Au Brésil, de nouveaux projets de barrages menacent la forêt tropicale et les populations indigènes

21 juillet 2016 / Mathilde Dorcadie (Reporterre)



Les ressources hydroélectriques du Brésil sont immenses. Mais la construction de barrages a des impacts énormes sur l’environnement : indigènes et écologistes s’opposent aux nouveaux projets, comme celui de Tapajós.

- Actualisation - Vendredi 5 août - La construction de la centrale hydroélectrique de Tapajos a été rejetée jeudi 4 août par l’autorité environnementale brésilienne (Ibama). Les groupes indigènes et Greenpeace se sont alliés pour protester contre la construction d’un méga-barrage à São Luiz do Tapajos. Pour les opposants, sa construction forcerait les communautés locales Munduruku à quitter leurs lieux de vie et mettrait en danger la forêt amazonienne.


- São Paulo (Brésil), correspondance

Non loin de Manaus et de Santarém, les villes principales d’Amazonie, coule le fleuve Tapajós, un affluent de l’Amazone. Un fleuve réputé pour ses eaux claires, qui peut atteindre par endroit jusqu’à 12 kilomètres de large. Il tient son nom des Indiens Tapajós, une tribu aujourd’hui disparue. Sur ses berges vivent désormais les Munduruku. Et ils risquent bien de disparaître à leur tour à cause d’un projet de mégabarrage qui pourrait bouleverser tout un écosystème plurimillénaire.

Du point de vue économique, l’exploitation de l’énergie de centaines de cours d’eau de son territoire est d’une importance stratégique pour le développement du Brésil. En 2015, 64 % de l’électricité produite dans le pays provenait de cette source gratuite et renouvelable. Une bénédiction dont le plus grand pays d’Amérique du Sud aurait tort de se priver, avec une des plus grandes réserves d’eau douce de la planète grâce à l’Amazone, fleuve géant. Mais le Brésil est aussi le gardien d’une grande partie d’une autre ressource naturelle vitale : la forêt tropicale amazonienne.

250 barrages en projet en Amazonie brésilienne

Si la construction de barrages n’est pas la principale cause de la déforestation [1], elle n’en a pas moins un coût environnemental et social irréversible. Selon le dernier rapport du WWFLiving Amazon, pas moins de 250 barrages sont en projet en Amazonie brésilienne. Rien que sur le fleuve Tapajós, une quarantaine de projets sont à l’étude. Le plus important d’entre eux, l’usine hydroélectrique de São-Luiz-de-Tapajós, devrait submerger 729 km², soit sept fois la superficie de la ville de Paris.

PNG - 267 ko
Le fleuve Tapajós, d’une longueur de 2 291 km, est un affluent de l’Amazone.

La particularité des barrages hydroélectriques, c’est qu’ils dépendent de décisions politiques, et permettent donc une déforestation sur un fondement légal. C’est pourquoi les ONG de protection de l’environnement, et en premier lieu Greenpeace, se sont lancées dans des campagnes de sensibilisation de l’opinion aux menaces que représentent ces grands travaux et font pression sur les décideurs politiques.

Car chaque ouvrage a des conséquences sur la migration des poissons et des animaux aquatiques, tels que les dauphins roses, une espèce d’eau douce unique au monde ; sur les routes d’approvisionnement des populations riveraines ou encore sur le trajet des alluvions, modifiant les écosystèmes. Il génère aussi des gaz à effet de serre lorsque les végétaux détruits par la montée des eaux entrent en décomposition et émettent du méthane dans l’atmosphère.

L’implication de grandes compagnies étrangères

Dans une région où les scientifiques estiment que beaucoup d’espèces animales et végétales restent à découvrir, la biodiversité est menacée. « Il existe différents types de forêts. La forêt alluviale, que les indiens appellent la “Mata de Igapó”, est caractéristique des berges des fleuves amazoniens. Elle joue un rôle fondamental pour la survie des tribus, explique Danicley de Aguiar, chargé de campagne pour Greenpeace Brésil. C’est elle qui serait menacée de disparition par la rétention que créerait le barrage. Or, cette forêt a une relation très importante avec la forêt profonde, plus dense, qui constitue le cœur de l’Amazonie. Il faut donc préserver cette forêt fluviale, car elle garantit l’équilibre du système comme un tout. »

JPEG - 302.2 ko
Le boto, ou dauphin rose de l’Amazone, ou encore Inie de Geoffroy (Inia geoffrensis), est une espèce de mammifère de l’ordre des odontocètes. C’est un dauphin d’eau douce.

À cela il faut ajouter que, pour les besoins de ces travaux titanesques, de nouvelles routes sont ouvertes et que l’arrivée de milliers de travailleurs suppose la création d’infrastructures de vie, générant déforestation et pollution dans des zones quasiment vierges jusqu’à présent de présence humaine. L’expérience de la construction du barrage de Belo Monte, troisième plus grand barrage hydraulique du monde, également en Amazonie, a montré à quel point les conséquences environnementales d’une usine hydroélectrique peuvent être nombreuses et complexes. Celle-ci, inaugurée en mai, vient par ailleurs d’entrer en service, malgré trente ans de luttes indigènes, menées notamment par le chef Raoni avec le soutien de stars internationales.

