Du charbon déversé devant la Société générale, accusée de crime contre le climat

Durée de lecture : 2 minutes

2 juin 2014 / Bizi

Le mouvement Bizi a déversé ce matin près de deux tonnes de charbon devant le siège de la Société générale à Bayonne. La banque soutient un projet géant de mine de charbon en Australie, qui émettra des centaines de millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère, accélérant le changement climatique.


Ce lundi 2 juin à 6 h 30, vingt militants du mouvement altermondialiste basque Bizi ! (Vivre !, en langue basque) ont déversé, à l’aide de deux camions bennes, 1,8 tonne de charbon devant le siège régional de la Société Générale à Bayonne. Ils entendaient ainsi réclamer l’arrêt immédiat du soutien de cette banque française au projet Alpha Coal en Australie, considéré comme le détonateur d’une des quatorze bombes climatiques de la planète (1).

Alpha Coal est un projet d’exploitation et d’exportation de charbon qui, s’il se concrétisait, rejetterait dans l’atmosphère au moins 1,8 milliards de tonnes de CO2 -un des gaz à effet de serre responsables du dérèglement climatique - et ouvrirait la voie à l’exploitation de huit autres gisements qui au total représenteraient quasiment les émissions annuelles de l’Allemagne.

L’opération qui s’est déroulée en quelques minutes selon un scénario préparé au millimètre près avait été précédée par une série d’actions, dont l’occupation de la même banque le 16 mai dernier.

Le mouvement Bizi, connu pour ses actions non-violentes mais déterminées et souvent spectaculaires, avait publiquement annoncé son intention de déverser 1,8 tonnes de charbon devant la direction régionale de Société Générale à Bayonne entre le 20 mai - date de l’assemblée générale de la banque - et le 5 juin, journée internationale de l’environnement, si la banque n’annonçait pas son retrait du projet Alpha Coal dont elle gère les études de faisabilité et les recherches de financement pour le compte de l’entreprise GVK.

Bizi ! avait même été jusqu’à lancer une opération de crowdfunding pour recueillir les 3 800 euros que devait coûter cette campagne (location des camions bennes, achat du charbon, édition des affiches, autocollants et tracts etc.). 4 500 euros auront finalement ainsi été récoltés en quinze jours à peine (voir la vidéo de 3 mn présentant la campagne de crowdfunding ici).

Selon Jon Palais, un des représentants de Bizi : “L’action d’aujourd’hui n’est qu’un début. La campagne que nous menons aux côtés d’ATTAC-France et des Amis de la Terre va s’amplifier et ne s’arrêtera qu’avec l’arrêt du soutien de Société Générale à ce projet climaticide. Société Générale a beaucoup à perdre en termes d’image si elle s’entête, et pourrait devenir un des objectifs de la mobilisation internationale qui s’organise dans la perspective de la COP21, l’important sommet mondial sur le réchauffement climatique qui se tiendra à Paris fin 2015.”


Note :

(1) cf Rapport Point of No Return publié par Greenpeace International en janvier 2013


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : Bizi

Lire aussi : La Société Générale finance en Australie un projet écologiquement désastreux

THEMATIQUE    Climat
18 septembre 2019
Climat : de la prise de conscience à la conscience politique
Édito
19 septembre 2019
Week-end féministe à Bure : « Le nucléaire est un monstre du patriarcat »
Entretien
19 septembre 2019
Climat : la France ne tient pas ses objectifs
Info


Sur les mêmes thèmes       Climat





Du même auteur       Bizi