Fabrice Nicolino : « Il faut inventer quelque chose de neuf »

Durée de lecture : 1 minute

9 janvier 2018 / Fabrice Nicolino

Fabrice Nicolino a chevillé au corps un engagement sans faille pour l’écologie. Il sera un des auteurs lus lors de la grande Rencontre de Reporterre lundi 15 janvier. Entretien en video tourné en 2015, et toujours passionnant.

Politis, Géo, Le Canard enchainé, Télérama, Terre sauvage - et Reporterre… Ce sont quelques-uns des journaux auxquels Fabrice Nicolino a collaboré. Il s’exprime sur son blog, Planète sans visa et est chroniqueur à Charlie Hebdo où il a été blessé dans l’attentat le 7 janvier 2015.

Son engagement sans faille pour l’écologie l’ont amené à porter un regard critique sur la réponse politique à la crise climatique, sur le manque d’engagement des médias. Un de ses textes sera lu lors de la grande Rencontre que nous organisons lundi 15 janvier (infos et réservations ici).


Entretien VIDEO.


Dans cette première partie, Fabrice Nicolino revient sur son parcours. Au-delà de sa trajectoire professionnelle, il se remémore ses premières rencontres avec l’écologie, ses premières batailles, avant de dresser un constat : « En deux millions d’années, l’homme ne s’est jamais confronté à ce qui se passe sous nos yeux ébahis. »

« De quoi sont menacées les sociétés humaines ? De dislocation »

Pour Fabrice Nicolino, ce phénomène de dislocation pourrait se traduire par l’effondrement des structures de solidarité, à l’image de la sécurité sociale en France. Alors, comment faire ? Le défi est de pratiquer dès à présent la rupture avec nos modes de vie.

« Il faut inventer quelque chose de neuf à la dimension extraordinaire de la crise écologique »

Avant de conclure sur ses espoirs, Fabrice Nicolino aborde la question du rôle des médias face au défi climatique. Pour ce faire, quelques détours sont nécessaires : l’encyclique du pape François et la sixième crise d’extinction des espèces.

- Propos recueillis par Lucas Mascarello


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Fabrice Nicolino : « Un abrazo pour tous les lecteurs de Reporterre »

Source, photo et vidéo : Lucas Mascarello pour Reporterre

Première mise en ligne le 17 septembre 2015.

THEMATIQUE    Culture et idées
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
16 septembre 2019
Le capitalisme nous conduit au désastre
Tribune
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage


Sur les mêmes thèmes       Culture et idées





Du même auteur       Fabrice Nicolino