Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs

En brefClimat

Après la tempête Fiona, les Guadeloupéens manquent d’eau

Le 18 septembre après la tempête Fiona (Guadeloupe).

Quatre jours après le passage de la tempête Fiona, 60 000 clients – particuliers ou entreprises – étaient toujours privés d’eau, mardi 20 septembre. D’après le syndicat mixte en charge de la distribution, la pénurie pourrait durer dans certaines zones particulièrement touchées.

La tempête a balayé l’île le 16 septembre, causant des pluies torrentielles. « Les cumuls de pluie relevés ont été exceptionnels et historiques », a indiqué Météo France : il est tombé 550 millimètres d’eau — en comparaison, il pleut en moyenne 630 mm par an à Paris. Averses, crues et vents violents ont arrachés routes, ponts, maisons, et endommagé nombre d’infrastructures, notamment les réseaux d’eau.

Le centre hospitalier de Basse-Terre n’a plus accès à l’eau potable

Le centre hospitalier de Basse-Terre n’a ainsi plus accès à l’eau potable, ce qui pourrait compromettre « son bon fonctionnement et la continuité des soins ». Un cataclysme qui vient fragiliser un peu plus un réseau d’eau vétuste et dysfonctionnel.

L’agriculture a également été durement touchée : champs imbibés d’eau, les récoltes détruites. L’état de catastrophe naturelle a été décrété.

Dans le sillage de Fiona, un homme est mort à la Guadeloupe, emporté avec sa maison par les flots d’une rivière en crue. Deux personnes sont mortes en République dominicaine et deux autres à Porto Rico.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende