Faire un don
13880 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
17 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Durée de lecture : 4 minutes

15 juillet 2016 / Lorène Lavocat (Reporterre)

Pendant quatre mois, plus de 2.000 personnes ont participé aux discussions sur le projet pharaonique d’Europacity à Gonesse, dans le Val-d’Oise. Porté par le groupe Auchan, ce complexe de commerces et de loisirs conduirait à la perte de terres cultivées de grande qualité pour une création d’emplois discutée.

Cinq réunions publiques, neuf ateliers, trois conférences-débats, un bus dédié, un forum internet... pour discuter du mégaprojet d’Europacity, la Commission nationale du débat public (CNDP) n’a pas lésiné sur les moyens. Depuis le 15 mars, plus de 2.000 personnes ont ainsi participé aux assemblées organisées dans le Val-d’Oise et en Seine-Saint-Denis. Au cœur des débats, le pharaonique complexe à 3,1 milliards d’euros, porté par le groupe Auchan, mêlant commerces, loisirs et culture, prévu en 2024 à Gonesse (Val-d’Oise). « La Commission a fait le maximum pour qu’il y ait des échanges voulus », observe Alain Boulanger, qui a assisté à la plupart des réunions.

Pourtant, cet opposant historique au projet, membre du Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPGT), dénonce un faux débat : « C’était un double monologue, pas un dialogue. » Un sentiment partagé — quoique nuancé — par la présidente la Commission particulière. Dans ses conclusions, présentées au public le 4 juillet dernier, Claude Brévan a ainsi noté des « points de vue inconciliables », notamment quant à la délicate question de l’opportunité du projet.

« Le travail n’a peut-être pas été totalement inutile »

Car si le débat public devait avant tout s’interroger sur la pertinence d’Europacity, les opposants ne sont pas parvenus à faire table rase du mégacomplexe. « On nous a sans cesse caricaturés comme des écolos antitout, hors du temps, alors comment discuter ? » se demande Alain Boulanger. Claude Brévan se veut pourtant optimiste : « Oui, ce débat a souvent semblé piétiner. Mais en réalité, on voit une progression, même si les partisans ne sont pas devenus des opposants et vice versa. On a vu apparaître des “oui, mais...”, des nuances dans les affirmations des uns et des autres. »

La présidente espère ainsi que « le travail n’a peut-être pas été totalement inutile ». C’est également l’avis de Christophe Dalstein, le directeur d’Alliages et Territoires (la filiale d’Auchan porteuse du projet), qui salue, dans un communiqué, « un temps d’échange riche et particulièrement dense, un grand moment de démocratie locale ». Même Alain Boulanger reconnaît l’utilité du débat pour « bousculer les certitudes ». « Ce n’est pas le doute qui rend fou, ce sont les certitudes, philosophe-t-il. Après ces quatre mois de réunion, tout un chacun doit être ébranlé dans ses convictions. »

La maquette du projet Europacity.

Mais au sortir de ce débat public, nombre de questions restent en suspens. Dont un point principal : le nombre d’emplois « nets » (les emplois créés moins ceux détruits) créés par Europacity. Une étude, réalisée par le cabinet McKinsey pour l’intercommunalité Paris, terre d’envol, estime qu’Europacity va cannibaliser 75 à 90 % du chiffre d’affaires des commerces du secteur, et créer… 1.400 emplois, au lieu de 11.800 annoncés par Auchan. Plus tempéré, l’expert mandaté par la CNPD chiffre la création d’emplois nets entre 7.400 et 8.100, dont la moitié seulement serait en effet accessible aux habitants de la zone.

« Psychopathes de la croissance » 

« Si le projet se poursuit, il y a encore du travail à faire, conclut Claude Brévan. Le public a le sentiment qu’on a affaire à un projet fermé sur lui-même, conçu comme si l’on était sur une île, et qui n’est pas ramifié avec le reste : il a été conçu comme un paquebot, en quelque sorte. » Un paquebot qui vient à peine de débuter sa traversée, comme le rappelle Alain Boulanger : « Le débat ne fait que commencer ! »

La discussion vient d’ailleurs de s’engager au niveau du Conseil régional d’Île-de-France. Si la présidence de la région, via Jérôme Chartier (élu Les Républicains du Val-d’Oise), s’est prononcée en faveur d’Europacity, vu comme « une potentielle dynamisation de la capacité du territoire à attirer des investisseurs internationaux privés pour des projets d’envergure », les élus écologistes se sont montrés très réservés.

« Je crois qu’il est extrêmement dangereux de s’engager sur ce projet, irréversible pour ce qui est des terres agricoles, pour se retrouver dans quelques années avec un éléphant blanc, en se disant : “Mince, on n’avait pas envisagé que les centres commerciaux allaient se cannibaliser ou que les touristes ne passent pas ici” », a ainsi déclaré Julien Bayou lors de la réunion de clôture, le 4 juillet dernier.

Mais peut-on encore stopper le « paquebot » ? Dans sa contribution au débat public, l’eurodéputé écologiste Pascal Durand se montre pessimiste : « Rien ne semble arrêter cet instinct de mort et de destruction du vivant. Ni la qualité du sol, pourtant exceptionnelle, ni la présence de paysans, ni le respect de l’environnement ou les objectifs de limitation des gaz à effet de serre, ni la sauvegarde des emplois locaux, ni le maintien d’un cadre de vie en harmonie avec le vivant. » Et il conclut : « Ces “psychopathes de la croissance”, selon la formule de Fabrice Nicolino, ne conçoivent la société que comme ça : des parkings à la place de fermes urbaines, des échangeurs, du béton, du bitume et, pour horizon, une piste de ski sur une montagne en kit. »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Dénonçant la parodie de démocratie sur Europacity, les écologistes se tournent vers l’Europe

Source : Lorène Lavocat pour Reporterre

Photos : © Lorène Lavocat/Reporterre
. chapô : des champs sur le site prévu de l’implantation d’Europacity dans le Triangle de Gonesse.

DOSSIER    Grands Projets inutiles

28 novembre 2019
Le climatoscepticisme reste présent dans la classe politique
Enquête
5 décembre 2019
Retraités, ils font vivre les luttes
Info
5 décembre 2019
Pourquoi la réforme des retraites va-t-elle contre les femmes ? (VIDÉO)
1 minute, 1 question


Dans les mêmes dossiers       Grands Projets inutiles





Du même auteur       Lorène Lavocat (Reporterre)