Faire un don
20686 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
26 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

En Ardèche, on fabrique des lunettes en bois

Durée de lecture : 2 minutes

12 mai 2015 / Gilles Bas (Nature et Progrès)

A la rencontre d’artisans d’un nouveau genre, à Saint Victor, en Ardèche ! Julie et Erwan fabriquent des montures de lunettes 100 % artisanales en bois.


De villes, en villages, en hameaux, en maisons isolées, un chemin de terre et me voici arrivé chez Woodlun’s. Une maison en pierre, un immense espace ouvert comme savent les proposer les plateaux ardéchois. La porte s’ouvre, c’est Erwan qui m’accueille dans une ambiance bois chaleureuse où l’on se sent bien. Un petit café et Julie nous rejoint. C’est indispensable pour mieux comprendre qui est ce binôme fourmillant d’idées et aventurier de l’entreprise.

Le bois, toujours le bois, Julie fabriquait des jouets en bois, Erwan le travaille depuis longtemps en autodidacte et, en tant qu’éducateur sportif, il a fabriqué des pirogues en lamellé collé. Le lamellé collé, nous y voici...

C’est la technique utilisée pour fabriquer les montures. Il faut neuf feuilles de bois, de 0,5 à 1,5 mm, découpées au laser, qui sont ensuite collées entre elles (avec une colle 70 % naturelle), puis pressées et cintrées. Après séchage, l’usinage et les finitions minutieuses se font à la main puis une cire naturelle est appliquée (mélange de cire d’abeille et d’huiles végétales) ce qui permet d’obtenir un touché « bois poncé » pour rester en contact avec cette noble matière. Pour obtenir une paire de lunettes, dix étapes de fabrication sont nécessaire, de la découpe au cirage.

Les feuilles de bois sont de différentes essences : noyer, merisier, hêtre, frêne, érable, chêne, platane, parfois de bois exotique… Elles sont le fruit du recyclage, issues de chutes ou de surstocks mais provenant toutes de la région Rhône Alpes. La diversité de ces essences donnent des tons différents et variés à ces montures très légères, seulement 25 à 30 grammes.

Au début il y a eu des « loupés » mais de petite série en petite série, la main s’est faite plus sûre. Maintenant la gamme comporte une dizaine de modèles, Julie et Erwan commercialisent en direct les lunettes de soleil.

Pour les lunettes correctrices, deux opticiens ardéchois et un lyonnais sont partenaires ; le client choisit sa monture, l’opticien taille le verre et fait le montage. D’autres professionnels de la lunette et boutiques sont en demande car leurs montures en bois séduisent par leur aspect novateur et leur coté naturel.

Localement Julie et Erwan ont reçu un accueil enthousiaste, la commune voisine de Quintenas leur a même trouvé un local pour en faire leur atelier (ce sera mieux que la caravane !).

La création de Woodlun’s s’est faite en total autofinancement et tant que faire se peut, Julie et Erwan s’appliquent à pratiquer des tarifs attractifs afin que le plus grand nombre puisse bénéficier de ces lunettes venues d’ailleurs... ou plutôt non, bien d’ici au contraire !

Je gage que cette petite entreprise, créée en 2014, ne connaîtra pas la crise et sera sans doute créatrice d’emplois directs ou induits.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Quand les ânes offrent du très bon savon

Source et photos : Article transmis amicalement à Reporterre par Nature et Progrès.

THEMATIQUE    Économie
8 novembre 2019
La réforme de l’assurance chômage va « hacher menu » les précaires
Entretien
7 décembre 2019
Le Brésil est toujours en flammes, mais la police harcèle les écolos
Info
6 décembre 2019
De la Maison du peuple à l’hôpital, une journée de mobilisation à Saint-Nazaire
Reportage


Sur les mêmes thèmes       Économie