Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Économie

À quand une taxation des transactions financières en Europe ?

La taxe sur les transactions financières en Europe est un véritable serpent de mer. Proposée depuis 2010, elle se heurte à de multiples obstacles, en dépit de certains soutiens de poids, comme l’ex-président de la Commission européenne José Manuel Barroso ou encore la chancelière allemande Angela Merkel. Cette taxe mettrait la finance à contribution en prélevant 0,1 % sur chaque transaction, et 0,01 % sur les obligations ou le trading haute fréquence.

En 2012 déjà, les députés européens votaient massivement en faveur d’une TTF européenne. À l’époque, l’idée était que tous les marchés, tous les acteurs et tous les produits financiers soient soumis à cette taxe. Cependant, au cours des dernières années, le lobby financier a réussi à étouffer petit à petit ce projet.

À l’occasion des négociations du budget de l’Union européenne pour les sept prochaines années à venir, ce sujet est remis sur la table par l’eurodéputé européen Pierre Larrouturou, qui siège avec les socialistes démocrates à Bruxelles. Celui-ci a entamé une grève de la faim le mercredi 28 octobre pour alerter les citoyens sur cet enjeu financier important.

« C’est le moment d’utiliser les outils à notre disposition, et notamment cette taxe, pour financer la transition écologique et la justice sociale »

« Tout est prêt techniquement pour mettre en place cette taxe qui pourrait rapporter 57 milliards d’euros. 70 % des citoyens y sont favorables. Mais les lobbies financiers bloquent toute négociation. Il faut qu’un lobby citoyen se lève pour dire que ce n’est plus acceptable », a-t-il déclaré lors d’une conférence sur ses réseaux sociaux le 2 novembre.

Pierre Larrouturou assure être soutenu par 70 % des députés, comme David Cormand (EELV) ou Manon Aubry (LFI). Il a également reçu le soutien de personnalités de la société civile, comme le philosophe Edgar Morin, Adélaïde Charlier de Youth for Climate ou encore Olivier De Schutter, professeur de droit et rapporteur Spécial de l’ONU sur les questions d’extrême pauvreté.

« C’est le moment d’utiliser les outils à notre disposition, et notamment cette taxe, pour financer la transition écologique et la justice sociale », a déclaré Olivier De Schutter.

Le Parlement européen bataille ces dernières semaines avec le Conseil (États membres) pour revoir à la hausse certaines enveloppes du prochain budget pluriannuel de l’UE, couvrant la période 2021-2027. Les eurodéputés réclament 39 milliards supplémentaires pour plusieurs programmes, de l’éducation à la recherche, sabrés dans la proposition des États.

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende