Chili : bousculé par la révolte, le président abandonne la COP25

Durée de lecture : 7 minutes

31 octobre 2019 / Marion Esnault (Reporterre)

Mercredi 30 octobre, le Chili a renoncé à organiser la conférence mondiale sur le climat (COP25) qui devait se tenir du 2 au 13 décembre à Santiago. Le gouvernement explique sa décision par le mouvement de contestation sociale inédit dans lequel le pays est plongé depuis deux semaines.


  • Santiago (Chili), correspondance

« En raison des circonstances difficiles que notre pays a vécues ces dernières semaines (…), notre gouvernement, avec un profond sentiment de douleur, a décidé de ne pas accueillir les sommets de l’Apec [Coopération économique pour l’Asie-Pacifique] et de la COP25 », a annoncé Sebastian Piñera, le président chilien, mercredi 30 octobre. De son palais présidentiel, La Moneda, il a invoqué trois raisons à cette décision : « En tant que gouvernement, notre priorité est de : premièrement, nous concentrer sur le rétablissement de l’ordre public, la sécurité de nos concitoyens et la paix sociale ; deuxièmement, impulser un nouvel agenda social ; troisièmement, mettre en place un profond processus de dialogue pour écouter nos compatriotes. »

Le pays andin n’accueillera pas non plus les 16 et 17 novembre le sommet de la Coopération économique Asie-Pacifique (Apec), qui réunit 21 pays bordant l’océan Pacifique et qui, selon les mots du président chilien, est « l’organisation qui cherche le libre-échange le plus grand et le plus important du monde (…) pour générer de meilleurs emplois et de meilleures occasions favorables aux entreprises ».

« Une décision unilatérale du gouvernement » 

De leur côté, les 130 associations réunies dans une coalition nommée Scac (Société civile pour l’action climatique) refusent cette annulation en dénonçant dans un communiqué, « une décision unilatérale du gouvernement » et en s’engageant à « maintenir les efforts déployés pour réaliser le Sommet social pour l’action climatique, une instance citoyenne parallèle à la COP25, peu importe le pays où elle se déroulera ».

À Santiago, le 30 octobre.

Depuis le 17 octobre, une révolte inédite depuis le coup d’État de Pinochet en 1973 bouscule ce pays d’Amérique du Sud réputé pour sa stabilité politique et économique. Pendant la dictature, avec l’aide des États-Unis et des Chicago Boys, le Chili a mis en place une politique néolibérale qui a permis un développement économique mais a surtout engendré de très fortes inégalités. C’est contre ce système qui enrichit les plus riches et appauvrit les plus pauvres que la classe moyenne chilienne se soulève depuis plus de dix jours.

La semaine dernière, Sebastian Piñera a tenté de calmer la contestation : « Je reconnais que les problèmes se sont accumulés depuis des décennies et que les gouvernements successifs n’ont pas su y répondre. Je reconnais ce manque de vision et je demande pardon à mes compatriotes. » Puis, il a annoncé trois mesures phares : une augmentation des pensions de retraite, un déploiement d’une aide pour les petits salaires et la création d’un système de régulation du prix de l’électricité. Était-ce suffisant ? Visiblement pas. Des milliers de Chiliens ont continué à descendre dans les rues pour atteindre le point d’orgue de la mobilisation vendredi 25 octobre : plus d’un million de personnes ont envahi les avenues principales de Santiago en exigeant la mise en place d’une assemblée citoyenne constituante. Le changement de Constitution est la colonne vertébrale du mouvement social au Chili. Pourquoi ? Parce que la Constitution actuelle est la même que sous la dictature de Pinochet et qu’elle constitue un héritage direct du système néolibéral contre lequel les Chiliens sont désormais en lutte.

Sourd à cette demande, le président milliardaire du Chili a proposé un remaniement gouvernemental en fin de semaine dernière. Une nouvelle tentative de calmer l’agitation, en vain : lundi 28 et mardi 29 octobre, des rassemblements massifs ont été organisés dans tout le pays et les organisations syndicales ont lancé un nouvel appel à la grève générale ce mercredi 30 octobre.

À Valparaiso, le 19 octobre.

En décembre 2018, Jair Bolsonaro, le président climatosceptique du Brésil, retirait sa candidature pour accueillir la COP25 dans son pays. Dans la foulée, le président chilien était monté au créneau et avait tout mis en œuvre pour présider le Sommet du climat en décembre 2019.

Dans son allocution du mercredi 30 octobre, Sebastian Piñera a réaffirmé son « total engagement pour la COP et sa volonté d’affronter le changement climatique » et il a ajouté que « le Chili a toujours eu un leadership clair, affirmé et reconnu sur le sujet ». Un point de vue que les associations membres de la Scac (Société civile pour l’action climatique) contestent : « Ce sommet sur le changement climatique représentait une grande occasion pour révéler les problèmes socioenvironnementaux qui affectent de très nombreux habitants du territoire national. » Les 130 associations du Scac ont mis en avant que la croissance économique du Chili a apporté son lot de drames avec, entre autres, les « zones de sacrifice [des territoires habités et très pollués], les communautés qui n’ont pas accès à l’eau pour leur consommation humaine et leurs productions agricoles, les menaces et les assassinats de militants environnementaux… ».

COP25 : beaucoup de questions en suspens 

Pilar Moraga, chercheuse au Centre de droit environnemental de l’Université du Chili, partage cette critique faite par le milieu associatif chilien en ajoutant que cela pourrait être une motivation supplémentaire pour descendre dans la rue : « Cette décision [de ne plus accueillir la COP25] est représentative de l’échec du gouvernement. Les sujets environnementaux et climatiques sont, eux aussi, au cœur des injustices sociales. »

À Valparaiso, le 19 octobre.

Sebastian Piñera assure que la décision d’annuler la COP25 et l’Apec a été prise dans la perspective de se concentrer sur les demandes sociales de ses concitoyens. Certains suspectent d’autres raisons. Du côté des députés de l’opposition, on pense que le gouvernement n’est pas capable d’assurer l’ordre public tout en garantissant les conditions requises pour l’accueil de sommets internationaux. Du côté des associations et des universitaires, on suspecte le gouvernement de ne pas vouloir attirer davantage les yeux de la presse et de la communauté internationale sur les violations des droits humains au Chili. Mardi 29, quarante parlementaires européens ont signé un courrier envoyé à la haute représentante des Affaires étrangères de l’UE demandant à ce que « la COP25 ne se tienne pas au Chili tant que le peuple chilien subit une forte répression ». M. Piñera leur a coupé l’herbe sous le pied. Le bilan officiel des manifestations, probablement en deçà de la réalité, se chiffrait ce mercredi à 20 morts, 473 blessés et plus de 2.000 personnes arrêtées. L’Organisation des Nations unies a délégué une mission pour enquêter sur ces supposées violations des droits humains.

À Santiago, le 30 octobre.

L’annulation surprise de la tenue de la COP25 n’a pas pris de court seulement les Chiliens. La secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), Patricia Espinosa, a déclaré dans un communiqué laconique : « Tôt dans la matinée, j’ai été informée de la décision du gouvernement chilien de ne pas accueillir la COP25 en raison de la situation compliquée que traverse le pays. Nous allons explorer des solutions de substitution. »

Le retentissement international de cette annulation laisse beaucoup de questions en suspens : Où se déroulera la COP25 ? Va-t-elle se dérouler début décembre ? À Bonn, en Allemagne, où se trouve le siège de la CCNUCC ? Va-t-elle être purement et simplement annulée ? Quelles sont les conséquences sur les négociations internationales alors que la COP25 représentait la dernière étape pour traduire en plan d’actions les engagements pris par les États signataires de l’Accord de Paris ?

Alors que les émissions mondiales de gaz à effet de serre continuent à augmenter et que la COP25 s’était donné pour objectif de convaincre les États de rehausser leurs engagements pour rester sous les 2 °C de réchauffement mondial d’ici à 2100, le gouvernement chilien s’est déchargé de répondre à ces questions. Et pourtant, le Chili est touché par une sécheresse sans précédent en plein hiver austral et doit faire face à une pénurie d’eau dans plusieurs régions.

  • Regarder notre reportage photographique des manifestations du 30 octobre à Santiago et du 19 octobre à Valparaiso


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Sergio Coronado : « La COP25 ne peut pas se tenir dans un pays, le Chili, en état de siège »

Source : Marion Esnault pour Reporterre

Photos : © Marion Esnault/Reporterre
. chapô : à Santiago du Chili, le 30 octobre : « Pinera, renonce ».



Documents disponibles

  Sans titre
DOSSIER    Climat : de COP en COP

THEMATIQUE    Climat International
9 novembre 2019
Chute du mur de Berlin : les écologistes étaient en première ligne
Info
8 novembre 2019
Malgré l’abandon d’EuropaCity, le béton menace toujours le triangle de Gonesse
Entretien
9 novembre 2019
« Notre histoire s’est bâtie pour partie sur des violences populaires »
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Climat : de COP en COP



Sur les mêmes thèmes       Climat International





Du même auteur       Marion Esnault (Reporterre)