin (Reporterre)

Les FDSEA de Midi Pyrénées ont lancé samedi une opération de blocage de la Zad de Sivens. La tension s’est accrue pendant le week-end. Reporterre publie la carte des blocages.

La tension est montée d’un cran, ce week-end, sur le site du barrage de Sivens.

Selon le collectif Tant qu’il y aura des bouilles, une attaque violente de pro-barrages s’est produite à l’entrée de la ZAD samedi 28 février. "Des affaires persos (outils, papiers d’identité,etc…) [ont été] brulées et un copain tabassé, les quelques gendarmes présents au moment des faits s’étant fait déborder. Grosse présence policière (fourgons de GMs) alentours depuis."

Selon l’AFP, les gendarmes sont intervenus samedi pour bloquer les deux principaux accès au site. « Il y avait trop de monde pour qu’on assure la sécurité, on a reçu l’ordre de ne laisser entrer personne », a indiqué l’un des gendarmes.

« Les forces de l’ordre nous ont empêchés de poursuivre jusqu’à la Zad comme certains parmi nous le voulaient, et ils ont eu raison dans ce contexte tendu », indique à La Dépêche Bernard Boulze, conseiller régional (UDI) de Midi-Pyrénées.

La montée de tension est une stratégie délibérée des pro-barrages, à quelques jours de la discussion du Conseil général du Tarn, vendredi 6 mars, sur les projets de retenue de Sivens. Dans un communiqué publié le 26 février, la FDSEA (Fédération départementale des syndicats agricoles) du Tarn avertissait : « Afin de s’assurer que l’Etat prenne bien ses responsabilités et fasse effectivement évacuer le site, la FDSEA, les JA [Jeunes agriculteurs] du Tarn, la FRSEA [Fédération régionale] et les JA de Midi-Pyrénées ont engagé avec les huit FDSEA et JA de Midi-Pyrénées un blocage de la Zad pendant toute la semaine du 2 au 6 mars. Chaque département bloquera le site sur une journée, ce lundi 2 mars ce sera le tour de l’Aveyron, le Tarn se chargeant de maintenir le blocage pendant les nuits »

« La comédie n’a que trop duré. Il faut passer d’une phase où les « anti-tout » peuvent tout bloquer, à une phase de développement responsable, où les projets économiques structurants pour nos territoires peuvent être engagés et réalisés », ajoute le communiqué.

En fait, les troupes de la FDSEA ont établi un véritable blocus autour de la Zad, dont voici la carte, établie par Gaspard Glanz, de Taranis News :

- Télécharger la carte en PDF pour bien voir les détails :

Dans un communiqué de presse, la coordination des opposants au projet, s’inquiète de la violence de pro-barrages : "Dans la vallée de Sivens, les pro-barrages sont toujours plus violents. Après avoir bloqué et interdit l’accès plusieurs week-ends de suite, ils se mobilisent nuit et jour jusqu’au 5 mars, quitte à affamer les occupants du site. Ils font pression sur les élus du Conseil général qui se réunissent le 6 mars, espérant que ces derniers opteront pour un barrage pourtant majoritairement contesté. Ils ont donné un premier assaut samedi matin qui s’est soldé par de la violence…"

Une barricade construite et détruite trois fois

Le point de tension est une barricade installée par les zadistes au carrefour de la D999. Elle a donc été détruite et reconstruite trois fois avant d’être définitivement démantelée dimanche matin.

Les agriculteurs ont obtenu samedi « l’autorisation de redétruire la barricade », selon la gendarmerie. Les zadistes l’ont ensuite reconstruite dans la nuit mais dimanche matin elle a de nouveau été démantelée par les agriculteurs.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Sivens : les milices pro-barrage agissent dans l’impunité alors que l’expulsion de la Zad se dessine

Source : Camille Martin pour Reporterre

Carte et photo : Gaspard Glanz



Documents disponibles

  Sans titre
DOSSIER    Grands Projets inutiles Sivens

THEMATIQUE    Luttes
19 septembre 2019
Climat : la France ne tient pas ses objectifs
Info
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
18 septembre 2019
Climat : de la prise de conscience à la conscience politique
Édito


Dans les mêmes dossiers       Grands Projets inutiles Sivens



Sur les mêmes thèmes       Luttes





Du même auteur       Camille Martin (Reporterre)