Climat et Palestine ont conclu le Forum social mondial de Tunis

Durée de lecture : 3 minutes

30 mars 2015 / Clément Barraud (Reporterre)

Le Forum social mondial s’est achevé samedi à Tunis par une grande marche. Parmi les ateliers, une nouvelle réunion de la Coalition climat. Les questions environnementales auront été très présentes dans la réunion du mouvement altermondialiste.

- Tunis, reportage

Le Forum Social Mondial s’est achevé samedi 29 mars sous le soleil. Si les allées de l’université Al Manar étaient plus clairsemées que les autres jours, les ultimes ateliers ont fait le plein.

Climat : se mobiliser pour Paris... et pour après

L’assemblée de convergence sur la coalition climat, notamment, a permis de rappeler l’importance de travailler sur un message commun, « pas seulement pendant la COP21, mais aussi et surtout après », ont insisté les représentants d’associations membres de la coalition.

En 2013, un espace climat avait été créé à l’occasion de la première édition tunisienne du FSM. Cette année, le dispositif a été reconduit avec « l’objectif de faire convergence entre les 17 organisations fondatrices pour que les volontés de changement puissent se réunir », a rappelé un membre de l’institut canadien Polaris. Pour tous, le changement de système est fondamental pour endiguer les dérèglements climatiques : « L’augmentation de la production et l’extractivisme tuent notre planète ».

Geneviève Azam, représentante d’Attac France, s’est réjouie de « la forte présence de la question du climat dans ce FSM. Nous avons besoin de forces immenses pour préparer la conférence de Paris, mais il faudra aussi aller au-delà. Il est très important de montrer que la coalition climat que nous portons n’est pas un cartel d’organisations, qui ne parlent que d’une seule voix. Chaque composante garde une liberté par rapport à son propre message ».

Des petits groupes de travail se sont ensuite formés, pour lancer des pistes de réflexion quant à la mobilisation à venir. Faire intervenir les peuples, encourager la désobéissance civile de masse, aider les petits paysans à garder des surfaces cultivables… Des objectifs divers pour un message d’unité, qu’il faudra porter sur la route de Paris.

Une marche pour la Palestine

Comme en 2013, le FSM s’est terminé par une grande marche de clôture en soutien à la cause palestinienne. Des milliers de personnes ont défilé ensemble dans le centre de Tunis. Parti de la place du 14 janvier 2011, le cortège a remonté l’avenue Mohamed V pour rejoindre l’ambassade de Palestine. Une manifestation bigarrée et décousue, les différentes organisations défilant de manière autonome.

Le drapeau palestinien n’a pas cessé de flotter parmi la foule, qui a scandé de nombreux slogans hostiles à l’occupation israélienne et l’accaparement des terres de Palestine. Chants, danses, concert… Une ambiance de kermesse, mais un message très politique porté tout au long de la journée : « Vive la Palestine libre ».

La promesse d’un autre monde toujours possible

Dans un contexte particulier lié à l’attentat du musée du Bardo le 18 mars, le FSM a réussi à rassembler des milliers de militants du monde entier. Même si des débats houleux, voire des altercations, ont parfois eu lieu (concernant le gaz de schiste en Algérie ou l’indépendance du Sahara), le Forum Social 2015 s’achève avec la promesse toujours présente qu’un autre monde est possible.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Gaz de schiste en Algérie et permaculture en Tunisie - Le voyage au FSM

Source et photos : Clément Barraud pour Reporterre

. Photo assemblée climat, 24 mars : Isabelle Rimbert.

Retrouvez tous nos reportages au Forum social mondial de 2015 dans notre Dossier FSM

THEMATIQUE    International
21 octobre 2019
Face à l’acharnement judiciaire, le Comité Adama tisse des liens avec d’autres luttes
Info
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
21 octobre 2019
Extinction Rebellion, peu politique ? « Nous avons occupé le centre de Paris pendant cinq jours ! »
Tribune


Sur les mêmes thèmes       International





Du même auteur       Clément Barraud (Reporterre)