Après les élections. Placé joue le PS, l’alliance des écologistes et du Front de gauche se dessine

Durée de lecture : 5 minutes

30 mars 2015 / Barnabé Binctin et Lucas Mascarello (Reporterre)

Le deuxième tour des élections départementales a consacré le profond malaise d’EELV dans son alliance avec un PS malade. Pendant que les élus du parti écologiste jouent le gouvernement, une large part du mouvement réfléchit à l’union à gauche. Jean-Luc Mélenchon a lancé un appel à une « nouvelle alliance populaire »

Les mouvements écologistes n’avaient plus grand chose à espérer du second tour des élections départementales, dimanche 29 mars. Ils étaient encore moins nombreux qu’après le premier tour à s’être déplacés au siège d’EELV (Europe Ecologie Les Verts) ou du Front de Gauche.

Pourtant, on pouvait y observer nettement le théâtre de la recomposition qui s’opère actuellement, du côté des écologistes. D’un côté, Jean-Vincent Placé enchaîne les plateaux de radio et de télévision, se montre ami-ami avec le socialiste Julien Dray et dénonce le « repli identitaire » de Jean-Luc Mélenchon. De l’autre, la direction du parti écologiste pointe les responsabilités du Gouvernement, la secrétaire nationale Emmanuelle Cosse évoquant « une déroute pour la gauche » et le porte-parole Julien Bayou s’inquiétant du « dangereux déni » de Manuel Valls.

Emmanuelle Cosse trahit en 2016 pour un plat de lentilles - un poste de secrétaire d’Etat

Le sénateur Placé construit une confédération de personnalités politiques identifiées comme écologistes et favorables à un retour au gouvernement, parmi lesquelles des députés EELV, mais aussi Jean-Luc Bennahmias, Corinne Lepage voire l’ex secrétaire général du Parti communiste Robert Hue. Le nom de ce mouvement n’est pas encore connu, mais un premier rassemblement est prévu samedi prochain .

Le reste du parti tend plutôt à marquer définitivement la rupture avec la politique que mène le gouvernement socialiste. Au siège d’EELV, seul le discours du premier ministre Manuel Valls réveille la quinzaine de militants qui paraît plutôt résignée. On rigole au reproche du « dispersement de la gauche », on moque ce premier ministre qui dit s’être « beaucoup impliqué », et on s’exclame de stupeur lorsque ce dernier fait allusion à des impôts trop élevés… Vincent, un jeune militant, croit voir la « résurgence de Raymond Barre, avec un discours digne des années 70 ! ».

Sur l’écran, Manuel Valls

Quelques minutes plus tard, le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, fait un appel du pied explicite aux écologistes, en appelant à la construction d’une « alliance de la gauche et des écologistes pour les prochaines élections ». Emmanuelle Cosse confirme la réception d’une délégation d’EELV, lundi après-midi, au siège du PS rue de Solférino, au cours de laquelle elle veut alerter sur le « deuxième acte du quinquennat » et ses trois urgences : démocratiques, environnementales et sociales.

Mais pour beaucoup d’écologistes, la rupture avec la politique du Parti socialiste est consommée. Si le nombre de conseillers reste finalement à l’identique – 39 conseillers départementaux élus contre une quarantaine de conseillers généraux sortants – EELV le doit certes en grande partie à ses alliances avec le PS sur le terrain. C’est pourtant auprès du Front de Gauche, avec qui les alliances ont mené à de belles victoires à Grenoble dans deux cantons de la ville, mais aussi dans le Gard, dans l’Eure ou même à Gardanne où un projet de centrale thermique fait polémique, que les regards se tournent pour l’avenir.

Le Parti de Gauche appelle à l’alliance

Jean-Luc Mélenchon

Au Parti de gauche, l’ambiance n’est pas plus à la fête. Dans les couloirs, on parle de sept à neuf cantons remportés, les résultats n’étant pas encore définitifs. Et on regrette le score trop élevé du Front national. Pour Jean-Luc Mélenchon, l’avancée de l’extrême droite n’est pas une spécificité française : « Après le Danemark, la Norvège, la Hongrie et combien d’autres pays, la face obscure du vieux continent gagne du terrain comme chez nous. La cruelle politique imposée par l’Union européenne en est la cause commune ».

Une référence aux politiques d’austérité menées par l’UE et auxquelles le gouvernement adhère pleinement selon le leader du Front de gauche : « En France, le quinquennat de François Hollande et la primature de Manuel Valls sont ceux de la soumission sans condition à ses diktats. C’est la principale cause du résultat de ce soir ».

Face aux résultats du soir, le coordonnateur du Parti de gauche, Eric Coquerel, dénonce un tripartisme de fiction. Il constate un "déni de démocratie" en rappelant que 50% des votants ne se sont pas déplacés. Avant d’insister sur la nécessaire alliance des forces de gauche : c’est bien là tout l’enjeu pour le parti. Afin de peser sur les prochaines élections régionales en décembre, il a besoin d’établir une coalition large : « J’en appelle à tous ceux qui se sont rassemblés au premier tour : EELV, Front de gauche, Nouvelle Donne au rassemblement. Il faut construire une alternative, quelque chose de lisible nationalement pour une reconquête ».

Jean-Luc Mélenchon devrait cette semaine proposer une rencontre aux partis concernés pour définir une stratégie commune. Et envisager plus concrètement ce qu’il a appelé dimanche soir « la nouvelle alliance populaire »  : « crédible, indépendante de ce gouvernement avec lequel rien n’est possible, sans alliance à géométrie variable, une alliance visible c’est-à-dire ayant le même sigle dans tout le pays pour que chacun puisse l’identifier, une alliance clairement ancrée dans l’intérêt général humain, avec Les partis et personnalités de l’opposition de gauche, avec des assemblées citoyenne ouverte à tous ».

Les « chantiers d’espoir », prévus samedi 11 avril, devraient offrir une occasion intéressante de rencontre entre ces mouvements.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Comment le gouvernement a truqué les chiffres électoraux au détriment d’EELV

Source : Barnabé Binctin et Lucas Mascarello pour Reporterre

Photos : Lucas Mascarello, sauf celle de Jean-Luc Mélenchon : Parti de gauche.

THEMATIQUE    Politique
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
29 juillet 2019
L’été, au loin
La vie de Reporterre
26 juillet 2019
L’association La Bascule, instrument macronien ou outil du changement ?
Enquête


Sur les mêmes thèmes       Politique





Du même auteur       Barnabé Binctin et Lucas Mascarello (Reporterre)