49 %
Objectif 30 000 €

En France, la pollution est partout, révèle Robin des bois

10 mai 2016 / Marie Astier (Reporterre)



Amiante, PCB, glyphosate, nucléaire, cyanobactéries… le territoire français est mité par les pollutions les plus diverses. Au terme d’un travail de plusieurs années, l’association Robin des bois a publié une synthèse inédite de ses informations, agrémentée de nombreuses cartes.

Ce sont plus de trente ans d’archives condensées en moins de cent pages de texte et une quarantaine de cartes. L’Atlas de la France toxique est une synthèse du minutieux et patient travail mené par l’association Robin des bois depuis 1985. Déchets de guerre, amiante, PCB, pesticides, déchets radioactifs, nucléaire, etc. Eau, sol et air viciés. « Quasiment toutes nos luttes sont là », explique le fondateur de l’association, Jacky Bonnemains. Il a écrit l’ouvrage qui paraît en ce début de mois de mai aux éditions Arthaud avec ses collaboratrices Charlotte Nithart et Christine Bossard.

Ce tour de France passe par tout l’Hexagone mais aussi les DOM-TOM. Chaque chapitre s’ouvre sur une carte colorée et didactique qui recense les sites pollués, accompagnée d’un texte d’une page, lui aussi précis et explicatif.

JPEG - 131.9 ko
Jacky Bonnemains entouré de Charlotte Nithart et de Christine Bossard, les auteurs de l’atlas.

Ainsi, on découvre comment les munitions et autres bombes utilisées pendant les guerres de 1870, 1914-1918, et 1939-1945, polluent encore les terres du nord-est de la France, rendent beaucoup de plages dangereuses, et contaminent les fonds marins. On apprend comment les boues issues du nettoyage des ports polluent les eaux côtières, les plus fertiles du monde marin. On visualise le scandale des PCB — polychlorobiphényles, de leur petit nom. Ces hydrocarbures, qui se présentent sous la forme d’une huile visqueuse, ont été introduits dans les textiles, les peintures, les encres, les bitumes, et, surtout, les transformateurs électriques. « Des centaines de friches industrielles continuent de distiller goutte à goutte les PCB dans les sols et dans les eaux », écrivent les auteurs. Ils ont recensé plus de 700 sites en France, sans parler des grands fleuves, tous contaminés. On suit à la trace tous les sites industriels — ports et usines — par où est passé l’amiante, dont la fibre détruit les poumons.

« Une stratégie de communication très habile et très moderne » 

À côté des grands scandales sanitaires et écologiques, Robin des bois recense aussi ceux dont on parle moins. Crashs d’avions, traverses de chemin de fer, conteneurs qui tombent à l’eau ou encore incendies d’élevages, certains paraissent à première vue anecdotiques. « Absolument pas, proteste Jacky Bonnemains. Les traverses de chemin de fer sont traitées avec un produit cancérigène et se retrouvent chez des milliers de particuliers. Les conteneurs, ce sont des déchets que l’on retrouve en mer et sur les plages et des particules de plastiques qui vont dans l’estomac des animaux marins. À chaque fois qu’un avion s’écrase, en plus des morts sur le coup, cela fait un site pollué. Et imaginez s’il s’écrasait sur une centrale nucléaire ! »

Il n’y a donc pas de petit sujet, et l’association n’hésite pas à entrer dans le détail. À la fin de l’ouvrage, en annexe, tous les lieux signalés sur les cartes sont précisément listés. Un focus est même fait sur les villes de Paris, Strasbourg, Lyon, Toulouse et Marseille. L’occasion de se rendre compte que de nombreux jardins partagés de la capitale poussent sur des sites pollués, que quatre écoles de Strasbourg sont construites sur des lieux contaminés, ou que Lyon et Toulouse comportent plusieurs sites industriels classés comme susceptibles de provoquer de gros dégâts en cas d’accident majeur. La pollution est partout et surtout à côté de chez nous : « Nous voulons permettre à tous les lecteurs de retrouver les endroits où ils vivent, vont en vacances, se baignent, etc, pour qu’ils puissent avoir des informations préventives », affirme le militant.