Les défenseurs de l’environnement s’inquiètent donc à raison de la construction d’un nouveau mégabarrage. Greenpeace mobilise actuellement ses volontaires et soutiens pour défendre les Munduruku qui vivent dans la région contre le projet de São-Luiz-de-Tapajós et dénonce, dans une étude, le « business risqué de l’hydroélectrique ». L’organisation pointe notamment l’implication de grandes compagnies étrangères [2] et rappelle que ce type de projet cache souvent des affaires de corruption, comme ce fut le cas à Belo Monte [3]. Enfin, ces grands ouvrages, qui engloutissent des dizaines de millions de reals (la monnaie brésilienne) de subventions publiques et dépassent souvent leurs budgets initiaux, se révèlent parfois beaucoup moins rentables que prévu et ne bénéficient que marginalement aux populations locales [4].

« La résistance des Munduruku n’est pas qu’une lutte qui se restreint au Brésil, elle est mondiale » 

Tout pourrait se jouer dans les prochaines semaines. Le président intérimaire du Brésil, Michel Temer, a annoncé qu’il attendrait la fin du processus légal qui pourrait écarter définitivement Dilma Rousseff d’ici au mois d’août, avant de lancer les appels d’offre. Cependant, il lui manque le soutien des organismes publics comme l’Ibama (l’Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles) et la Funai (la Fondation national de l’indien). L’Ibama, qui accorde les autorisations environnementales pour toute infrastructure de ce type, a suspendu depuis avril 2016 ses procédures de certification. L’Institut a déclaré attendre de connaître la décision qui sera prise par rapport à la reconnaissance du territoire des indiens Munduruku. Celui-ci n’est pas encore allé jusqu’au bout du processus de « démarcation », qui ne peut être officialisé que par décret présidentiel, sur recommandation des études menées par la Funai et après avoir obtenu l’aval du ministère de la Justice.

JPEG - 336.4 ko
Portrait de deux amérindiens Munduruku, par le peintre français Hercules Florence, lors de l’expédition conduite en Amazonie brésilienne par le Baron von Langsdorf de 1825 à 1829.

Depuis quelques semaines, il semble que la mobilisation commence à être entendue. Mi-juillet, le ministre de l’Environnement du gouvernement intérimaire, José Sarney Filho, s’est déclaré plutôt opposé à l’idée des grands barrages hydrauliques et souhaite lancer des études pour trouver des solutions de rechange, comme l’éolien. « La résistance des Munduruku n’est pas qu’une lutte qui se restreint au Brésil, elle est mondiale. Ce sont plus d’un million de personnes qui les soutiennent à travers la pétition lancée par notre organisation, a expliqué Asensio Rordriguez, directeur exécutif de Greenpeace Brésil après sa rencontre au ministère, à Brasilia. C’était très important de le faire comprendre au ministre, parce que désormais toutes les mesures qui seront prises par rapport au complexe électrique de la rivière Tapajós seront suivi par des gens du monde entier. »

JPEG - 121.3 ko
Campagne de Greenpeace pour la sauvegarde du fleuve Tapajós.

- In English - Cet article a été traduit en anglais : NEW AMAZON DAMS PUT INDIGENOUS POPULATIONS AT RISK




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.


[1Elles sont à rechercher du côté de l’agriculture, des activités minières et de l’urbanisation.

[2L’entreprise française Engie (ex-GDF-Suez) a pris, début juillet 2016, ses distances avec les projets de grands barrages en Amazonie. Mais Greenpeace annonce vouloir encore convaincre d’autres géants de l’énergie, comme General Electrics et Siemens.

[3Une enquête est actuellement en cours pour déterminer si des partis, notamment le Parti des travailleurs de Dilma Rousseff, la présidente brésilienne suspendue de ses fonctions dans l’attente de son procès en destitution, en a auraient touché de l’argent de la part des entreprises de construction.

[4Sur le sujet, l’association les Amis de la Terre publiait en 2012 un livret d’information « À qui profite les grands barrages ? ».


Lire aussi : Le Brésil frappé par la pire catastrophe écologique de son histoire

Source : Mathilde Dorcadie pour Reporterre

Photos :
. chapô : Le barrage de Belo Monte, sur le fleuve Xingu, en 2015. Wikipedia (Pascalg622/CC BY 3.0)
. carte : Wikipedia (Kmusser/CC BY-SA 3.0)
. dauphin : Wikipedia (Dennis Otten/CC BY-SA 3.0)
. Amérindiens : Wikipedia (Hércules Florence/domaine public)

THEMATIQUE    Energie International
26 septembre 2016
Coup de théâtre : la Zad de Notre-Dame-des-Landes n’est pas légalement expulsable, annoncent ses habitants
Info
27 septembre 2016
À louer : maison sans déchet et sans poubelle
Alternative
24 septembre 2016
Sous les mers, la cacophonie humaine assomme les cétacés
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Energie International





Du même auteur       Mathilde Dorcadie (Reporterre)