Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Grands Projets inutiles

CDG Express : la justice interdit les travaux là où vivent des espèces protégées

Pour le tribunal administratif de Montreuil (Seine-Saint-Denis), le projet de liaison ferroviaire du Charles-de-Gaulle Express ne présente pas un « intérêt public majeur ». Dans une décision rendue lundi 9 novembre, il rejette la dérogation accordée pour mener des travaux dans des zones où se trouvent des espèces protégées.

La ligne ferroviaire, qui doit relier la gare de l’Est à l’aéroport CDG en vingt minutes, est pourtant présentée comme essentielle par les autorités. Mais pour le tribunal, le contexte a changé. Sa décision repose sur deux observations :

  • Le calendrier : le CDG Express devait faciliter les déplacements en vue des Jeux olympiques de Paris 2024. Mais sa mise en service a été repoussée à 2025.
  • La pandémie de coronavirus : le trafic aérien s’est écroulé et il est impossible de prédire un retour à la normale.

Pour la justice, la ligne ne peut donc pas être considérée comme indispensable. Pas question donc d’autoriser les travaux dans les zones où se trouvent des espèces protégées.

Le tribunal administratif de Montreuil avait été saisi par la commune de Mitry-Mory, en Seine-et-Marne. Son avocate, Me Corinne Lepage, salue « une première victoire dans un dossier, qui n’en avait pas connu ». « Cela pose un problème majeur pour cette ligne dans le tracé initialement conçu », explique l’ancienne ministre de l’Environnement.

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende