Artificialisation des sols : « Même là où la France se dépeuple, le béton continue à croître »

13 février 2019 / Entretien avec Alice Colsaet

Au rythme d’un département tous les dix ans, les sols sont couverts de béton. Les politiques publiques échouent à enrayer le phénomène. Et le mouvement des Gilets jaunes ne fait que souligner cet échec. Reporterre a échangé avec Alice Colsaet, doctorante en économie qui étudie les mécanismes de l’urbanisation.

Alice Colsaet est doctorante en économie à l’Iddri (Institut du développement durable et des relations internationales) et au Cired (Centre international de recherche sur l’environnement et le développement). Elle vient de publier un résumé de ses recherches dans une note sur les politiques liées à l’artificialisation des sols.

Alice Colsaet.

Le chiffre que l’on donne habituellement concernant l’artificialisation des sols en France est qu’elle progresse au rythme d’un département tous les dix ans. Où en est-on réellement aujourd’hui ?

Cela a été à certains moments un peu plus rapide, c’est-à-dire que l’artificialisation progressait au rythme d’un département tous les sept ans. Actuellement, on est entre ces deux rythmes, entre un département tous les sept ans et un tous les dix ans. C’est une augmentation, très, très rapide. L’artificialisation progresse beaucoup plus vite que la population, mais aussi plus vite que le PIB. On consomme de l’espace de manière déconnectée des besoins.



Vous regardez la consommation d’espace département par département, et l’artificialisation progresse à des rythmes différents. Quelles différences notez-vous ?

À part dans les abords des très grandes villes comme Paris ou Lyon, où l’on observe une densification, quasiment partout la tendance est à l’étalement, à utiliser de plus en plus d’espace par personne. La différence est que c’est plus ou moins prononcé.

Je distingue d’abord des départements où il y a une forte dynamique démographique, notamment tout le littoral atlantique et dans les départements portés par une grande ville comme la Gironde avec Bordeaux ou l’Isère avec Grenoble. Là, on consomme de l’espace rapidement, mais c’est relativement justifié par la dynamique démographique et économique.

Par contre, il y a un certain nombre de territoires où l’on construit beaucoup mais sans dynamique démographique et économique. Même là où la France se dépeuple, le béton continue à croître. C’est le cas, par exemple, dans le Pas-de-Calais, la Moselle, la Sarthe, le Loiret, les Vosges, les Côtes-d’Armor, le Morbihan, la Drôme, le Tarn, etc. Ils sont répartis un peu partout et cela concerne plus d’un tiers des départements français.



Comment expliquez-vous ce paradoxe ?

J’ai formulé plusieurs hypothèses. L’Insee [l’Institut national de la statistique et des études économiques] a fait des statistiques sur la croissance des logements. Tout d’abord, on observe que depuis 2010, une grosse partie de la construction de logements correspond à l’augmentation de logements vacants et de résidences secondaires. Quasiment un tiers des nouvelles constructions s’expliqueraient comme cela, c’est beaucoup plus qu’avant.

Une autre explication, c’est qu’il peut y avoir, justement dans des territoires assez peu dynamiques, une tentative désespérée d’attirer de nouveaux commerces, habitants, activités, etc. en construisant de nouvelles zones toutes neuves qui donnent une image dynamique du territoire. Certaines collectivités construisent alors qu’il n’y a pas forcément la demande derrière mais ils espèrent l’attirer.

Enfin, une dernière explication est purement démographique : même si la population reste stable, le besoin de logements augmente quand même, car la taille des familles diminue et beaucoup de gens vivent seuls. Or, le nombre de logements dont on a besoin dépend plus du nombre de ménages que du nombre d’habitants. Cette dynamique explique à peu près un quart de la croissance des logements.

La consommation d’espace est due en premier à l’habitat individuel, en deuxième aux zones d’activité économique en périphéries des villes, et ensuite les infrastructures de transport.

Vous faites également un bilan des dispositifs, lois, etc. visant à encadrer l’artificialisation. Vous paraissent-ils efficaces ?

