Je fais un don
OBJECTIF :
120 000 €
69370
COLLECTÉS
58 %

Dénonçant la parodie de démocratie sur Europacity, les écologistes se tournent vers l’Europe

24 mai 2016 / Lorène Lavocat (Reporterre)

Le projet géant d’un « pôle de loisirs, de commerces, de culture et d’hôtellerie » dans le Triangle de Gonesse, au nord de Paris, est soumis au débat public depuis deux mois. Mais ses opposants, pointant les déséquilibres et insuffisances du débat, ont décidé de porter plainte devant le Parlement européen.

Les dernières terres fertiles du Nord-parisien font de la résistance. Menacés, les champs de Gonesse s’invitent au Parlement européen. Les opposants au projet de complexe touristique et commercial d’Europacity devraient en effet déposer dans les prochains jours une plainte contre la Zone d’activité commerciale du Triangle de Gonesse devant la Commission des pétitions, à Bruxelles.

Leur but : faire entendre leur voix face à Auchan, promoteur de ce complexe pharaonique de 80 ha à travers sa filiale Alliages et territoires. « Il est difficile d’exprimer un autre point de vue et de remettre en cause le projet », soutient Marion Robert, consultante auprès du Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG). Le débat public, lancé il y a deux mois, n’y a rien changé. « Le maître d’ouvrage dispose de bien plus de temps que nous, et il a des moyens de communication et de lobbying sans commune mesure avec les nôtres. » Avec 3,1 milliards d’euros d’investissements privés, Europacity, présenté comme un futur « pôle de loisirs, de commerces, de culture et d’hôtellerie », bénéficie du soutien affiché de nombreux élus locaux, du préfet de région et du Premier ministre.

La maquette du projet Europacity.

Dans ce combat de David contre Goliath, tous les moyens sont bons pour se maintenir dans l’arène. Les militants du CPTG sont donc allés frapper à la porte des députés européens. L’écologiste Pascal Durand a accepté de porter leur lutte devant ses confrères. Car il est convaincu que le projet d’Europacity, en plus de préfigurer « un nouveau désastre écologique » viole le droit communautaire. « Ce projet, comme tous les autres grands projets inutiles et imposés, se fait sans concertation citoyenne et sans prendre en compte l’intérêt général », a-t-il précisé lors d’une conférence lundi 23 mai à Paris. Directive sur l’eau, concertation : « Nous avons relevé des violations, au niveau du droit de l’environnement et du respect de la démocratie », avance son cabinet, sans donner plus de précisions.

La méthode du saucissonnage

Précautionneux, les opposants rechignent à révéler leur stratégie, afin de « ne pas donner trop d’armes à Auchan ». L’avocat Raphaël Romi — qui défend également des collectifs contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes — accompagne le CPTG dans cette démarche de longue haleine... Car la procédure devant la commission des pétitions devrait prendre au moins huit mois. « Une fois la requête déposée, elle doit être examinée par la présidence du Parlement européen, avant de donner lieu à une enquête de la Commission européenne », explique Romain Gaillard, collaborateur de Pascal Durand. S’il y a bien non-respect de la législation européenne, les autorités peuvent ensuite faire pression sur la France, via par exemple une mise en demeure, comme ce fut le cas avec la barrage de Sivens.

Pour les opposants, pas de doute : l’urbanisation du Triangle de Gonesse recèle bien des illégalités. Notamment quant au respect de la démocratie environnementale. Fractionnement des procédures, absence d’une étude globale des impacts... « Europacity s’insère dans un projet plus large d’aménagement du territoire, avec une zone d’activité commerciale, une gare et une ligne de métro, rappelle Marion Robert. Or, il n’y a aucune évaluation globale, par exemple quant aux émissions de gaz à effet de serre ou au bilan énergétique : chaque projet est examiné et débattu séparément ! »

Claude Brevan, qui dirige la commission du débat public autour du projet Europacity, le 18 mai.

Une carence pointée en mars dernier par l’Autorité environnementale, qui a alors considéré « que cette approche n’était pas de nature à garantir de façon optimale le respect du principe de participation du public, plusieurs consultations étant conduites en parallèle sur des projets intimement liés, sur la base d’informations incomplètes, laissant penser que leurs autorisations peuvent être prises indépendamment les unes des autres ».

Séquencer le projet, petit bout par petit bout, pour en minimiser les impacts : c’est la méthode du « saucissonnage », régulièrement mise en cause par les militants écologistes, à Notre-Dame-des-Landes ou pour la future gare TGV de Montpellier. « Nous vivons dans une société du mensonge et de l’opacité », estime Pascal Durand. « Or l’Europe impose le respect de la globalité de l’espace : on ne peut pas prendre un projet en dehors de son environnement global. » L’eurodéputé croit donc en l’Union européenne comme dernier rempart à l’artificialisation des terres. « C’est le seul espace politique où l’on essaye encore de définir un intérêt général. Et la défense de l’intérêt général contre l’intérêt privé, c’est le combat du XXIe siècle ». Des luttes locales mais un combat d’après lui bien global : le « fric et la mort » contre la vie, car « tuer l’agriculture, c’est tuer le vivant ».

« Ce n’est pas seulement un projet que l’on dénonce, c’est une politique », souligne à ce propos Romain Gaillard. Pour le président de France nature environnement, Denez L’Hostis, il s’agit là d’un « rétrécissement inacceptable du débat démocratique ». Malgré le « choc de démocratisation » souhaité par François Hollande au lendemain de la mort de Rémi Fraisse à Sivens, force est de constater que la participation citoyenne patine. « Il n’est pas normal que l’on arrive à un tel point de déliquescence du débat public, s’emporte Denez L’Hostis. La démocratie environnementale n’existe toujours pas aujourd’hui en France, et c’est l’un des grands échecs du quinquennat Hollande. »



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Le mirage EuropaCity fait rêver un territoire frappé par le chômage

Source : Lorène Lavocat pour Reporterre

Photos : © Lorène Lavocat/Reporterre
. chapô : Un des champs du Triangle de Gonesse menacés par le projet Europacity.

DOSSIER    Grands projets inutiles

21 juin 2018
« L’inaction de Nicolas Hulot est d’autant plus visible que le gouvernement est hyperactif »
Entretien
21 juin 2018
L’avocat des opposants à Cigéo a été relâché cette nuit
Info
22 juin 2018
Les Jeux olympiques sont le prétexte à la bétonisation de l’Île-de-France
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Grands projets inutiles





Du même auteur       Lorène Lavocat (Reporterre)