Informer, donc, et aussi « donner une perspective historique, poursuit-il. Pour l’amiante, on a retracé que la première utilisation a eu lieu en 1898, à Cherbourg. Il y avait des inquiétudes dès 1906, et pourtant son utilisation a persisté en France jusqu’en 1997 ! » Les scénarios sont similaires pour les PCB et le glyphosate, le composé actif du Roundup, l’herbicide star de Monsanto. « On a pu comprendre que les producteurs — Eternit et Saint-Gobain pour l’amiante, Rhône-Poullenc pour les PCB, Monsanto pour les PCB et le glyphosate — ont su user d’une stratégie de communication très habile et très moderne. Ils ont convaincu que leurs produits pouvaient être utilisés partout. Puis au fur et à mesure que l’on dénonçait leurs conséquences, ils abandonnaient les applications une à une, ce qui leur a permis de rester sur le marché encore des dizaines d’années », raconte-t-il.

Plein de petites victoires gagnées au cours des années 

Cette synthèse est inédite, et possible grâce aux dizaines (centaines ?) de mètres d’archives qui s’alignent dans les bureaux parisiens de Robin des bois, ajoutées aux données numériques enregistrées depuis les années 2000. Coupures de journaux, données officielles, témoignages, enquêtes sur le terrain, la plupart des sources utilisées sont publiques. Robin des bois fait surtout le travail de fourmi de les récolter, puis d’en faire des statistiques et de les mettre en perspective. Parfois, aussi, ils font appel à la Cada, la commission d’accès aux documents administratifs. Plus rarement, des sources leur font fuiter certaines informations.

« Robin des bois est souvent caché, toujours persistant et influent », résume l’introduction du livre. Influente, cette petite association qui trace sa route dans son coin ? « Oui. Par exemple, plusieurs fois des lieux signalés dans notre inventaire des sites terrestres pollués aux PCB ont basculé peu de temps après dans la base de données de l’État, se rappelle Jacky Bonnemains. On a aussi fait un travail de recensement des sites de stockage des déchets de marées noires, ce qui a poussé les services de l’État à faire un inventaire. C’est important pour éviter des constructions à ces endroits là, ou pour repérer les sources polluées. »

Dans les locaux de l'association Robin des bois.

Plein de petites victoires gagnées au cours des années, pour aboutir aujourd’hui au grand cri d’alerte poussé par cet ouvrage. « On veut dire stop, proteste le militant. Les pollutions sont des bêtes qui courent très vite, et on ne se donne pas les moyens de les maîtriser. Il faudrait que les industriels soient plus rigoureux dans le contrôle de leurs rejets, que les municipalités soient plus actives en terme de décontamination de sites pollués. Il faut un renouvellement de la lutte contre les pollutions, des sanctions plus radicales, on s’endort ! »

On s’endort, alors que le scénario se répète : la leçon des PCB et de l’amiante ne semble pas tirée. C’est ce que montre, exemple parmi d’autres tiré de cet atlas, la prolifération des cyanobactéries, dont le développement est favorisé par les engrais et les boues des stations d’épuration. Or, ces bactéries contaminent de plus en plus de cours d’eau, intoxiquant la faune, rendant les lieux impropres à la baignade.

Bref, le tableau est très utile, mais aussi très noir, non ? « Mais non, conteste Jacky Bonnemains. Les cartes sont colorées, visuelles, c’est tout de même moins angoissant que les images de terrorisme à la télé ! »


- Atlas de la France toxique, de l’association Robin des bois, Éditions Arthaud, 144 p., 18 €.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Les crimes contre la nature sont des crimes contre la paix et l’humanité

Source : Marie Astier pour Reporterre

Photos : © Marie Astier/Reporterre
. chapô : pollution de l’Antenne, un affluent de la Charente, en 2005. Flickr (Pierre-Alain Dorange/CC BY-SA 2.0)

THEMATIQUE    Pollutions
8 décembre 2016
Danakil : « Nuit debout n’existe peut-être plus, mais ses causes et le mal-être subsistent »
Entretien
9 décembre 2016
Les faucheurs de chaises repartent à l’action contre l’évasion fiscale
Info
9 décembre 2016
Pollution de l’air : Rennes distribue des capteurs aux citoyens
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Pollutions





Du même auteur       Marie Astier (Reporterre)