En France, on ne manque pas d’outils. Mais ils ne sont pas assez utilisés ou contraignants pour avoir un effet suffisant. Ces questions sont certes de mieux en mieux prises en compte par les élus et les collectivités depuis le Grenelle de l’environnement. Par exemple, parmi les outils, il y a le fait de prendre en compte systématiquement la problématique de la consommation d’espace dans tous les documents d’urbanisme. On ne peut plus construire aujourd’hui comme avant.

Mais c’est, à mon avis, insuffisant. Tous ces outils s’arrêtent à la prise en compte, mais ne donnent pas d’objectifs chiffrés. Cela empêche d’avoir des résultats à la mesure du problème. Car, même s’il y a de nombreuses collectivités qui essayent de prendre en compte la nature en ville, limiter l’artificialisation, etc. leurs voisines ne le font pas forcément. Si une collectivité restreint fortement la consommation d’espace, les conséquences se déplacent dans celle d’à côté.

Il faut bien avoir conscience que les collectivités ont énormément de contraintes. Elles ont besoin d’avoir de la population nouvelle juste pour garder des classes ouvertes, des ressources par les dotations de l’État, des ressources fiscales, de l’emploi pour leur population. La consommation d’espace est une contrainte parmi d’autres. On n’arrivera pas à l’objectif « zéro artificialisation nette » affiché par le plan biodiversité en se reposant juste sur les collectivités. Elles ont trop de pression dans l’autre sens.



Il faudrait donc des mesures contraignantes gérées au-dessus des communes ou des communautés de communes ?

Il y a des études aux États-Unis qui montrent que plus il y a des réglementations contraignantes au niveau des États — en France, l’équivalent serait la région — moins il y a de consommation d’espace. Dans les États étasuniens auxquels je pense, les plans d’urbanisme locaux passent par une agence régionale qui évalue leur compatibilité avec les objectifs de consommation d’espace. Cela permet une coordination à un niveau régional. Il y a un peu un contrôle de ce type en France, effectué par les services de l’État, mais ils n’ont les moyens de tout passer en revue.

Par ailleurs, aujourd’hui seuls 40 % des permis construire concernent des espaces déjà artificialisés et les autres 60 % correspondent encore à de l’artificialisation. Donc, pour arrêter l’extension, il faut faire davantage de renouvellement. Mais cela pose de nombreuses contraintes, notamment parce que cela coûte plus cher de construire dans des espaces déjà urbanisés. Il faut donc se poser la question du modèle économique de la construction.



Comment le mouvement des Gilets jaunes a-t-il résonné avec votre travail ?

La crise des Gilets jaunes est partie de la question du prix des carburants. Cela montre l’importance de la question des déplacements contraints, et à quel point elle est liée à nos modes d’urbanisation. Plus on fait du transport collectif, plus on aura des villes denses, durables, plus agréables à vivre. Plus on fait des modèles d’urbanisme qui reposent sur l’automobile, plus c’est intenable sur le plan du climat, du social, de la biodiversité, de l’esthétique, etc. Tous ces enjeux, sociaux, biodiversité, climat, se concentrent autour de la question du transport et du besoin de réduire la place de l’automobile.

Une étude de l’OCDE [Organisation de coopération et de développement économiques] considère que, au-dessus du seuil de 1.500 habitants/km², il est assez rentable de faire du transport collectif. En France, plus de 65 % de la surface de nos villes est en dessous de ce seuil-là. Ce sont autant de surfaces sur lesquelles il est de facto difficile d’y faire du transport collectif sans que cela coûte extrêmement cher.

  • Propos recueillis par Marie Astier

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Artificialisés, accaparés, appauvris : les sols sont assaillis de tous côtés

Source : Marie Astier pour Reporterre

Photos :
. chapô : Rochefort-du-Gard (Gard), en 2009. Wikipedia (Paul-louis FERRANDEZ/CC BY-SA 3.0)
. portrait : © Alice Colsaet
. graphique : © Alice Colsaet



DOSSIER    Etalement urbain

22 mai 2019
Thomas Porcher : « Les traités européens sont au cœur du problème de la transition écologique »
Entretien
22 mai 2019
Européennes : les programmes au crible de l’écologie
Info
23 mai 2019
Face à l’irresponsabilité de M. Macron, décrochons ses portraits
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Etalement urbain