EN VIDÉO – Le chantier du GCO détruit la nature, les opposants espèrent en la justice

Durée de lecture : 1 minute

26 juin 2019 / Fanny Laemmel (Reporterre)

Sur le tracé du grand contournement ouest (GCO) de Strasbourg, les travaux de l’autoroute se poursuivent et détruisent la nature. La Zad du Moulin n’existe plus et les opposants cherchent de nouveaux moyens de lutte. Trois militants anti-GCO ont été relaxés mercredi 26 juin pour avoir décroché un portrait d’Emmanuel Macron. Reportage en vidéo.

  • Kolbsheim (Bas-Rhin), reportage

À Kolbsheim, en Alsace, comme à plusieurs endroits du tracé du grand contournement ouest (GCO) de Strasbourg, le chantier avance à grand pas, au désespoir des opposants. Si la résistance est moins visible sur le terrain, c’est devant la justice qu’elle se poursuit.

Depuis l’évacuation de la zad du Moulin (à Kolbsheim) en septembre 2018, les militants ont multiplié les actions pour dénoncer ce projet mais n’ont pas pu empêcher le début des travaux. En mars dernier, le Conseil d’État a validé la prolongation de « l’utilité publique » du GCO sans réaliser de nouvelle enquête. Par ailleurs, le collectif GCO non merci et Alsace Nature ont déposé plusieurs recours et comptent bien contester un jour les nombreuses irrégularités constatées devant la Cour européenne des droits de l’Homme.

Les opposants cherchent maintenant à informer la population du risque de voir le GCO devenir une « autoroute à camions » qui permettra aux transporteurs d’éviter les autoroutes bien plus chères du côté allemand de la frontière.

Ce mercredi 26 juin, trois militants membres d’ANV-COP21 ont été relaxés par le tribunal de grande instance de Strasbourg pour avoir décroché le portrait d’Emmanuel Macron dans la mairie de Kolbsheim et l’avoir amené sur le chantier du GCO. Le but de l’action était de « montrer la réalité de l’urgence climatique » au président de la République.

Regarder notre reportage vidéo :



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : le dossier de Reporterre sur le GCO

Source : Fanny Laemmel pour Reporterre

Vidéo : © Fanny Laemmel/Reporterre

DOSSIER    GCO

THEMATIQUE    Luttes
19 juillet 2019
Prespa, havre de nature sauvage au cœur des Balkans
Reportage
18 juillet 2019
De l’urgence de débattre au sein du mouvement écologiste
Édito
19 juillet 2019
Sans vergogne, la publicité exploite le filon écolo
Info


Dans les mêmes dossiers       GCO



Sur les mêmes thèmes       Luttes





Du même auteur       Fanny Laemmel (Reporterre)