Contre les déchets alimentaires, le poulailler

Durée de lecture : 1 minute

16 juin 2014 / Ecotidiens 21

Depuis mai 2013, la commune de Villers-les-Pots, en Côte-d’Or (21), possède son poulailler, initiative ludique pour impliquer les jeunes dans la réduction des déchets produits par les familes.


Ce poulailler communal est le fruit d’une initiative partagée, entre les enfants de la commune, les parents et les élus. Il a été inauguré en mai 2013 sur un terrain prêté par la commune. Cette dernière a financé une partie du matériel nécessaire à sa construction, le reste ayant été réuni et donné par les habitants du village,qui ont prêté main forte à l’employé communal pour la construction.

Il compte une petite dizaine de poules, offertes par la Communauté de Communes Auxonne Val de Saône, dans la perspective d’encourager la réduction des déchets. En effet, les gallinacés peuvent contribuer à réduire le poids des poubelles en mangeant jusqu’à 150 kg d’épluchures de fruits et légumes par an.

C’est le Conseil municipal des jeunes de Villers-les-Pots, qui réunit une quinzaine d’enfants du primaire au lycée, qui prend soin du poulailler. A tour de rôle, un groupe de trois enfants s’occupe pendant une semaine de ramasser les œufs, donner à boire aux poules, et du grain quand besoin est.

Le reste du temps, ce sont les parents d’enfants de l’école maternelle mitoyenne du terrain et les voisins qui viennent apporter leurs épluchures et autres restes de repas.
Cette initiative des habitants, appuyée par les élus, est forte du principe d’autogestion assurée par le Conseil municipal des jeunes.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Ecotidiens 21

Lire aussi : Dans la famille Antigaspi, les restaurateurs se mettent au compostage

THEMATIQUE    Quotidien
29 juillet 2019
L’été, au loin
La vie de Reporterre
18 juillet 2019
De l’urgence de débattre au sein du mouvement écologiste
Édito
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative


Sur les mêmes thèmes       Quotidien