CARTE EXCLUSIVE - Un tiers du parc nucléaire français en panne ou à l’arrêt

Durée de lecture : 2 minutes

23 octobre 2017 / Moran Kerinec (Reporterre)

À ce jour, 20 réacteurs sur les 58 du parc nucléaire français sont à l’arrêt. Beaucoup devraient redémarrer d’ici à fin novembre, mais leur vieillissement et leur état général sont inquiétants. Reporterre fait le point avec une carte détaillant la situation de chaque centrale.

L’hiver sera rude pour les centrales nucléaires françaises. Ce lundi 23 octobre, 20 de leurs réacteurs sont à l’arrêt . Parmi eux, au moins 8 ont été mis au repos en raison d’un dysfonctionnement ou d’un problème de sûreté. Sur les autres, beaucoup subissent actuellement des maintenances qui visent également à réparer les anomalies qui s’accumulent ces dernières années. Une situation mise en lumière par Reporterre dans une carte détaillant la situation centrale par centrale.

LA CARTE D’UN PARC EN MAUVAIS ÉTAT

Voir en plein écran

Dernier malfonctionnement en date, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a dévoilé à la mi-octobre que les pompes de refroidissement de 29 réacteurs nucléaires ont été touchées par une corrosion importante. En cas de séisme ou d’inondation, les conduits pourraient céder. C’est l’une des causes de l’accident de Fukushima. Selon l’ASN, la rénovation des conduits a été engagée immédiatement sur la totalité de réacteurs, mais ces derniers nécessiteront des réparations plus complètes avant d’être totalement sécurisés.

Si les températures hivernales devaient se révéler plus froides que prévues, l’approvisionnement électrique du pays pourrait être compromis. Comme l’indiquait l’an passé le Réseau de Transport d’électricité (RTE) à Reporterre : « En hiver, un degré de température en moins entraîne une hausse instantanée de la consommation électrique fournie par 2.400 mégawatts (MW) ». Soit environ la production de deux réacteurs. Or, le nucléaire compose la plus grande partie du mix électrique français : deux tiers de l’électricité produite dans l’hexagone provient des centrales nucléaires (72,3 % en 2016 selon RTE). Sans moyen technique existant pour stocker une quantité de courant suffisante pour tenir l’hiver, la mise en veille d’un trop grand nombre de réacteurs pourrait se traduire par une baisse de la production électrique, qui entraînerait des coupures de courant ou un surcoût des importations d’énergie. Face à l’arrêt de ses centrales EDF a revu à la baisse son objectif de production nucléaire pour 2017 à un niveau de 385 à 392 térawatts-heure (TWh), contre la fourchette de 390 à 400 TWh annoncée auparavant.

La centrale nucléaire de Dampierre (Loiret).

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : EXCLUSIF : la carte des réacteurs nucléaires à l’arrêt. Des coupures de courant se préparent en cas d’hiver rigoureux

Source : Moran Kerinec pour Reporterre

Photo : la centrale nucléaire de Dampierre (Loiret). Wikipedia (GFDL (self made)/domaine public)

DOSSIER    Nucléaire

25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
14 septembre 2019
Algues vertes en Bretagne : 4 points pour comprendre le problème
Info
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Nucléaire





Du même auteur       Moran Kerinec (Reporterre)